Quelle mai­son construire se­lon son bud­get

Pa­villon, vil­la d’ar­chi­tecte, lo­gis na­tu­rel en bois ou en paille… quel que soit votre choix, as­su­rez-vous que vous dis­po­sez des moyens suf­fi­sants pour la réa­li­sa­tion de vos rêves, une fois le ter­rain ache­té.

Dossier Familial - - SOMMAIRE - Par Pau­line Clé­ment

À MOINS DE 100 000 EU­ROS Une petite mai­son

« Avec ce bud­get, pour une mai­son tra­di­tion­nelle en brique ou en par­paing, il se­ra dif­fi­cile de dé­pas­ser 80 mètres car­rés, et il fau­dra ac­cep­ter un plan simple, une mai­son

rec­tan­gu­laire très clas­sique », sou­ligne le pré­sident de LCA-FFB Grand Est, Pierre Trouillard. Au ca­ta­logue de ce construc­teur fi­gure par exemple une mai­son de 70 mètres car­rés pour 85 000 eu­ros TTC. Un prix qui ne com­prend pas l’in­ter­ven­tion du ter­ras­sier pour créer un jar­din ou un ga­rage, ni les frais de rac­cor­de­ment du lo­ge­ment à l’élec­tri­ci­té, l’eau et le gaz, ni ceux de l’éva­cua­tion des eaux de­puis la voie pu­blique. Comp­tez pour ce der­nier poste au­tour de 3 000 eu­ros si le ter­rain est dé­jà via­bi­li­sé.

Une mai­son pré­fa­bri­quée

Fa­bri­quée pour l’es­sen­tiel en usine, avant d’être as­sem­blée sur le ter­rain, cette mai­son peut être éco­no­mique si l’usine est proche. Si­non, les coûts de tran­sports ré­duisent l’écart de prix avec la construc­tion tra­di­tion­nelle. L’in­con­vé­nient, c’est que ce type de lo­ge­ment vieillit sou­vent moins bien, les rac­cords entre les plaques fi­nis­sant par être vi­sibles, par exemple. Mais ces mai­sons sont de plus en plus sou­vent en bois. Cer­taines en­tre­prises pro­posent no­tam­ment des lo­ge­ments mo­du­laires, consti­tués de cubes conçus pour s’ajuster les uns aux autres, comme un jeu de Le­go. In­té­res­sant pour dé­mar­rer avec une petite sur­face qu’il se­ra pos­sible d’agran­dir par la suite avec d’autres mo­dules, si le ter­rain est assez vaste.

Une mai­son à fi­nir soi-même

Vous pou­vez confier au construc­teur le gros oeuvre (fon­da­tions, murs ex­té­rieurs, toi­ture, etc.) et conve­nir que vous vous char­ge­rez de tout ou par­tie du se­cond oeuvre (élec­tri­ci­té, plom­be­rie, iso­la­tion, car­re­lage, pein­ture, etc.) se­lon vos com­pé­tences et le temps dont vous dis­po­sez. Plus vous par­ti­ci­pe­rez, plus vous al­lé­ge­rez le bud­get, puisque vous n’au­rez que les four­ni­tures à ache­ter.

« Presque tou­jours, les clients choi­sissent de s’oc­cu­per eux-mêmes des pein­tures in­té­rieures ou de po­ser le par­quet flot­tant », in­dique Pierre Trouillard. Cer­tains construc­teurs ont même ima­gi­né des mai­sons dans les­quelles ce se­cond oeuvre est li­vré en kit, avec mode d’em­ploi et as­sis­tance tech­nique en cas de be­soin. Se­lon le construc­teur Mi­kit, lea­der de ce concept de mai­sons « prêtes à fi­nir », il est pos­sible de réa­li­ser une éco­no­mie sur le coût des tra­vaux pou­vant al­ler jus­qu’à 30 %.

À PAR­TIR DE 150 000 EU­ROS # Une mai­son tra­di­tion­nelle plus cos­sue

En comp­tant 1 200 à 1 300 eu­ros le mètre car­ré, vous pou­vez at­teindre les 120 mètres car­rés avec des pres­ta­tions de moyenne gamme. Dis­po­ser d’un ou deux ga­rages, de combles amé­na­geables (ce qui sup­pose d’y faire mon­ter l’eau, l’élec­tri­ci­té, les éva­cua­tions) de­vient en­vi­sa­geable. Tout comme une construc­tion plus ori­gi­nale, en forme de L par exemple, qui per­met de mieux sé­pa­rer les es­paces de vie des chambres ou de bé­né­fi­cier d’ex­po­si­tions au so­leil dif­fé­rentes. « Cette forme im­plique da­van­tage de murs en fa­çade, une toi­ture un peu plus com­plexe à réa­li­ser, d’où un sup­plé­ment de prix », in­dique Pierre Trouillard. Cette en­ve­loppe fi­nan­cière plus large peut aus­si fi­nan­cer des pres­ta­tions in­té­rieures, comme une se­conde salle de bains, une pompe à cha­leur qui ré­dui­ra la fac­ture éner­gé­tique, des me­nui­se­ries ex­té­rieures en bois plus belles et éco­lo­giques qu’en PVC ou une toi­ture-ter­rasse. Pour cette petite fo­lie, comp­tez 15 000 eu­ros sup­plé­men­taires pour une mai­son de

100 mètres car­rés au sol.

# Une mai­son en paille

Cette tech­nique très an­cienne re­vient en force, car ce ma­té­riau na­tu­rel et peu oné­reux est très iso­lant. « Une mai­son en paille est confor­table en hi­ver avec très peu de chauf­fage, et elle offre une fraî­cheur na­tu­relle en été », ré­sume Ga­briel Mar­ti­nez, co­or­di­na­teur du Ré­seau fran­çais de la construc­tion paille (RFCP). Comp­tez au moins 1 500 à 1 600 eu­ros par mètre car­ré. Cer­tains ar­chi­tectes conçoivent des mai­sons en paille sur me­sure, pour des bud­gets plus consé­quents. « La tech­nique la plus ré­pan­due consiste à créer une os­sa­ture en bois, rem­plie de bottes de paille qui se­ront re­cou­vertes de bois ou d’un en­duit », pré­cise Ga­briel Mar­ti­nez. De­si­gn ou clas­sique, tout est pos­sible. Lé­gère, la paille est ap­pro­priée aux construc­tions sur pi­lo­tis, sur ter­rains ar­gi­leux ou pen­tus. En re­vanche, comme les construc­tions en bois, elle im­pose d’as­su­rer une très bonne étan­chéi­té sur un sol hu­mide.

# Une mai­son en bois

Pri­sée de­puis long­temps pour son es­thé­tique, elle est dé­sor­mais aus­si convoi­tée pour son ex­cel­lente iso­la­tion. Si la struc­ture (toit et murs por­teurs) de ces mai­sons est en bois, les cloi­sons, entre les sup­ports ver­ti­caux en bois ou en mé­tal, peuvent être remplies grâce à des pan­neaux de bois ou des plaques de plâtre. Le tout dé­co­ré de bar­dage en bois ou en­duit clas­si­que­ment.

La gamme de prix est vaste. « Les mai­sons en bois se sont dé­mo­cra­ti­sées. En pas­sant par un construc­teur plu­tôt que par un ar­chi­tecte, leurs prix se rap­prochent des mai­sons tra­di­tion­nelles, à par­tir de 1 200 à 1 400 eu­ros

PEN­SEZ-Y // Pour une mai­son en bois dont le bar­dage vieilli­ra jo­li­ment, pré­fé­rez le cèdre rouge ou le mé­lèze, mais ils coûtent 20% plus cher que les autres es­sences.

le mètre car­ré », re­lève Loïc de Saint-quen­tin, se­cré­taire gé­né­ral d’af­co­bois, le syn­di­cat fran­çais de la construc­tion bois. Mais très sou­vent, les par­ti­cu­liers sé­duits par une mai­son en bois sont adeptes de belles pres­ta­tions. Ce sont donc des mai­sons de qua­li­té qui sortent de terre, à des ta­rifs voi­sins de 1 500 eu­ros le mètre car­ré, comme en Gi­ronde. Étant sou­vent fa­bri­quées en par­tie dans les ate­liers, leur construc­tion est moins tri­bu­taire des in­tem­pé­ries et elles peuvent en­suite être as­sem­blées sur place en une ou deux se­maines. In­con­vé­nient : sauf à choi­sir des es­sences bien adap­tées mais plus chères, le bois en fa­çade gri­saille sous l’ef­fet du so­leil si vous ne pas­sez pas une la­sure tous les deux à cinq ans.

En vous char­geant d’une par­tie du se­cond oeuvre, vous al­lé­ge­rez le bud­get.

So­lide, iso­lant et ac­ces­sible, le bois sé­duit de plus en plus.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.