Tron ( blo­ck­chain) ra­chète Bit­tor­rent ( peer- to- peer)

Edition Multimédi@ - - La Une -

En fait. Le 19 juin, le site d’in­for­ma­tion amé­ri­cain Te­chc­runch ( Ve­ri­zon/ Oath) af­firme que la so­cié­té Bit­tor­rent – au cé­lèbre pro­to­cole peer- to- peer – a été ven­due pour 140 mil­lions de dol­lars à Jus­tin Sun, fon­da­teur et di­ri­geant de la start- up Tron spé­cia­li­sée dans le « Web dé­cen­tra­li­sé » et la blo­ck­chain.

En clair. Blo­ck­chain et peer- to- peer : même com­bat dans la dé­cen­tra­li­sa­tion du Web et la dis­tri­bu­tion de conte­nus mul­ti­mé­dias ? Près de quinze ans après sa créa­tion dans la Si­li­con Val­ley, la start- up Bit­tor­rent Inc. – char­gée du dé­ve­lop­pe­ment du fa­meux pro­to­cole peer- to- peer Bit­tor­rent – vient d’être cé­dée pour la co­quette somme de 140 mil­lions de dol­lars. Il faut dire que l’en­tre­prise fon­dée en 2004 par Bram Co­hen ( le « père » du pro­to­cole peer- to- peer Bit­tor­rent) et Ash­win Na­vin ( In­do- Amé­ri­can char­gé de com­mer­cia­li­ser le pro­to­cole) re­ven­dique au­jourd’hui « plus de 170 mil­lions d’uti­li­sa­teurs chaque mois » et af­firme même gé­né­rer « près de 40 % du trafic In­ter­net dans le monde chaque jour » . Pour faire par­tie in­té­grante du ré­seau dé­cen­tra­li­sé Bit­tor­rent, l’uti­li­sa­teur doit préa­la­ble­ment té­lé­char­ger un lo­gi­ciel dit « client » , dont le plus plé­bis­ci­té est utor­rent. A par­tir de là, il peut échan­ger mu­siques, vi­déos et fi­chiers de conte­nus en tout genre. Après s’être fait connaître au­près des in­ter­nautes avec le té­lé­char­ge­ment peer- to- peer de fi­chiers au­dio et vi­déo, Bit­tor­rent a ra­jou­té en 2012 une corde à son arc : le strea­ming peer- to- peer ( 1). Tant re­dou­té par le pas­sé des industries cultu­relles, car sy­no­nyme à leurs yeux de pi­ra­tage d’oeuvres sur In­ter­net, Bit­tor­rent s’est en­ga­gé de­puis quelques an­nées au­près des créa­teurs de films et de mu­siques en van­tant sa « mé­thode fan­tas­tique de dis­tri­bu­tion de conte­nus lé­gaux » . Ce­la passe par des « bundle » avec des ar­tistes ( Pu­blic Ene­my, Pixies, Lin­kin Park, …). Exemple : Ma­don­na a par­ti­ci­pé en 2013 au court mé­trage « Se­cret Pro­ject Re­vo­lu­tion » dif­fu­sé sur Bit­tor­rent avec un ap­pel aux dons. L’an­née sui­vante, l’al­bum « To­mor­row’s Mo­dern Boxes » de Thom Yorke a été le pre­mier « bundle » payant pro­po­sé. En 2015, BBC World­wide a mis la sé­rie té­lé­vi­sée « Doc­tor Who » dans un bundle Bit­tor­rent. D’après Te­chc­runch, Aka­mai et Ro­vi s’étaient aus­si in­té­res­sés à Bit­tor­rent mais sans en concré­ti­ser l’ac­qui­si­tion – le pre­mier pré­fé­rant s’em­pa­rer du concur­rent Red Swoosh. Mais c’est Jus­tin Sun, fon­da­teur et di­ri­geant de la start- up Tron spé­cia­li­sée dans le « Web dé­cen­tra­li­sé » ( 2) et la blo­ck­chain, qui vient de s’em­pa­rer de l’icône du peer- to- peer. Le 19 juin, le blog de Bi­tor­rent ( 3) a quand même te­nu à pré­ci­ser qu’il n’était pas ques­tion de chan­ger de mo­dèle éco­no­mique ( free­mium) ni de com­men­cer à mi­ner de la cryp­to­mon­naie !@

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.