La flat tax de 30 % sur l’épargne et la hausse de la CSG posent ques­tion !

Dossier Familial - - DOSSIER - Wan­da HANNECART WEYTH As­so­ciée d’art­mo­nia Part­ners

Créer un im­pôt unique de 30 % sur les re­ve­nus de l’épargne va dans le sens de la sim­pli­fi­ca­tion et de l’al­lé­ge­ment de la fis­ca­li­té vou­lus par les contri­buables. Cette « flat tax » an­non­cée par Em­ma­nuel Ma­cron ré­dui­rait la charge de la plu­part de ceux qui payent l’im­pôt. À condi­tion tou­te­fois de main­te­nir les abat­te­ments ac­tuels sur les di­vi­dendes et sur les plus-va­lues mo­bi­lières. Et de ne pas tou­cher au ré­gime pri­vi­lé­gié de l’as­su­rance-vie. Les pou­voirs pu­blics s’y sont en­ga­gés, mais les épar­gnants qui ont plus de 150 000 eu­ros d’avoirs en as­su­rance-vie (300 000 pour les couples) pour­raient être im­pac­tés par la ré­forme. Des in­cer­ti­tudes de­meurent aus­si sur l’épargne qui se­ra tou­chée par la fu­ture hausse de la CSG. S’ap­pli­que­ra-t-elle aux re­ve­nus des plans d’épargne en ac­tions, d’épargne re­traite ou d’épargne en­tre­prise ? Les in­té­rêts, di­vi­dendes et plus-va­lues sou­mis à la « flat tax » échap­pe­ront-ils à la hausse de la CSG ? Comme pour la ré­forme de L’ISF, les nou­velles règles d’im­po­si­tion des re­ve­nus de l’épargne fi­nan­cière se­ront connues en toute fin d’an­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.