MONT FORT, MONSTRE OU HÉ­ROS?

Detours en France Hors-série - - Sud -

Qui fut vrai­ment Si­mon de Mont­fort, chef su­prême de l’im­pi­toyable croi­sade contre les al­bi­geois « hé­ré­tiques » ? L’église a long­temps cé­lé­bré en lui son très pieux dé­fen­seur. L’oc­ci­ta­nie, elle, s’en sou­vient comme d’un cri­mi­nel de guerre, sa­dique et san­gui­naire… Une chose est sûre : ce n’est pas lui, mais Ar­naud Amau­ry, ex-ab­bé de Cî­teaux, qui clame lors de la prise de Bé­ziers, en juillet 1209 : « Tuezles tous, Dieu re­con­naî­tra les siens. » Pré­lude au mas­sacre d’au moins trente mille ha­bi­tants… Mont­fort n’a en­core qu’un com­man­de­ment se­con­daire quand, après les chutes de Bé­ziers et Car­cas­sonne, de hauts per­son­nages lui offrent d’en rem­pla­cer le vi­comte vain­cu. Du­rant huit ans, il va em­ployer toutes ses qua­li­tés de stra­tège à ré­duire les plus in­ex­pug­nables places ca­thares. Mais son zèle pu­ni­tif – il fait brû­ler, égor­ger, noyer, cre­ver les yeux avec ar­deur – rendent les ré­voltes in­évi­tables. C’est lors du sou­lè­ve­ment de Tou­louse qu’il meurt, at­teint par un bou­let de ca­ta­pulte. « Ho­mi­cide et cruel, le comte san­gui­naire est mort sans sa­cre­ment, ce n’est là que jus­tice ! » chan­te­ra un trou­ba­dour oc­ci­tan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.