Ma­noeuvres tous azi­muts dans l’avia­tion de com­bat

DSI - - VEILLES STRATÉGIQUES -

Les an­nonces se sont suc­cé­dé dans le do­maine des flottes aé­riennes. Au-de­là d’une pre­mière pré­sen­ta­tion du drone EUROMALE, dont la ma­quette a été pré­sen­tée du­rant le sa­lon ILA à Berlin, dé­voi­lant sa confi­gu­ra­tion bi­tur­bo­prop, Air­bus et Das­sault vont tra­vailler aux suc­ces­seurs du Ty­phoon et du Ra­fale, avec en ligne de mire les an­nées 2035/2040. Le Fu­ture Com­bat Air Sys­tem (FCAS), ap­pa­reil de nou­velle gé­né­ra­tion, ap­pa­raît ain­si comme un pro­gramme po­li­tique, tech­no­lo­gique et mi­li­taire. Po­li­tique, dès lors qu’il consti­tue la concré­ti­sa­tion du rap­pro­che­ment stra­té­gique fran­co-al­le­mand alors que Pa­ris ten­dait jusque-là à pri­vi­lé­gier Londres, dans la fou­lée des ac­cords de Lan­cas­ter House. Non, d’ailleurs, sans une confu­sion di­plo­ma­ti­que­ment dom­ma­geable qui au­rait pu être évi­tée : FCAS fait aus­si ré­fé­rence à un pro­gramme fran­co-bri­tan­nique por­tant es­sen­tiel­le­ment sur les ré­seaux, in­ter­fa­çage entre qua­trième et cin­quième gé­né­ra­tions com­pris, qui pour­suit sa pro­gres­sion (voir DSI no 135). Par ailleurs, le pro­gramme de fu­tur ap­pa­reil n’est pas fer­mé : d’autres na­tions sont sus­cep­tibles de l’in­té­grer, ce qui n’est pas sans in­ci­dences sur des né­go­cia­tions en cours. En Bel­gique, la par­ti­ci­pa­tion au FCAS est ain­si in­cluse dans l’offre fran­çaise.

Le pro­gramme est éga­le­ment tech­no­lo­gique. Avec des tra­vaux de­vant com­men­cer dans les an­nées 2020 et des dé­mons­tra­teurs, FCAS doit per­mettre de conser­ver une su­pé­rio­ri­té tech­no­lo­gique, concer­nant certes l’ap­pa­reil lui-même, mais éga­le­ment son avio­nique, sa connec­ti­vi­té, ain­si que l’in­té­gra­tion d’autres as­pects. Il est ain­si ques­tion d’in­té­grer au sys­tème aé­rien fu­tur des es­saims de drones, d’une ma­nière si­mi­laire au sys­tème Grem­lins en cours de test aux États-unis. En­fin, le pro­gramme est bien en­ten­du mi­li­taire : sans qu’il soit of­fi­ciel­le­ment qua­li­fié de « sixième gé­né­ra­tion », la lo­gique est bien celle du dé­ve­lop­pe­ment d’un ap­pa­reil de com­bat. Le mou­ve­ment est per­ti­nent : pour les in­dus­triels eu­ro­péens, il va s’agir de s’ap­puyer sur des tech­no­lo­gies émer­gentes, mais aus­si de ti­rer les le­çons du pro­gramme F-35, dont les pro­blèmes sont en­core loin d’être ré­so­lus.

Que faire entre-temps ? Si le FCAS est at­ten­du pour 2040, l’ar­mée de l’air est dans une si­tua­tion confor­table : elle per­çoit ses Ra­fale F3R et tra­vaille sur le F4. En Al­le­magne en revanche, la Luft­waffe

est dans une si­tua­tion plus dé­li­cate, les 90 Tor­na­do ap­pro­chant de leur fin de vie – elle in­ter­vien­dra vers 2025 –, mais aus­si du fait d’un scan­dale au­tour de la dis­po­ni­bi­li­té des 128 Ty­phoon : seuls quatre le sont ef­fec­ti­ve­ment. Après que l’op­tion du F-35 a été évo­quée pour en­suite être écar­tée par le ni­veau po­li­tique, Eu­ro­figh­ter a pro­po­sé une évo­lu­tion de son Ty­phoon, dont la po­ly­va­lence se­rait ac­crue « à moyen terme », sans autre pré­ci­sion de date. L’an­nonce d’air­bus n’a pas que des in­ci­dences po­ten­tielles en Al­le­magne : elle per­met­trait éga­le­ment au consor­tium de ren­for­cer son offre sur les mar­chés belge, fin­lan­dais et suisse no­tam­ment en as­so­ciant les in­dus­tries na­tio­nales, ce qui n’est guère pos­sible avec l’offre ac­tuelle.

Un autre pro­gramme im­porte éga­le­ment : le rem­pla­ce­ment des ap­pa­reils de pa­trouille ma­ri­time. Si les At­lan­tique 2 fran­çais sont en cours de ré­no­va­tion et que les P-3C al­le­mands bé­né­fi­cient en­core de po­ten­tiel, la ques­tion de leur suc­ces­seur se pose dé­jà : les ap­pa­reils quit­te­raient le ser­vice en 2030. En juillet 2017 dé­jà, Pa­ris et Berlin avaient si­gné un ac­cord de prin­cipe sur la dé­fi­ni­tion d’une so­lu­tion eu­ro­péenne… qui reste à dé­ve­lop­per. Pour l’ins­tant, seule la Suède dis­pose d’une op­tion avec le Sword­fish (sur la base d’un bom­bar­dier Glo­bal 6000), qui n’a pas en­core trou­vé ac­qué­reur. Pra­ti­que­ment, une feuille de route doit en­core être éta­blie, mais l’a320­neo ou l’a321­neo pour­raient faire l’ob­jet d’une conver­sion. Là aus­si, les ra­mi­fi­ca­tions po­ten­tielles sont im­por­tantes. La me­nace sous­ma­rine s’est, d’une ma­nière gé­né­rale, ac­crue et la seule op­tion de nou­velle gé­né­ra­tion exis­tant ac­tuel­le­ment est le P-8A Po­sei­don amé­ri­cain, pour l’ins­tant com­man­dé, en Eu­rope, par le Royaume-uni (il re­ce­vra les pre­miers de ses neuf exem­plaires en 2019) et la Nor­vège (cinq exem­plaires à par­tir de 2022).

Pré­sen­ta­tion au pu­blic de la ma­quette de L’EUROMALE. (© Air­bus)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.