Gaëlle Me­nu-le­jeune

Avo­cate as­so­ciée au ca­bi­net Fi­dal, an­cienne ad­mi­nis­tra­trice des fi­nances pu­bliques

Dossier Familial - - LES DÉCODEURS -

C’est un mau­vais si­gnal, mal­gré des ajus­te­ments à ap­por­ter

\\En re­por­tant la mise en place du pré­lè­ve­ment à la source, le gou­ver­ne­ment a en­voyé un si­gnal né­ga­tif. Les études d’im­pact avaient été me­nées, les grandes en­tre­prises, les pres­ta­taires de ser­vices in­for­ma­tiques et les conseils s’étaient pré­pa­rés. De lourds in­ves­tis­se­ments, es­ti­més entre 60 et 80 mil­lions d’eu­ros, avaient été réa­li­sés.

Les Fran­çais avaient été sen­si­bi­li­sés grâce à d’im­por­tants ef­forts de com­mu­ni­ca­tion, qu’il fau­dra re­nou­ve­ler en temps utile. Et, ac­ces­soi­re­ment, l’état tou­che­ra moins de re­cettes fis­cales en 2018 car l’im­pôt se­ra fi­na­le­ment lié aux re­ve­nus de 2017 et non à ceux de 2018. La masse des re­ve­nus aug­men­tant chaque an­née, ce­la re­pré­sente une perte d’en­vi­ron 2 mil­liards d’eu­ros. Tou­te­fois, ce re­port pré­sente aus­si des avan­tages. Il donne plus de temps aux pe­tites en­tre­prises pour se pré­pa­rer et per­met de faire des ajus­te­ments tech­niques, pour mieux prendre en compte les si­tua­tions com­plexes, comme celle des sa­la­riés ex­pa­triés, fron­ta­liers et étran­gers ou des in­dé­pen­dants. L’ob­jec­tif est éga­le­ment de rendre plus vi­sible la baisse des co­ti­sa­tions so­ciales sur les bul­le­tins de sa­laire de jan­vier 2018, alors que le pré­lè­ve­ment de l’im­pôt l’au­rait mas­quée.//

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.