CHA­PELLE SAINT-LIBERT : UNE PÉPITE AR­CHÉO­LO­GIQUE

Detours en France - - Style De Ville _ Tours -

Long­temps, les pas­sants n’eurent pas le moindre re­gard pour ce bâ­ti­ment si­tué au 1, rue de la Bre­ton­ne­rie, de­ve­nu de­puis quelques an­nées un lieu cultu­rel. « La cha­pelle Saint-libert date du xiie siècle, ex­plique Au­ré­lien Ma­za­ny (photo ci-des­sus), membre la So­cié­té ar­chéo­lo­gique de Tou­raine, qui a par­ti­ci­pé aux fouilles et tra­vaux de ré­ha­bi­li­ta­tion. Quand nous l’avons re­dé­cou­verte, elle était trans­for­mée, de­puis le xixe siècle, en une sorte d’usine, on ne se ren­dait pas compte qu’une cha­pelle se ca­chait der­rière. » Ne man­quez pas de je­ter un oeil aux vi­traux de cet an­cien ora­toire-re­fuge pour les moines de Saint-mar­tin et Mar­mou­tier. Ils sont une in­ter­pré­ta­tion gra­phique de la Loire qui leur fait face. de­puis ex­po­sé. Ses 2,90 mètres au gar­rot ne sont rien par rap­port à la taille du ma­jes­tueux cèdre du Li­ban qui s’épa­nouit à son cô­té, sur près de huit mètres de hau­teur. L’arbre à l’es­sence pré­cieuse offre un spec­tacle d’une grande poé­sie aux pas­sants qui fran­chissent les grilles du musée. Ceux qui s’aven­turent dans les caves de l’éta­blis­se­ment cultu­rel pour­ront quant à eux ad­mi­rer des ves­tiges de l’en­ceinte gal­lo-ro­maine, grande ma­rotte d’au­ré­lien Ma­za­ny. « Il y a plu­sieurs pé­riodes d’en­ceintes et de for­ti­fi­ca­tion, la pre­mière – ma pré­fé­rée – est celle-ci. Elle en­tou­rait Ci­vi­tas Tu­ro­no­rum Li­be­ra, “la cité libre des Tu­rons”, au ive siècle. Nous pou­vons en­core voir ici l’une de ses tours re­ma­niée. »

DES EM­PREINTES DE ROUES DE CHARS

Pour en suivre le tra­cé, le Gree­ter, in­ta­ris­sable sur le su­jet, conseille d’em­prun­ter la rue du Gé­né­ral-meus­nier, mais aus­si la rue Mon­ceau : « Là, on a l’im­pres­sion de des­cendre dans les arènes », s’en­thou­siasme-t-il. Plus loin, der­rière le cinéma, dans le Jar­din des Vi­kings, se trouve l’un des lieux fa­vo­ris de notre guide : « Sou­vent, on ne peut voir qu’une par­tie du mur, mais là, on a cet énorme mor­ceau avec la Brèche des Nor­mands qui date de 903 quand les Nor­mands ont com­men­cé à faire un trou dans les rem­parts avant de prendre peur. On dit que c’est grâce aux re­liques de saint Mar­tin qu’ils re­brous­sèrent che­min. On peut ima­gi­ner beau­coup de choses du pas­sé quand on

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.