Évo­lu­tions à la hausse et in­ter­ro­ga­tions

DSI - - VEILLES STRATÉGIQUES -

Le gou­ver­ne­ment sué­dois va aug­men­ter les bud­gets de dé­fense mi­li­taire et ci­vile de 334 mil­lions de dol­lars par an sur les trois an­nées res­tantes de son man­dat. Avec plus de 840 mil­lions sup­plé­men­taires, les forces armées de­vraient être en me­sure d’ache­ter de nou­veaux blin­dés, de même que des mu­ni­tions. Il est éga­le­ment ques­tion d’ac­croître le nombre de sol­dats et d’of­fi­ciers d’ac­tive, sa­chant que le ser­vice mi­li­taire a été ré­ins­tau­ré. Stock­holm a par ailleurs conduit ses plus im­por­tants exer­cices de­puis la fin de la guerre froide. «Au­ro­ra 17» a eu lieu au même mo­ment que «Za­pad 2017» (voir DSI no 131, p. 15-16) et a, pour la pre­mière fois pour un exer­cice de cette taille, ac­cueilli des na­tions par­te­naires, dont la France, qui a en­voyé des bat­te­ries SAMP Mam­ba, et les États-unis. La conduite de l’exer­cice montre l’at­ten­tion por­tée au scé­na­rio d’in­va­sion de l’île de Got­land par la Russie : il était cen­tré sur sa dé­fense, avec un en­ga­ge­ment mas­sif des chars et de l’ar­tille­rie.

La Po­logne a quant à elle dé­ci­dé, fin août, d’un nou­veau plan d’in­ves­tis­se­ment, d’une va­leur équi­va­lant à 55 mil­liards de dol­lars, sur les 15 pro­chaines an­nées. Com­pre­nant les re­li­quats du plan pré­cé­dent (plus de 40 mil­liards d’eu­ros sur 10 ans), il in­ter­vient en com­plé­ment des bud­gets an­nuels et doit per­mettre à Var­so­vie d’at­teindre son ob­jec­tif d’al­lo­ca­tion de 2,5 % du PIB à la dé­fense d’ici à 2032, fixé en juin. L’aug­men­ta­tion du bud­get de­vrait per­mettre l’achat de nou­veaux ma­té­riels, le dé­ve­lop­pe­ment de co­opé­ra­tions in­dus­trielles et des ef­forts en ma­tière de politique du per­son­nel. Plu­sieurs pro­grammes ma­jeurs de­vront éga­le­ment être conduits, comme le rem­pla­ce­ment des Su-22 et l’ac­qui­si­tion de La conduite de l’exer­cice montre l’at­ten­tion por­tée au scé­na­rio d’in­va­sion de l’île de Got­land par la Russie nou­veaux sous-ma­rins do­tés de mis­siles de croi­sière.

Il faut ajou­ter la dé­ci­sion fran­çaise d’ef­fec­ti­ve­ment ap­pli­quer la loi de pro­gram­ma­tion mi­li­taire, et d’ain­si ac­croître le bud­get 2018 de 1,8 mil­liard d’eu­ros. La hausse, nous l’avons dé­jà dit, est en trompe-l’oeil. D’une part, les sur­coûts des OPEX se­ront as­su­més en par­tie par les armées (alors qu’il était ques­tion qu’ils ne le soient plus). On ne peut évi­dem­ment en connaître à l’avance le mon­tant, mais en se fon­dant sur les an­nées pré­cé­dentes, il peut être es­ti­mé à en­vi­ron 1,2 mil­liard. D’autre part, il y a le rat­tra­page des 850 mil­lions d’an­nu­la­tion de cré­dits d’équi­pe­ment. Les ar­bi­trages quant aux pro­grammes concer­nés n’ont pas en­core été ren­dus, mais l’ar­mée de l’air pour­rait être par­ti­cu­liè­re­ment tou­chée (énième re­port de la ré­no­va­tion des Mi­rage 2000D, re­tards sur le stan­dard F4 du Ra­fale). Le pro­gramme de fré­gates de taille in­ter­mé­diaire FTI pour­rait éga­le­ment su­bir les consé­quences des dé­ci­sions prises cette an­née. In fine, ce bud­get sup­plé­men­taire de 1,8 mil­liard ser­vi­rait donc à fi­nan­cer un be­soin de plus de 2 mil­liards. Il est ain­si fort pro­bable que la bosse bud­gé­taire soit ame­née à gros­sir en­core un peu ; un phé­no­mène qui ne touche pas que la France.

Le Royaume-uni est lui aus­si tou­ché, avec une es­ti­ma­tion de sa « bosse bud­gé­taire » de l’ordre des 20 mil­liards de livres par Londres, en dé­pit d’un in­ves­tis­se­ment es­ti­mé à 178 mil­liards de livres sur 10 ans. En réa­li­té ce­pen­dant, elle pour­rait être plus im­por­tante. Price Wa­te­rhouse Coo­pers es­time ain­si qu’elle se monte à en­vi­ron 30 mil­liards sur 10 ans,

mais aus­si que cette bosse fait l’ob­jet d’un vé­ri­table dé­ni politique. Or on ne voit pas très bien quels pro­grammes bri­tan­niques se­raient sus­cep­tibles d’être an­nu­lés alors que les nou­veaux équi­pe­ments ar­rivent (porte-avions, sous­ma­rins de classe As­tute, A400M, F-35, blin­dés Ajax) ou sont en phase de dé­ve­lop­pe­ment ou dé­but de leur construc­tion (fré­gates Type-26 et Type-31, sous-ma­rins nu­cléaires lan­ceurs d’en­gins Dread­nought, avions de pa­trouille P-8). Les so­lu­tions pro­po­sées par la firme de consul­tance n’ap­pa­raissent guère dis­rup­tives : clas­si­que­ment, la ré­duc­tion des coûts de per­son­nel – dont les ef­fets dé­lé­tères ont pour­tant été du­re­ment res­sen­tis outre-manche – ou l’in­té­gra­tion de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle… lors­qu’elle se­ra dis­po­nible.

Le Queen Eli­za­beth entre dans le port de Ports­mouth. La ques­tion de la « bosse bud­gé­taire » est tout aus­si pro­blé­ma­tique au Royaume-uni qu’en France. (© Crown Co­py­right)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.