Notes

DSI - - ARMÉES -

(1) L’UTI re­pré­sente 30 000 hommes en jan­vier 2007. Voir Opiyo Oloya, Black Hawks ri­sing, the sto­ry of AMISOM’S suc­cess­ful war against So­ma­li in­sur­gents

2007-2014, He­lion & Com­pa­ny, War­wick, 2016.

(2) « Mou­ve­ment des jeunes com­bat­tants ». La dé­si­gna­tion

de Sha­baab [She­bab] est rare avant 2007.

(3) Le chef mi­li­taire du mou­ve­ment, Aden Ay­ro, est ain­si tué le 1er mai 2008 lors d’une frappe de mis­siles To­ma­hawk. Il est alors rem­pla­cé par

Ah­med Go­dane, qui ren­force l’or­ga­ni­sa­tion.

(4) At­ten­tats et at­ten­tats-sui­cides comme dans le Punt­land et le So­ma­li­land, en­lè­ve­ments (comme ce­lui de deux membres de la DGSE le 14 juillet 2009 en Somalie, ou de Ma­rie De­dieu en sep­tembre 2011 au Ke­nya).

(5) Tran­si­tio­nal Fe­de­ral Go­vern­ment (TFG).

(6) Qui, toute pro­por­tion gar­dée, peut-être com­pa­rée, par exemple, à celle de la ba­taille de Huê lors de l’of­fen­sive du Têt au Viet­nam, de jan­vier à mars 1968, ou aux com­bats entre l’état is­la­mique et les Kurdes à Ko­ba­né, de sep­tembre 2014 à juin 2015 : dans tous les cas, des mou­ve­ments in­sur­rec­tion­nels en­ga­gés dans des ac­tions de guerre clas­sique se ré­vèlent aus­si vul­né­rables à l’at­tri­tion, si ce n’est plus, que des forces conven­tion­nelles.

(7) « Pro­té­ger le pays », en swa­hi­li.

(8) En­vi­ron 2 000 tués.

(9) Brett M. But­ler, Pre­ci­pi­ta­ting the De­cline of Al-sha­baab:

a Case Stu­dy in Lea­der­ship De­ca­pi­ta­tion, Na­val

Post­gra­duate School, Mon­te­rey, dé­cembre 2015.

(10) Ibid.

(11) Sur la pas­sion­nante ques­tion des « tech­ni­cals », voir

Leigh Ne­ville, Tech­ni­cals: Non-standard Tac­ti­cal

Ve­hicles from the Great Toyo­ta War to Mo­dern

Spe­cial Forces, Os­prey Pu­bli­shing, Ox­ford, 2018.

(12) Al-qaï­da est im­plan­té dans la zone de­puis le cou­rant des an­nées 1990. Pa­ral­lè­le­ment, les ra­cines des She­bab ac­tuels se sont no­tam­ment dé­ve­lop­pées en Afghanistan dès 1998, tan­dis que le dji­ha­disme en Somalie via Al-sha­baab est de­ve­nu une des pierres an­gu­laires de la stra­té­gie d’al-qaï­da. Au dé­but de 2006, Ben La­den ap­pelle à sou­te­nir L’UTI.

(13) D’autres as­pects existent éga­le­ment, comme le com­man­de­ment, le re­cru­te­ment de vo­lon­taires étran­gers en par­ti­cu­lier via In­ter­net, etc.

(14) La mé­thode est « im­por­tée » d’afghanistan et du Pa­kis­tan ; la pre­mière at­taque sui­cide ter­ro­riste me­née par L’UTI sur­vient le 18 sep­tembre 2006 contre le convoi pré­si­den­tiel so­ma­lien. La pre­mière at­taque sui­cide dans une lo­gique de ter­ro­gué­rilla a lieu le 30 no­vembre 2006 contre un point de contrôle te­nu par des Éthio­piens ; Opiyo Oloyan, op. cit.

(15) Paul D. Williams, « The bat­tle at El Adde: the Ke­nya

De­fence Forces, al-sha­baab, and Unans­we­red Ques­tions », In­ter­na­tio­nal Peace Ins­ti­tute (https://www.ipinst. org/2016/07/the-bat­tle-at-el-adde-the-ke­nya-de­fen­ce­forces-al-sha­baab-and-unans­we­red-ques­tions).

(16) « Ceux qui aident ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.