QUES­TIONS À ALINE MAGNIEN DIRECTRICE DU LRMH

Detours en France Hors-série - - Au Chevet Des Cathédrales -

Quel est l'état de san­té des ca­thé­drales ? Le LRMH est- il sou­vent ame­né à tra­vailler sur ces édi­fices ?

Les ca­thé­drales de France ne se portent pas mal dans l'en­semble, ne se­rait- ce que parce que ces édi­fices sont très sur­veillés. Néan­moins, ils sont aus­si dé­me­su­rés et consti­tuent des ex­ploits tech­niques qui tra­versent le temps grâce à des cam­pagnes per­ma­nentes de res­tau­ra­tion. Le LRMH est très sou­vent ame­né à tra­vailler sur les ca­thé­drales, car sa mis­sion de contrôle scien­ti­fique et tech­nique s'exerce tout par­ti­cu­liè­re­ment sur les édi­fices ap­par­te­nant à l'état. De nom­breuses com­pé­tences du LRMH trouvent aus­si à s'exer­cer sur les ca­thé­drales et son dé­ve­lop­pe­ment a reposé sur les be­soins en res­tau­ra­tion des pierres et sculp­tures de ca­thé­drales, des vi­traux, des boi­se­ries ou des pein­tures mu­rales qui les ornent.

Quelles sont les prin­ci­pales causes de leur al­té­ra­tion ? L’usure du temps, tout sim­ple­ment ?

L'usure du temps est un fac­teur im­por­tant, mais il y a aus­si leur trans­for­ma­tion en lieux tou­ris­tiques et donc une fré­quen­ta­tion par­fois ac­crue. La pol­lu­tion am­biante, les voi­tures qui cir­culent par­fois très près des ca­thé­drales, d'au­tant qu'au xixe siècle, on a dé­truit leur en­vi­ron­ne­ment im­mé­diat de fa­çon à les iso­ler, ce qui peut contri­buer aus­si à leur dé­té­rio­ra­tion, à l'al­té­ra­tion des éléments d'une ca­thé­drale. Comme elles ont été beau­coup restaurées au fil du temps, cer­tains pro­cé­dés peuvent avoir éga­le­ment mal vieilli, en­traî­nant, à leur tour, d'autres dé­gra­da­tions.

Quelle est la par­tie la plus fré­quem­ment « ma­lade » dans une ca­thé­drale ?

C'est dif­fi­cile d'éta­blir un tel pal­ma­rès : les vi­traux sont très vul­né­rables mais sont dé­sor­mais mieux pro­té­gés par l'ins­tal­la­tion fré­quente de ver­rières de pro­tec­tion. Les in­té­rieurs souffrent par­fois de l'hu­mi­di­té et de la fré­quen­ta­tion, car le chauf­fage et la cha­leur dé­ga­gée par les vi­si­teurs – plus intense qu'on ne le pense sou­vent – sont aus­si des fac­teurs ag­gra­vants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.