Ter­ro­risme et po­li­tique

Diplomatie - - Lectures -

Gé­rard Cha­liand, Pa­ris, CNRS Édi­tions, coll. « Débats », 2017, 64 p.

Quelle est l’im­por­tance de la me­nace du phé­no­mène dé­si­gné comme ter­ro­riste ? La confu­sion vé­hi­cu­lée par les mé­dias n’aide guère à la comprendre. La per­cep­tion par­ta­gée par les opi­nions pu­bliques oc­ci­den­tales est que l’is­la­misme mi­li­tant, sous sa forme dji­ha­diste, consti­tue la me­nace ma­jeure de notre époque. Cette per­cep­tion fait-elle sens ? Pour Gé­rard Cha­liand, spé­cia­li­sé dans les questions de ter­ro­risme, de stra­té­gie et les conflits asy­mé­triques, en prê­tant moins d’at­ten­tion à ce qui fait sen­sa­tion qu’aux lames de fond, nous pour­rions voir que le dji­ha­disme ne mo­di­fie guère le sta­tu quo mon­dial en com­pa­rai­son de l’ac­tion d’États qui, comme la Chine, in­fluent sur les rap­ports de force à tous les ni­veaux. Par­mi les nom­breux autres ou­vrages écrits par l’au­teur de cet es­sai, on no­te­ra qu’il a co­di­ri­gé avec Ar­naud Blin une His­toire du ter­ro­risme : de l’An­ti­qui­té à Daech (Fayard, 2015).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.