L’ÂME À L’OUEST

Detours en France - - La Une -

Ar­vor ou Ar­mor ? Com­ment ai­mez-vous la Bre­tagne ? Io­dée et to­nique ? Au lit­to­ral pi­que­té de phares or­gueilleux, étrillé par l’avel (le vent), échan­cré de ports que rythme la ma­rée.

Aux grèves nour­ri­cières dont les bez­hin (algues) s’in­vitent sur la table, aux es­trans grouillant de ber­niques, ri­ga­delles et bi­gor­neaux, pro­messes d’un joyeux fri­ko (fes­tin) au re­tour de la pêche à pied. Ici, quand on « prend la mer » pour quelque croi­sière, une cam­pagne de pêche ou pour le plai­sir ga­min de go­diller d’un corps­mort à un quai, on re­garde la cou­leur de l’eau. Et si la mer est glas, elle ne sonne au­cune heure fu­neste. Le glas est une cou­leur qui n’existe pas dans une autre langue: c’est un bleu mê­lé de vert, où se fondent des nuances de gris. Les Ar­vo­riz – ceux des côtes et des îles – ont cette vi­bra­tion in­dé­fi­nis­sable im­pri­mée sur la ré­tine. Les autres n’ont qu’à ap­prendre à re­gar­der…

Ou alors pré­fé­rez-vous la Bre­tagne

fran­gée de hauts ta­lus? Celle où l’on pré­tend que le pro­me­neur so­li­taire, s’aven­tu­rant sur ses om­breux che­mins creux, en­tend gé­mir la kar­ri­gel an An­koù (la char­rette de l’an­kou, le spectre de la mort). Bre­tagne de l’in­té­rieur hé­ris­sée de monts et de fo­rêts, aux­quelles sont che­villées de bien étranges lé­gendes. Dans cet Ar­goat, landes et tour­bières sont pa­rentes de pierres ins­pi­rées : men­hirs, crom­lec’h, dol­mens, car­nel­lou et autres ali­gne­ments mé­ga­li­thiques. Et qui dit pierres le­vées dit druides et leur her­mé­tique cos­mo­go­nie. Un voyage dans le voyage! Der­rière landes, ajoncs et ge­nêts, sur­gissent bourgs et vil­lages. Le gra­nit règne en maître jusque dans les pierres sa­crées des églises, cal­vaires (amers des âmes pé­che­resses) et en­clos pa­rois­siaux du Tré­gor fi­nis­té­rien.

Sur cette terre par­ti­cu­lière et par­ti­cu­la­riste,

les es­prits cha­grins voient poindre, entre han­tise et ob­ses­sion, la pluie. Quelle drôle d’idée! Tous les Bre­tons vous le di­ront: en Bre­tagne, il n’y a pas LA pluie; il y a, mi­go­ned (mes amis), DES pluies. Si sin­gu­lières et dif­fé­rentes qu’elles n’ont pas leur pen­dant, une fois tra­duites. En Ar­mo­rique, ça brouillasse, ça cra­chine, ça bou­caille, ça pleut dru… Sans comp­ter l’averse, les gi­bou­lées, le grain, l’on­dée, le gré­sil, la grêle… « J’en­tends d’ici ri­ca­ner la ga­le­rie: ça va comme ça les Bre­tons, vos bling­bling de nos­tal­gie, vos bi­nious et vos épées ma­giques. As­sez du folk­lore brez­ho­neg et des Gwenn-ha-du… » Pas moi qui le dis mais Yann Quef­fé­lec. Ke­na­vo!

DO­MI­NIQUE RO­GER Abon­nez-vous à Dé­tours en France sur: www.bou­tique.de­tour­sen­france.com, c’est ra­pide, simple et sécurisé… Plus d’in­fos sur: www.de­tour­sen­france.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.