Comment li­mi­ter la baisse de ses re­ve­nus ?

Le dé­part à la re­traite en­traîne sou­vent une perte de re­ve­nus. Comment dé­pen­ser moins ou ga­gner da­van­tage, tout en vi­vant aus­si bien, et même plus as­tu­cieu­se­ment qu’avant ? C’est pos­sible, sur­tout à l’heure d’in­ter­net et de l’économie col­la­bo­ra­tive.

Dossier Familial - - SOMMAIRE - Par Chan­tal Mas­son.

Tro­quer ses deux voi­tures contre une seule et par­ta­ger les frais

Si deux voi­tures se ré­vèlent sou­vent utiles lor­qu’on ha­bite et qu’on tra­vaille dans une ré­gion où les trans­ports en com­mun font dé­faut, à l’heure de la re­traite, une seule peut suf­fire. Pour ré­duire les dé­penses du vé­hi­cule prin­ci­pal, pen­sez à co­voi­tu­rer des per­sonnes (Blab­lacar, Co­voi­tu­rage libre, Eu­rope Car­poo­ling…), des co­lis et des en­com­brants (Bring4you, Co­co­lis, Co­lis-voi­tu­rage, da­co­pack, Upick…). At­ten­tion, l’ob­jec­tif est de par­ta­ger les frais de cer­tains tra­jets, pas de faire des bé­né­fices.

CAS PRA­TIQUE Éco­no­mies réa­li­sées :

6 470 eu­ros la pre­mière an­née (1 270 eu­ros par an en­suite), sans comp­ter le co­voi­tu­rage et la co­li­vrai­son.

Re­vente d’une Twin­go 2011 :

5 200 eu­ros. As­su­rance : 400 eu­ros par an. Contrôle tech­nique : 30 eu­ros en comp­tant un contrôle à 60 eu­ros tous les deux ans pour les vé­hi­cules de plus de quatre ans. 840 eu­ros par an. Co­voi­tu­rage : 20 eu­ros en­vi­ron pour un tra­jet Nan­cy-pa­ris.

Co­li­vrai­son : 30 eu­ros en­vi­ron pour le trans­port d’un four entre Sainte-maxime (Var) et Lyon.

Re­vendre son lo­ge­ment pour un plus pe­tit ou pour un aus­si grand dans une ré­gion moins chère

La re­traite, c’est par­fois le temps de re­tour­ner dans sa ré­gion d’ori­gine ou celle de ses va­cances, voire de s’or­ga­ni­ser pour dé­mé­na­ger dans un lo­ge­ment moins cher et mieux adap­té au foyer que les en­fants ont gé­né­ra­le­ment quit­té.

La dif­fé­rence de prix peut être pla­cée en pe­tite par­tie sur un pro­duit d’épargne dis­po­nible (li­vret A) et le reste sur une as­su­rance-vie avec sor­tie en rente via­gère ou en ca­pi­tal. Il est pos­sible d’y pio­cher en cas de be­soin.

CAS PRA­TIQUE

Éco­no­mies réa­li­sées : 110 000 eu­ros. Vente d’une mai­son : 420 000 eu­ros à Or­vault dans la ban­lieue nantaise.

Achat d’un ap­par­te­ment : 310 000 eu­ros dans le centre de Nantes sur l’île Beau­lieu.

Re­voir tous ses contrats

En ac­ti­vi­té, sou­vent par manque de temps, on n’exa­mine pas ré­gu­liè­re­ment ses contrats (as­su­rance, téléphonie, in­ter­net, éner­gie, etc.). Pour­tant, un nou­veau contrat, voire un

chan­ge­ment de com­pa­gnie, d’opé­ra­teur ou de four­nis­seur per­met de réa­li­ser de sub­stan­tielles éco­no­mies. Les pro­fes­sion­nels ont en ef­fet ten­dance à pri­vi­lé­gier la cap­ta­tion de nou­veaux clients grâce à des offres al­lé­chantes au dé­tri­ment des an­ciens clients, ex­clus des nou­velles condi­tions. Une fois à la re­traite, il est conseillé de faire le tour de tous ses contrats. Et d’uti­li­ser, pour les abon­ne­ments d’élec­tri­ci­té et de gaz par exemple, le com­pa­ra­teur du mé­dia­teur na­tio­nal de l’éner­gie (Ener­gie-in­fo.fr ou

0 800 112 212, ap­pel gra­tuit), qui in­dique, se­lon sa lo­ca­li­sa­tion et sa consom­ma­tion, toutes les offres chif­frées du mar­ché.

CAS PRA­TIQUE

Éco­no­mies réa­li­sées : à par­tir de 500 eu­ros

par an.

As­su­rance au­to : lors­qu’on n’uti­lise plus son vé­hi­cule per­son­nel pour ses dé­pla­ce­ments pro­fes­sion­nels et ses tra­jets quo­ti­diens entre lo­ge­ment et lieu de tra­vail, la ga­ran­tie

« usage pri­vé » suf­fit. Elle coûte 30 % de moins qu’une ga­ran­tie « usage pri­vé et pro­fes­sion­nel », soit 120 eu­ros sur une prime an­nuelle de 400 eu­ros.

Contrat de com­mu­ni­ca­tion : re­grou­per ses abon­ne­ments in­ter­net-té­lé­vi­sion-té­lé­phone fixe, mais aus­si té­lé­phones por­tables du mé­nage, voire des en­fants (3, 4 ou 5, se­lon l’opé­ra­teur) per­met de réa­li­ser une économie d’au moins 120 eu­ros par an avec le Mul­ti-packs chez SFR ou les offres Open chez Orange.

Contrat de four­ni­ture d’élec­tri­ci­té, de gaz,

ou de fioul : pré­voyez 6 à 20 % d’économie en chan­geant de four­nis­seur ou, mieux en­core, en ache­tant grou­pé (par exemple, avec L’UFC-QUE Choi­sir mais aus­si grâce aux ini­tia­tives de cer­taines mu­ni­ci­pa­li­tés). À la clé, au moins 260 eu­ros par an en moins à dé­bour­ser.

Re­cher­cher les ré­duc­tions se­nior

Sous condi­tions de ressources ou pas, chaque com­mune or­ga­nise sa po­li­tique de ta­rifs ré­duits pour les se­niors (plus de 60 ans ou de 65 ans, se­lon les cas) dans les trans­ports en com­mun, les pis­cines mais, par­fois aus­si, dans des ré­seaux de com­mer­çants, dans des as­so­cia­tions (par exemple, avec la carte mé­tro­pole Nice Côte d’azur Se­nior Plus). Dans les salles de ci­né­ma, les pe­tits prix sont sou­vent ré­ser­vés aux heures creuses, avant mi­di. Mais il est pos­sible éga­le­ment de se faire une cure de ci­né­ma pour 3 ou 4 eu­ros la séance lors du Prin­temps du ci­né­ma en mars, de la Fête du ci­né­ma fin juin-dé­but juillet, du Fes­ti­val ci­né­ma Té­lé­ra­ma en jan­vier… Quant aux mu­sées, ils pré­fèrent sou­vent at­ti­rer les jeunes par des ta­rifs at­trac­tifs plu­tôt que les se­niors et ré­ser­ver la gratuité aux per­sonnes per­ce­vant des mi­ni­ma so­ciaux.

CAS PRA­TIQUE

Éco­no­mies réa­li­sées : en­vi­ron 500 eu­ros/an. SNCF : 25 % de ré­duc­tion ga­ran­tis en deuxième classe et jus­qu’à 40 % en pre­mière avec la carte Se­nior +, ac­ces­sible dès l’âge de 60 ans, au prix de 60 eu­ros par an ; les trans­ports en com­mun offrent éga­le­ment des ré­duc­tions, par exemple, jus­qu’à 50 % à Lille et plus de 20 % à Per­pi­gnan.

Ci­né­ma : 7,10 eu­ros au lieu de 11,40 eu­ros à L’UGC Ber­cy à Pa­ris avant 11 heures ;

8,50 eu­ros au lieu de 10,80 eu­ros pour les plus de 65 ans au Gau­mont Pa­thé de Caen…

Pis­cines : − 50 % pour les plus de 60 ans dans les pis­cines mu­ni­ci­pales de Metz et de Nice…

GA­GNER DA­VAN­TAGE Pro­po­ser une chambre, un es­pace de sto­ckage, un jar­din…

Louer les chambres lais­sées va­cantes par les en­fants à des étu­diants à l’an­née ou à des hôtes de pas­sage (sur Airbnb, Gîtes de France…), est un bon moyen de ren­flouer ses caisses, mais aus­si de ren­con­trer des voya­geurs du monde en­tier. Avec, au choix, le sta­tut de chambre d’hôte (avec pe­tit dé­jeu­ner) ou de chambre pri­vée (sans pres­ta­tions). Si on n’a pas en­vie de par­ta­ger sa mai­son avec d’autres per­sonnes ou si la chambre n’est pas as­sez ac­cueillante pour ser­vir d’hé­ber­ge­ment, la so­lu­tion consiste à louer cet es­pace (ou un ga­rage, un gre­nier, une cave) à des fins de sto­ckage (Co­sto­ckage, Ho­me­box, Je­stocke, etc.). De la même fa­çon, un jar­din peut ac­cueillir un bar­be­cue ou une fête (Izi­par­ty, Oh-my gar­den…)

CAS PRA­TIQUE

Gains réa­li­sés : à par­tir de 500 eu­ros par an. Chambre chez l’ha­bi­tant: 10 à 40 eu­ros ou plus la nuit se­lon l’em­pla­ce­ment.

Sto­ckage : 3 à 15 eu­ros par m2 et par se­maine. Jar­din : à par­tir de 10 eu­ros l’heure.

Ti­rer pro­fit de ses ta­lents

Cui­sine, bri­co­lage, jar­di­nage… pour ceux qui ont des ta­lents, la re­traite donne l’op­por­tu­ni­té de les ren­ta­bi­li­ser. Les cor­dons-bleus peuvent pré­pa­rer des pe­tits plats et les pro­po­ser, pho­tos à l’ap­pui, sur des sites comme Mum­myz ou My Cuis­tot. À condi­tion de res­pec­ter les chartes qua­li­té et hy­giène des sites et de don­ner ses dates de dis­po­ni­bi­li­té. Quant à ceux qui savent chan­ger un joint de ro­bi­net ou le flot­teur d’une chasse d’eau, mon­ter un meuble, fixer une tringle à ri­deaux, bê­cher un jar­din, plan­ter des frai­siers, etc., qu’ils pro­posent leurs sa­voir-faire sur des sites comme Friz­biz, Su­per­ma­no, etc. CAS PRA­TIQUE

Gains réa­li­sés : à par­tir de 200 eu­ros par an. Pe­tits plats mai­son : en­vi­ron 5 à 8 eu­ros par por­tion à em­por­ter.

Bri­co­lage-jar­di­nage : en­vi­ron 15 à 25 eu­ros l’heure.

Louer son vé­hi­cule

Plu­tôt que de lais­ser sa voi­ture im­mo­bi­li­sée dans le ga­rage parce qu’on ne l’uti­lise qu’oc­ca­sion­nel­le­ment, on peut la louer à des par­ti­cu­liers. Des sites comme Oui­car, De­ways, Dri­vy ou Koo­li­car pro­posent de mettre en re­la­tion loueurs et lo­ca­taires par­ti­cu­liers.

CAS PRA­TIQUE

Gains réa­li­sés : à par­tir de 200 eu­ros par an. En fonc­tion du mo­dèle, de son an­cien­ne­té et de la pé­riode (se­maine, week-end, pleine sai­son, etc.), comp­tez en moyenne au moins

3 eu­ros l’heure et 10 eu­ros la jour­née. Des gains aux­quels il faut re­ti­rer 30 % au titre de l’as­su­rance. Ob­jec­tif : évi­ter de mettre en cause sa res­pon­sa­bi­li­té en cas de si­nistre et d’éco­per d’un ma­lus lors d’un ac­ci­dent cau­sé par le lo­ca­taire.

Exer­cer une ac­ti­vi­té d’ap­point

Les jobs ne manquent pas pour ceux qui veulent tra­vailler oc­ca­sion­nel­le­ment : dame de com­pa­gnie pour per­sonnes âgées, garde d’en­fants le soir, sor­tie de la crèche ou de l’école, garde ou sor­ties d’ani­maux, cours à do­mi­cile ou sur Skype, tra­duc­tion de lettres, dé­pan­nage in­for­ma­tique, etc. À la dif­fé­rence d’un tra­vail exer­cé à temps plein au mo­ment de la re­traite, cette ac­ti­vi­té se pra­tique sou­ple­ment, au gré de son agen­da. Des sites mettent en re­la­tion ceux qui offrent leurs ser­vices et les po­ten­tiels clients : Yoo­pa­la, Ba­by­chou, Kan­gou­rou Kids, Ki­nou­garde, Nou­nou-top, Zaz­zen… pour la garde d’en­fants ; Ami­ma­lin, Ani­maute, Dog­bud­dy, Dog­sit­ting, Dog­va­cances, Ho­li­dog… pour la garde d’ani­maux ; Aca­do­mia, Adom­lin­gua, Com­plé­tude, Cours Le­gendre, Kel­prof, Keep­school pour les cours par­ti­cu­liers ; Je­me­pro­pose pour les pe­tits tra­vaux de tra­duc­tion ; You­pi­job pour des tra­vaux d’in­for­ma­tique, faire la lec­ture à des per­sonnes âgées, etc.

CAS PRA­TIQUE

Gains réa­li­sés : à par­tir de 2 000 eu­ros par an. Ba­by­sit­ting : de 8 à plus de 10 eu­ros l’heure. Pet­sit­ting : 5 à 13 eu­ros par jour, par ani­mal, pour une garde chez le dog­sit­ter; 13 à 16 eu­ros par jour pour une garde chez le client;

5 à 7 eu­ros pour une pro­me­nade ou une vi­site (trente mi­nutes).

Cours par­ti­cu­liers: 15 à 35 eu­ros l’heure se­lon le ni­veau du pro­fes­seur.

Tra­duc­tion : à par­tir de 15 eu­ros l’heure.

Dans les villes et ag­glo­mé­ra­tions, les se­niors bé­né­fi­cient de ta­rifs ré­duits dans les trans­ports en com­mun.

En cui­sine, pré­pa­rez plus de por­tions et ven­dez-les sur in­ter­net en pro­fi­tant du boom du fait-mai­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.