As­sis­tants vo­caux : l'ac­cès aux conte­nus cham­bou­lé

Google As­sis­tant, Ama­zon Alexa, Mi­cro­soft Cor­ta­na, Apple Si­ri, … Les as­sis­tants vo­caux vont re­don­ner la main aux uti­li­sa­teurs dans leurs re­cherches de conte­nus ( mu­siques, films, in­fos, livres, jeux vi­déo, …). Re­com­man­da­tions et mar­ke­ting vont se re­trouve

Edition Multimédi@ - - La Une -

Les in­ter­nautes vont don­ner de la voix, tan­dis que les in­dus­tries cultu­relles risquent de res­ter sans voix ! Les as­sis­tants vo­caux vir­tuels – au pre­mier rang des­quels l’on re­trouve As­sis­tant ( Google), Alexa ( Ama­zon), Cor­ta­na ( Mi­cro­soft), Si­ri ( Apple) ou en­core Bix­by ( Samsung) – vont non seule­ment trans­for­mer nos vies nu­mé­riques et nos ob­jets du quo­ti­dien, mais aus­si et sur­tout nous per­mettre d’al­ler di­rec­te­ment à l’es­sen­tiel et de fa­çon ex­pli­cite dans nos choix de conte­nus et de ser­vices en ligne. Et ce, sans sur­fer sur le Web ni ou­vrir moultes ap­plis mo­biles, et sans être la cible de pu­bli­ci­tés « ci­blées » ou de re­com­man­da­tions « per­son­na­li­sées » à tout- va.

Le glas so­nore du Web et des ap­plis ?

Notre voix et sa re­con­nais­sance vo­cale de­viennent la nou­velle in­ter­face avec In­ter­net : exit le cla­vier ( exi­geant du doig­té), la sou­ris ( fi­ni le scrol­ling) et l’écran ca­viar­dé de sug­ges­tions et de pro­mo­tions plus ou moins in­tem­pes­tives ( adieu le surf). Est- ce la fin du Web et des ap­plis mo­biles ? Les mé­ta­don­nées et les coo­kies – qui puisent leur force de per­sua­sion dans les al­go­rithmes pour nous in­fluen­cer, voire nous dé­tour­ner de notre be­soin ini­tial, dans le cadre d’opé­ra­tions mar­ke­ting ou de cam­pagnes pu­bli­ci­taires – n’ont qu’à bien se te­nir. Si les as­sis­tants vo­caux font au­tant par­ler d’eux, c’est que ces sys­tèmes à re­con­nais­sance vo­cale de plus en plus fiables com­mencent à s’im­mis­cer pro­gres­si­ve­ment dans nos dif­fé­rents ap­pa­reils fa­mi­liers et do­tés eux aus­si de la voix pour nous ré­pondre : smart­phones, haut- parleurs connec­tés, téléviseurs, ré­fri­gé­ra­teurs, équi­pe­ments à do­mi­cile ( 1), voi­tures, … Mais c’est dans l’ac­cès aux conte­nus cultu­rels que le bou­le­ver­se­ment pour­rait être plus pro­fond et non sans consé­quences pour les in­dus­tries cultu­relles. Car l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle ( IA) d’un as­sis­tant vo­cal vir­tuel se­ra ca­pable de nous trou­ver pré­ci­sé­ment la mu­sique, le film, le livre, le jeu vi­déo ou en­core l’ar­ticle de presse que nous re­cher­chons à un ins­tant T. Ima­gi­nez Net­flix n’obéis­sant qu’à la voix de son maître ( vous l’abon­né) pour nous ap­por­ter la sé­rie et uni­que­ment la sé­rie sou­hai­tée ( et rien d’autre) : c’est ain­si toute son ar­chi­tec­ture de re­com­man­da­tions à l’écran ba­sée sur des mé­ta­don­nées et al­go­rithmes qui de­vient… in­utile. La conju­gai­son de L’IA et de l’in­ter­face vo­cale re­donne le pou­voir aux in­ter­nautes et mo­bi­nautes dans l’ac­cès aux conte­nus cultu­rels. Grâce au deep lear­ning, ou ap­pren­tis­sage au­to­ma­tique, la re­cherche vo­cale court­cir­cui­te­rait même de nom­breux in­ter­mé­diaires : mo­teurs de re­cherche, mé­dias, édi­teurs, pres­crip­teurs, ou en­core ap­pli­ca­tions mo­biles. Les as­sis­tants vo­caux pour­raient mettre en re­la­tion di­rec­te­ment le consom­ma­teur et le pro­duc­teur, le mé­lo­mane et le mu­si­cien, le lec­teur et l’au­teur, voire toute per­sonne avec la source de l’in­for­ma­tion re­cher­chée, etc. Ce se­rait un chan­ge­ment com­plet de paradigme pour le ecom­merce en gé­né­ral ( voice shop­ping) et les in­dus­tries cultu­relles en par­ti­cu­lier. Cette en­trée de la mai­son et de la voi­ture dans l’ère du conver­sa­tion­nel n’en est qu’à ses tout dé­buts. Pour la re­cherche d’une chan­son, par exemple, la re­con­nais­sance mu­si­cale de nos en­ceintes connec­tées nous trou­ve­ra le bon mor­ceau, à l’ins­tar de Sha­zam, le mo­ment vou­lu – comme le pro­pose Si­ri d’apple et bien­tôt Google As­sis­tant. Les en­ceintes connec­tées Ama­zon Echo ( lea­der du mar­ché des haut- parleurs in­tel­li­gents et mul­ti­fonc­tions ( 2)), Google Home ou en­core Apple Ho­me­pod, en at­ten­dant Samsung « Bix­by Home » , ré­pondent dé­jà au doigt et à l’oeil, … com­pre­nez à votre voix ! Les films, sé­ries et vi­déos se­ront eux aus­si com­man­dés de vive voix, comme avec l’écran connec­té Echo Show d’ama­zon lan­cé en juin der­nier. Le géant du e- com­merce s’en est d’ailleurs pris en sep­tembre à Google, ac­cu­sé d’em­pê­cher d’y re­gar­der Youtube. Se­lon la so­cié­té newyor­kaise Fu­ture To­day Ins­ti­tute, c’est en 2023 que la moi­tié des in­ter­ac­tions des uti­li­sa­teurs avec les conte­nus mul­ti­mé­dias et ser­vices nu­mé­riques se fe­ront par la voix. Ne pas se pré­oc­cu­per de ce nou­vel éco­sys­tème à com­mande vo­cale pour­rait être fa­tal aux in­dus­tries cultu­relles. Par exemple, dans son étude « 2018 Tech Trends for Jour­na­lism and Me­dia » pu­bliée dé­but oc­tobre, cet ins­ti­tut parle même de « me­nace exis­ten­tielle pour l’ave­nir du jour­na­lisme » ( 3).

La presse et la ra­dio se mettent à l’au­dio

En France, le groupe Amau­ry a an­non­cé l’ar­ri­vée de L’equipe sur Google As­sis­tant pour smart­phones et en­ceintes connec­tées. Le quo­ti­dien gra­tuit 20 Mi­nutes ( Schibs­ted) donne, lui, de la voix sur Ama­zon Echo. En au­dio : flash in­fos, jeux et pod­casts. Le groupe Ra­dio France, dé­jà par­te­naire sur Google Home, est ten­té par l’au­dio d’ama­zon Echo. Pour l’heure, ces éco­sys­tèmes vo­caux sont in­com­pa­tibles entre eux, ex­cep­tés pour Alexa et Cor­ta­na suite à un ac­cord Ama­zon- Mi­cro­soft ( lire EM@ 177, p. 2). La ba­taille du vo­cal dé­bou­che­ra- t- elle sur un stan­dard in­ter­na­tio­nal, gage d’in­ter­opé­ra­bi­li­té pour que tout le monde se parle ? @ Charles de Lau­bier

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.