UNE NOU­VELLE JEU­NESSE POUR LE LYNX

DSI - - SPÉCIFICATIONS [LEONARDO LYNX WILDCAT] - J. H.

Si le Lynx bé­né­fi­cie d’une ul­time mo­der­ni­sa­tion avant son rem­pla­ce­ment par le NH90 dans la Ma­rine na­tio­nale, il a en­core de beaux jours de­vant lui ailleurs, en dé­pit de l’ar­ri­vée des Wild­cat. Si les ap­pa­reils fran­çais et bri­tan­niques sont an­ciens – ils étaient en­trés en ser­vice res­pec­ti­ve­ment en 1976 et 1979 –, le Lynx a en­core fait l’ob­jet de com­mandes ré­centes : l’al­gé­rie com­man­dait quatre Su­per Lynx 300 en 2007 et la Ma­lai­sie six, li­vrés à par­tir de 2003. En 2004, Oman com­men­çait à re­ce­voir les 16 ap­pa­reils com­man­dés. De fac­to, le Lynx a été un suc­cès com­mer­cial, avec 18 pays acquéreurs, es­sen­tiel­le­ment de ver­sions na­vales. Seul le Royaume-uni a ache­té sa ver­sion ter­restre (pour le com­bat an­ti­char et en­suite le trans­port lé­ger et la re­con­nais­sance), de même que la po­lice du Qa­tar. Suc­cès com­mer­cial, l’ap­pa­reil est aus­si em­blé­ma­tique de ce que peut être une co­opé­ra­tion in­dus­trielle réus­sie. Le be­soin était ini­tia­le­ment bri­tan­nique : une fiche-pro­gramme pour le rem­pla­ce­ment des West­land Wasp et Scout était ain­si émise en 1966. Un an plus tard, la France re­joi­gnait le pro­gramme à hau­teur de 30 %, ven­dant en contre­par­tie des Pu­ma et des Ga­zelle au Royaume-uni, qui fut éga­le­ment as­so­cié à leur pro­duc­tion.

Pour Pa­ris, il s’agis­sait alors de dis­po­ser d’un hé­li­co­ptère na­val en bonne et due forme, mais aus­si d’une ver­sion ter­restre, lour­de­ment mo­di­fiée, avec cock­pit en tan­dem. Si cette ver­sion a été aban­don­née, le Lynx na­val ap­pa­raît comme un franc suc­cès. Le pre­mier pro­to­type a ef­fec­tué son pre­mier vol en mars 1971. L’eu­rope n’était pas en re­tard : à ce mo­ment s’ache­vait le dé­ve­lop­pe­ment du SH-2D Seas­prite, pre­mier vé­ri­table hé­li­co­ptère na­val moderne amé­ri­cain. La lo­gique semble au­jourd’hui tri­viale, mais était en réa­li­té in­no­vante : une ma­chine com­pacte, uti­li­sable de­puis n’im­porte quel bâ­ti­ment avec une plate-forme hé­li­co­ptère, et do­tée d’une suite de cap­teurs et de mu­ni­tions la ren­dant apte aux mis­sions an­ti­na­vires, an­ti-sous­ma­rines, de re­con­nais­sance et d’ap­pui. La zone d’ac­tion d’une fré­gate ou d’un des­troyer don­né s’étend ain­si en fonc­tion du rayon d’ac­tion et de l’en­du­rance de l’hé­li­co­ptère. En France, l’ar­ri­vée des Lynx a coïn­ci­dé avec l’en­trée en ser­vice des des­troyers Georges Leygues. Au Royaume-uni, l’évo­lu­tion fut tout aus­si no table: le­waspn’ était es­sen­tiel­le­ment qu’un por­teur de tor­pilles et de charges de pro­fon­deur, et cer­tai­ne­ment pas un sys­tème d’arme in­té­gré.

L’ap­pa­reil est au de­meu­rant bien né : dès 1972, un Lynx bat le record de vi­tesse pour les hé­li­co­ptères et, plus lar­ge­ment, l’évo­lu­ti­vi­té est as­su­rée. Aux dif­fé­rentes ver­sions ex­port, il faut ain­si ajou­ter une deuxième gé­né­ra­tion de Lynx, ap­pa­rue dans les an­nées 1990 sur la base de tra­vaux conduits dans les an­nées 1980 : le Su­per Lynx. Les évo­lu­tions touchent à la mo­to­ri­sa­tion et à la struc­ture, mais aus­si à l’avio­nique et aux sys­tèmes de mis­sion. Le Wild­cat ap­pa­raît ain­si comme une troi­sième gé­né­ra­tion. Le cal­cul, là non plus, n’est pas in­in­té­res­sant : si NH90, Mer­lin et SH/MH-60 sont de la classe des 10 tonnes, le fait de dis­po­ser d’un ap­pa­reil plus lé­ger et plus com­pact est com­mer­cia­le­ment pro­fi­table, en par­ti­cu­lier pour nombre de pays dont les bâ­ti­ments de sur­face ne connaissent pas l’in­fla­tion de ton­nage consta­tée en Eu­rope ou aux États-unis. Même en Eu­rope, le choix bri­tan­nique doit faire ré­flé­chir, en dé­pit d’un équi­pe­ment ASM en­core à ins­tal­ler. Si c’était le cas, les 28 Wild­cat HM2 et les 30 Mer­lin HM2 – soit 58 hé­li­co­ptères – se­raient à com­pa­rer aux seuls fu­turs 27 NH90 de la Ma­rine na­tio­nale…

Un HM2. Les hé­li­co­ptères bri­tan­niques ne sont pour l’ins­tant pas do­tés d’un so­nar. (© Crown Co­py­right) Po­si­tion­ne­ment d’une mi­trailleuse M-2. Une telle confi­gu­ra­tion li­mite les pos­si­bi­li­tés de trans­port en ca­bine. (© Crown Co­py­right)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.