ANGOULÊME

SAINT- PIERRE RELIT SON RO­MAN

Detours en France Hors-série - - Sommaire - TEXTE DE HUGUES DEROUARD

Avec sa nef à file de cou­poles, la ca­thé­drale Saint-pierre est ty­pique des églises romanes du sud-ouest de la France. Réa­li­sé entre 1100 et 1130, en­dom­ma­gé du­rant les guerres de re­li­gion, l’édi­fice se­ra re­ma­nié au xixe siècle par l’ar­chi­tecte du Sa­cré-coeur de Pa­ris, Paul Aba­die.

Au dé­but du xiie siècle, l’évêque d’angoulême, Gi­rard II, dé­cide de construire une nou­velle ca­thé­drale – la qua­trième en fait de­puis les dé­buts de la chré­tien­té. Cet an­cien cha­noine de Saint-étienne de Pé­ri­gueux veut faire de « sa » ca­thé­drale l’un des plus fa­meux édi­fices de la ré­gion. Il a l’idée de re­cou­rir, comme à Pé­ri­gueux, à une nef sous file de cou­poles qui donne à l’édi­fice un air de pe­tite Sain­teSo­phie de Cons­tan­ti­nople. « Ce n’est pas un style by­zan­tin, contrai­re­ment à ce que l’on croit, ou alors très di­gé­ré ! L’édi­fice est sur­tout ca­rac­té­ris­tique des grandes églises romanes du sud- ouest du dé­but du xiie siècle avec une nef sous file de cou­poles (Pé­ri­gueux donc, mais aus­si Ca­hors ou Souillac), ex­plique Nathalie Guillau­min, spé­cia­liste du pa­tri­moine lo­cal et au­teure de plusieurs ou­vrages sur Angoulême. C’est l’une des grandes in­ven­tions de l’art ro­man. Un choix es­thé­tique, mais aus­si tech­nique, car ce­la per­met de créer un im­por­tant vo­lume in­té­rieur très uni­fié et très so­lide. La cou­pole était le seul re­cou­vre­ment de pierre qui per­met­tait, à l’époque, d’ob­te­nir une nef unique de 15 mètres de large, sans col­la­té­raux. » Du­rant les guerres de re­li­gion, la ca­thé­drale à l’ex­cep­tion­nelle fa­çade

sculp­tée est gra­ve­ment en­dom­ma­gée par les ar­mées pro­tes­tantes. L’édi­fice se­ra re­ma­nié au xviie siècle avec de nom­breuses ad­jonc­tions, telles des cha­pelles sur les murs nord et sud, que l’ar­chi­tecte Paul Aba­die (1812-1884) tâ­che­ra de gom­mer lors­qu’il s’em­pare, en 1866, du grand chan­tier de res­tau­ra­tion de la ca­thé­drale, qui me­nace ruine.

RE­TROU­VER LA PURETÉ DE L'ART RO­MAN

« L’ob­jec­tif de l’ar­chi­tecte est de re­trou­ver l’uni­té sty­lis­tique ro­mane : il veut sup­pri­mer les ajouts qui lui pa­rais­saient in­con­grus, et, dans une dé­marche plus ra­tio­na­liste, cherche à re­créer des éléments ty­pi­que­ment ro­mans. Il re­cons­truit le clo­cher car­ré dé­truit sur cinq étages, crée un pi­gnon tri­an­gu­laire au-des­sus de la fa­çade et ses deux clo­che­tons. Il re­fait la tra­vée oc­ci­den­tale, dif­fé­rente des autres car elles tra­dui­saient une deuxième cam­pagne, et élève une nou­velle cou­pole au-des­sus de la croi­sée du tran­sept, qui avait été dé­mo­lie du­rant les guerres de re­li­gion. » L’ar­chi­tecte, qui avait tra­vaillé avec Viol­let-le-duc, fut très cri­ti­qué pour son par­ti pris ra­di­cal, ses ajouts « orien­ta­li­sants », et pour sa « mé­ga­lo­ma­nie », se­lon les mots de l’époque. « Au­jourd’hui, cent cin­quante ans plus tard, on au­rait évi­dem­ment une autre idée de la res­tau­ra­tion de cet édi­fice, mais Paul Aba­die n’était pas dans la fan­tai­sie. Son ob­jec­tif était de re­trou­ver la pureté ori­gi­nelle de l’art ro­man. » Quelques an­nées plus tard, l’ar­chi­tecte des­si­ne­ra les plans du Sa­cré-coeur de Pa­ris, qui peut être in­ter­pré­té comme une syn­thèse de toutes ses res­tau­ra­tions. Cette église mon­dia­le­ment connue doit ain­si beau­coup à SaintPierre d’angoulême.

Of­fice de tou­risme du Pays d’angoulême, 7 bis, rue du Chat, 16007 Angoulême. 05 45 35 16 84. www.an­gou­leme-tou­risme.com

Le chevet de la ca­thé­drale Saint- Pierre, de style ro­man, et l'an­cien évê­ché mé­dié­val, pa­lais épis­co­pal, ac­tuel musée mu­ni­ci­pal dans le centre his­to­rique de la ville haute d'angoulême (Poi­touC­ha­rentes).

Sur la fa­çade, trois thèmes sont pré­sen­tés : l'as­cen­sion du Ch­rist, son re­tour à la fin des temps lors du Ju­ge­ment der­nier et la Pen­te­côte.

Ci- des­sous, le Ch­rist en ma­jes­té, scène du Ju­ge­ment der­nier sculp­tée sur la fa­çade.

Une frisesculp­tée sur le chevet de la ca­thé­drale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.