DANS LES PAS DE COCO CHANEL

Detours en France - - Dētours En France -

À 18 ans, Ga­brielle Chanel re­joint à Mou­lins Adrienne, sa tante et amie, d’un an sa ca­dette. Les jeunes filles trouvent un em­ploi dans la cou­ture. C’est donc à Mou­lins que la fu­ture Coco dé­bute l’ou­vrage de sa vie. La ville offre tant de loi­sirs qu’elle est qua­li­fiée de ville « dan­so­mane ». Et c’est au ca­fé­con­cert La Ro­tonde, où Ga­brielle chante le di­manche : “Qui qu’a vu Coco dans l’tro­ca­dé­ro“, qu’elle est sur­nom­mée Coco. La grande dame de la cou­ture passe six an­nées à Mou­lins. Le ser­vice Pa­tri­moine pro­pose d’ailleurs des vi­sites guidées dans ses pas. Ci-des­sus, le Grand Ca­fé, un autre haut lieu mon­dain de la ville.

UN PAS­SÉ RICHE ET MYS­TÉ­RIEUX

Mou­lins n’en fi­nit pas de li­vrer ses se­crets. Ain­si, à l’angle de la rue de l’épargne et de la rue Vol­taire, les an­ciennes caves Ber­tine – plus vieux mo­nu­ment bâ­ti de Mou­lins – viennent de ré­vé­ler un pan mé­con­nu de son his­toire. « D’après les élé­ments d’ar­chi­tec­ture, nous avons pro­ba­ble­ment af­faire à du go­thique pri­mi­tif [se­conde moi­tié du xiiie siècle] », ex­plique Dominique Beau­fils l’un des ini­tia­teurs du pro­jet de ré­ha­bi­li­ta­tion. Du­rant les fouilles, l’ar­chéo­logue mé­dié­viste Sé­bas­tien Ta­lour sou­li­gna le ca­rac­tère très par­ti­cu­lier du lieu. « J’ai ra­re­ment vu des es­paces aus­si mo­nu­men­taux dans des pro­grammes ci­vils. Nous n’avons pas de to­po­gra­phie de la ville avant Louis II. Nous sommes à l’in­té­rieur de l’en­ceinte ur­baine du xive siècle, en­tiè­re­ment mo­di­fiée au xve siècle. C’est une pé­riode des plus im­por­tantes, éco­no­mi­que­ment ra­dieuse. La rivière consti­tuait alors le pou­mon éco­no­mique. Les Ber­tine étaient des fi­nan­ciers des ducs. Au Moyen Âge, ce type de caves était ap­pe­lé salles basses. Elles avaient à la fois vo­ca­tion de sto­ckage et de pres­tige. Nous pen­sons que les gens ve­naient y payer l’im­pôt en na­ture. » En 2011, à l’oc­ca­sion des Jour­nées du Pa­tri­moine, la porte en fer for­gé fut ou­verte pour la pre­mière fois au pu­blic. Alors, les fan­tasmes ont fait surface. Et si l’on re­trou­vait un jour le sou­ter­rain creu­sé sous l’al­lier qui, dit-on, condui­rait jus­qu’à Bour­bon-l’ar­cham­bault, ville du sire de Bour­bon, fon­da­teur légendaire de la ci­té ? ẞ

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.