Bien amé­na­ger son lo­ge­ment pour ré­duire les nui­sances so­nores.

QUE LES NUI­SANCES SO­NORES PRO­VIENNENT DE LA RUE, DE VOS VOI­SINS OU DE VOS PROPRES HA­BI­TUDES, IL EST TOU­JOURS TEMPS D’AMÉ­NA­GER VOTRE LO­GE­MENT POUR LES RÉ­DUIRE. TOUR D’HO­RI­ZON DES SO­LU­TIONS, DES PLUS SIMPLES AUX PLUS TECH­NIQUES.

Dossier Familial - - SOMMAIRE - Par Chan­tal Mas­son

Le res­sen­ti du bruit va­rie d’un in­di­vi­du à l’autre et le confort pho­nique n’est pas le même se­lon la date de construc­tion de votre lo­ge­ment.

Pour les bâ­ti­ments da­tant du XIXE siècle, le diag­nos­tic n’est pas simple en rai­son des nom­breuses mo­di­fi­ca­tions qui sont in­ter­ve­nues au fil du temps : grands ap­par­te­ments di­vi­sés en pe­tites sur­faces et sé­pa­rés par de simples cloi­sons, portes dis­si­mu­lées sous plu­sieurs couches de pa­pier peint, rem­pla­ce­ment du re­vê­te­ment de sol… Pour les construc­tions réa­li­sées ra­pi­de­ment et à moindre coût après la Se­conde Guerre mon­diale afin de re­lo­ger le plus grand nombre de mé­nages, l’iso­la­tion contre les nui­sances so­nores, mais aus­si contre le froid et le chaud, a gé­né­ra­le­ment été né­gli­gée.

Les pre­mières ré­gle­men­ta­tions acous­tiques des lo­ge­ments datent en ef­fet de 1969. Leurs exi­gences étaient bien en de­çà de celles im­po­sées en 1994, puis en 1999 (ar­rê­té du 30 juin). Quant aux ma­té­riaux, ils conti­nuent d’évo­luer, et les normes, elles, sont de plus en plus strictes. En consé­quence, les construc­tions ré­centes se ca­rac­té­risent, en gé­né­ral, par une meilleure per­for­mance acoustique. Quel que soit le type d’ha­bi­tat,

le pre­mier ré­flexe consiste à dé­tec­ter la pro­ve­nance des bruits, en gar­dant à l’es­prit deux prin­cipes : là où l’air passe, le bruit passe, et plus les ma­té­riaux sont épais, plus ils pro­tègent contre les nui­sances so­nores.

DES PORTES ÉTANCHES

Les portes consti­tuent par­fois un maillon faible en ma­tière d’iso­la­tion aux bruits

ex­té­rieurs et in­té­rieurs. « Pour tes­ter leur étan­chéi­té, la nuit, al­lu­mez une lampe torche et de­man­dez à une autre per­sonne pla­cée de l’autre cô­té de no­ter là où la lu­mière filtre »,

conseille le Centre d’in­for­ma­tion sur le bruit (Cidb). La pose de joints en mousse, en ca­ou­tchouc (à par­tir de 6 eu­ros les 6 mètres), d’un bour­re­let en bas de la porte (à par­tir de 7 eu­ros le mètre) et d’une barre de seuil peut suf­fire (15 eu­ros en­vi­ron).

Pour évi­ter les bruits pro­ve­nant d’un es­ca­lier et amé­lio­rer la tran­quilli­té et la sé­cu­ri­té chez vous, faites blin­der votre porte pa­lière (en­vi­ron 1 000 eu­ros) et sus­pen­dez de­vant une lourde ten­ture ou un ri­deau an­ti­bruit (à par­tir de 30 eu­ros).

À l’in­té­rieur du lo­ge­ment, les vieilles portes peuvent être rem­pla­cées par des bloc­sportes acous­tiques as­su­rant l’étan­chéi­té des feuillures mais aus­si entre le dor­mant et la porte, (à par­tir de 150 eu­ros le tout). Bien en­ten­du, n’ins­tal­lez pas une porte acoustique lors­qu’une ven­ti­la­tion dans sa par­tie basse est né­ces­saire (dans une cui­sine qui contient des ap­pa­reils à gaz, no­tam­ment).

Quant au ca­pi­ton­nage d’une porte, il ne se­ra pas très ef­fi­cace contre le bruit si celle-ci n’est pas étanche. « C’est alors de la simple

dé­co­ra­tion », fait re­marque le Cidb.

DES FE­NÊTRES AUX VI­TRAGES ÉPAIS

Les fe­nêtres sont les prin­ci­paux points d’en­trée des bruits ex­té­rieurs dans un lo­ge­ment. Avant d’en­vi­sa­ger leur ré­no­va­tion ou leur rem­pla­ce­ment, équi­pez-les de doubles ri­deaux épais et, à pe­tit prix, amé­lio­rez leur étan­chéi­té. Quand les sup­ports (dor­mants et cadres des fe­nêtres) sont bien plans, par ordre crois­sant d’ef­fi­ca­ci­té et de coût, vous avez le choix entre : col­ler des joints en mousse ou ca­ou­tchouc, po­ser des joints en si­li­cone (en­vi­ron 7 eu­ros la car­touche et à par­tir de 10 eu­ros le pis­to­let), clouer des joints mé­tal­liques en V (en­vi­ron 18 eu­ros les 10 mètres).

Si les fe­nêtres peuvent sup­por­ter un poids plus im­por­tant, un simple vi­trage épais suf­fit. « Dans tous les cas, mieux vaut un seul verre de 8 mm d’épais­seur plu­tôt qu’un double vi­trage 4/14/2,

rap­pelle le Cidb. Une épais­seur de 8 mm se­ra en ef­fet plus ef­fi­cace que 6 mm de vitres

(4 + 2) sé­pa­rées par 14 mm d’air. »

Si les fe­nêtres sont dé­té­rio­rées mais les dor­mants en bon état (ab­sence de trace d’hu­mi­di­té sur le mur en des­sous, no­tam­ment), il suf­fit de rem­pla­cer les pre­mières. S’il faut chan­ger dor­mants et fe­nêtres, op­tez pour des nou­veaux mo­dèles avec double vi­trage haute per­for­mance de type « feuille­té acoustique ». Vous ren­for­ce­rez en prime l’iso­la­tion ther­mique. Lorsque la construc­tion le per­met (bonne épais­seur des murs), « les doubles fe­nêtres offrent plus de confort acoustique, se­lon le Cidb, car l’épais­seur des verres et le large es­pace entre les deux fe­nêtres, au moins 10 cm, as­surent une meilleure iso­la­tion ». Autre point à exa­mi­ner, les éven­tuels coffres de vo­lets rou­lants pla­cés à l’in­té­rieur d’une pièce. Ils sont aus­si par­fois source de nui­sance so­nore et, pour y re­mé­dier, à dé­faut de les chan­ger, il faut po­ser des joints entre les plaques de fer­me­ture et le pla­fond, pla­cer des ab­sor­bants et des iso­lants acous­tiques à l’in­té­rieur des coffres, voire les ren­for­cer au moyen de plaques en bois ou en plâtre.

DES SOUS-COUCHES SOUS LE RE­VÊ­TE­MENT DE SOL

« Votre plan­cher, c’est le pla­fond de votre voi­sin », rap­pelle le Cidb. En consé­quence, dis­po­sez des ta­pis sur vos par­quets et carrelages. Col­lez sous les pieds des chaises et autres fau­teuils des em­bouts en feutre ou en ca­ou­tchouc (en­vi­ron 3 eu­ros les quatre) et ins­tal­lez des pieds an­ti­vi­bra­tions (en­vi­ron 8 eu­ros les quatre) ou de simples amor­tis­seurs en ca­ou­tchouc (en­vi­ron 4 eu­ros les quatre) sous votre lave-linge ou votre lave-vais­selle. Plus du­rable (et plus oné­reux), op­tez pour des ap­pa­reils élec­tro­mé­na­gers do­tés d’une éti­quette éner­gie af­fi­chant le ni­veau so­nore le plus faible. Bien en­ten­du, pour la tran­quilli­té de vos voi­sins, ne les faites pas fonc­tion­ner la nuit.

En­fin, n’ins­tal­lez pas les en­ceintes de votre chaîne hi-fi à même le sol mais plu­tôt en hau­teur, sur des sup­ports ou de pe­tits meubles dont vous au­rez équi­pé les pieds de pa­tins en ca­ou­tchouc.

Dans un im­meuble en co­pro­prié­té, avant de rem­pla­cer une mo­quette par un plan­cher ou un car­re­lage, re­por­tez-vous au rè­gle­ment in­té­rieur et in­for­mez-en le syn­dic qui consul­te­ra l’ar­chi­tecte de l’im­meuble et les autres co­pro­prié­taires au sein de l’as­sem­blée gé­né­rale. La pose d’une sous­couche iso­lante (en liège, en ca­ou­tchouc…), entre 2,50 et 9 eu­ros le mètre car­ré, est obli­ga­toire. « Si vous faites seul les tra­vaux, sui­vez scru­pu­leu­se­ment les pres­crip­tions des

fa­bri­cants et les tu­to­riels mis en ligne par leurs soins ou par les dis­tri­bu­teurs. Soyez vi­gi­lant no­tam­ment sur la pose des plinthes qui doivent être lé­gè­re­ment dé­so­li­da­ri­sées du sol », re­com­mande le Cidb.

DES FAUX-PLA­FONDS

Bruits de pas, de ta­lons, cris­se­ments de pieds de chaise… Quand le bruit vient du des­sus, la so­lu­tion la plus simple consiste à ob­te­nir de vos voi­sins un chan­ge­ment de com­por­te­ment ou la réa­li­sa­tion de tra­vaux d’amé­lio­ra­tion acoustique chez eux… De votre cô­té, si vos murs ne sont pas très hauts, op­tez pour des sous-pla­fonds col­lés, en plaques ou en rou­leaux, dis­po­nibles dans les grandes sur­faces, à par­tir de quelques eu­ros le mètre car­ré. Mais leur ef­fi­ca­ci­té est li­mi­tée. À l’oc­ca­sion d’une ré­no­va­tion, si vous dis­po­sez d’as­sez de vo­lume, l’idéal est d’ins­tal­ler un faux-pla­fond sus­pen­du. Il se­ra fa­bri­qué à par­tir d’une os­sa­ture métallique dé­so­li­da­ri­sée du pla­fond exis­tant, ou fixée à ce­lui-ci avec des sus­pentes an­ti­vi­bra­tiles entre les­quelles on in­tègre des iso­lants (laine de verre, laine de roche, etc.). Le coût : à par­tir de 10 eu­ros le mètre car­ré, hors pose et fi­ni­tions.

DES MURS DOU­BLÉS

Parce qu’un simple trou de quelques cen­ti­mètres car­rés ou une fis­sure suf­fisent à dé­gra­der l’iso­la­tion de l’en­semble d’une fa­çade, il convient de les col­ma­ter sans tar­der. Pour at­té­nuer la pro­pa­ga­tion du bruit chez vos voi­sins ou dans une chambre mi­toyenne, il est re­com­man­dé de pla­cer une grande bi­blio­thèque ou­verte avec des éta­gères de tailles dif­fé­rentes et des ob­jets va­riés contre le mur de sé­pa­ra­tion. Autres conseils : ne pas col­ler des en­ceintes contre une cloi­son et tendre sur les murs du tis­su po­sé sur une couche de mol­le­ton ou de l’iso­lant pho­nique (à par­tir de 25 eu­ros le rou­leau de 2,50 m x 0,50 m sur 5,5 mm d’épais­seur)… « Mais, même si elle se fait au dé­tri­ment de la sur­face ha­bi­table, lors d’une ré­no­va­tion, la so­lu­tion la plus ef­fi­cace reste le dou­blage iso­lant des murs avec, entre les deux pa­rois, un vide de 7 à 10 cm où est dé­po­sée de la laine mi­né­rale, par exemple. Pas be­soin de faire ap­pel à un spé­cia­liste, tout ar­ti­san connaît ces tech­niques », pré­cise le Cidb. Coût de l’opé­ra­tion : 5 eu­ros à 20 eu­ros le mètre car­ré, hors pose et fi­ni­tions.

Le double vi­trage n’est pas tou­jours un gage d’ef­fi­ca­ci­té acoustique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.