Ra­dio France : Si­byle Veil n'abandonne pas le pro­jet de « ra­dio sur me­sure » ini­tié par Ma­thieu Gal­let

Edition Multimédi@ - - La Une - Charles de Lau­bier

Ma­thieu Gal­let en avait rê­vée pour 2018 ; Si­byle Veil va la faire d'ici 2022 : la ra­dio sur me­sure va trans­for­mer à l'ave­nir de Ra­dio France. Cette « ra­dio per­son­na­li­sée » s'ap­puie­ra sur les sept sta­tions du groupe, les comptes- uti­li­sa­teurs des in­ter­nautes et l'ex­ploi­ta­tion de leurs don­nées. Mais il reste à fi­nan­cer le pro­jet.

Il y a un an main­te­nant, l’an­cien pré­sident de Ra­dio France, Ma­thieu Gal­let, lan­çait la pla­te­forme « Un monde de Ra­dio France » ( 1) of­frant une sé­lec­tion d’émis­sions de ra­dio en re­play is­sues des pro­grammes de Fran­cein­fo, France In­ter, France Bleu, France Culture, France Mu­sique, Fip et Mouv. Et ce, avec la pro­messe faite aux au­di­teurs et in­ter­nautes de pou­voir « se com­po­ser leur ra­dio sur me­sure dès 2018 » – dixit Ma­thieu Gal­let ( 2). Cette ra­dio sur me­sure de­vait être lan­cée par Ra­dio France au pre­mier tri­mestre de cette an­née, avec la pos­si­bi­li­té pour chaque in­ter­naute de créer son compte et sa propre grille de pro­grammes à par­tir des émis­sions des sept sta­tions du groupe pu­blic. Mais la ré­vo­ca­tion de Ma­thieu Gal­let en jan­vier ( 3) par le Conseil su­pé­rieur de l’au­dio­vi­suel ( CSA), le­quel a en­suite nom­mé en avril sa suc­ces­seuse Si­byle Veil ( photo), n’a pas per­mis de me­ner à bien ce pro­jet am­bi­tieux de ra­dio per­son­na­li­sée. Il y a aus­si la com­plexi­té du pro­jet et le mon­tant de l’in­ves­tis­se­ment en tech­no­lo­gies et in­fra­struc­ture qui ont ren­voyé à plus tard le lan­ce­ment d’une telle pla­te­forme ra­dio­pho­nique in­ter­ac­tive. D’au­tant que la Mai­son Ronde est dans une pé­riode de res­tric­tion bud­gé­taire exi­gée par l’etat ac­tion­naire, avec un re­tour à l’équi­libre es­pé­ré cette an­née dans le cadre de la « tra­jec­toire du COM 2015- 2019 » .

Comptes- uti­li­sa­teurs, per­son­na­li­sa­tion, da­ta

« Pour l’ins­tant, la per­son­na­li­sa­tion n’a pas été faite car ce­la né­ces­site des équi­pe­ments très im­por­tants. On y tra­vaille avec des start- up [ telles que Les Crois­sants, Ra­dio France étant par ailleurs par­te­naire de l’in­cu­ba­teur Crea­tis Me­dia et pré­sent à Sta­tion F, ndlr] afin de pou­voir créer des comptes- uti­li­sa­teur qui per­mettent de col­lec­ter les don­nées d’usage des in­ter­nautes pour personnaliser les conte­nus. Ce­la né­ces­site tech­ni­que­ment de l’in­ves­tis­se­ment » , a ex­pli­qué

Si­byle Veil de­vant l’as­so­cia­tion des jour­na­listes mé­dias ( AFM) le 5 juillet der­nier, pour jus­ti­fier le re­tard mais en restant vague sur le ca­len­drier de lan­ce­ment. « C’est un tra­vail sur les trois pro­chaines an­nées » , a- t- elle in­di­qué. « La ra­dio per­son­na­li­sée est com­plexe à faire tech­ni­que­ment. C’est une vraie prio­ri­té pour les pro­chaines an­nées » , a- t- elle ce­pen­dant as­su­ré.

Ra­dio France fait al­liance avec la Chine

La pré­si­dente de Ra­dio France ob­serve de près ce qui se fait à l’étran­ger. « J’étais en Chine ré­cem­ment où j’ai été voir des ra­dios qui com­mencent à le faire. On en est aux pré­mices parce qu’il faut un lien plus di­rect avec l’in­ter­naute et une in­ter­ac­tion. Ce­la sup­pose un in­ves­tis­se­ment tech­nique et une in­fra­struc­ture, ain­si qu’une col­lecte et une ana­lyse de don­nées is­sues de ces comptes- uti­li­sa­teur » . Se­lon nos in­for­ma­tions, Si­byle Veil s’est ren­due du 22 au 24 juin en Chine – avec une dé­lé­ga­tion du Pre­mier mi­nistre – où elle est res­tée une ma­ti­née en­tière à la ra­dio de Shan­ghaï, SMG Ra­dio, du groupe au­dio­vi­suel pu­blic Shan­ghai Me­dia Group ( réunis­sant té­lés et ra­dios pu­bliques), afin de consta­ter leurs avan­cées dans ce do­maine. A noter que Ra­dio France a in­té­gré en juin le Co­mi­té France Chine ( CFC). Mais la ra­dio per­son­na­li­sée va coû­ter de l’ar­gent. C’est aus­si le mes­sage que Si­byle Veil a fait pas­ser au­près des dé­pu­tés et des sé­na­teurs lors de ses au­di­tions res­pec­tives des 13 et 6 juin der­niers. En creux, le pro­jet de ra­dio sur me­sure est sus­pen­du au fu­tur ca­drage bud­gé­taire de l’au­dio­vi­suel pu­blic et sur­tout à la do­ta­tion qui se­ra vo­tée dans le pro­jet de loi de Fi­nances pour 2019 à l’au­tomne. Celle qui fut au­pa­ra­vant di­rec­trice dé­lé­guée en charge des opé­ra­tions et des fi­nances de Ra­dio France table sur « un chif­frage plu­ri­an­nuel » pour mettre en oeuvre sa stra­té­gie dans le temps et avec une vi­si­bi­li­té d’ici à 2022. La nou­velle PDG de la ra­dio pu­blique veut s’ins­crire dans la du­rée – y com­pris dans le nu­mé­rique en fai­sant ré­fé­rence à « la stra­té­gie de long terme de Jeff Be­zos sur Ama­zon » . Et ce, mal­gré la vaste ré­forme im­mé­diate de l’au­dio­vi­suel pu­blic qu’a ini­tiée le pré­sident de la Ré­pu­blique, Em­ma­nuel Ma­cron. Elle a d’ailleurs confié de­vant L’AJM avoir gar­dé « une re­la­tion d’ami­tié d’école qui ne va pas au- de­là en termes pro­fes­sion­nel » – de­puis L’ENA d’où ils sont sor­tis de la même pro­mo­tion Sen­ghor ( 2002- 2004). Quoi qu’il en soit, son man­dat de pré­si­dente de Ra­dio France est d’une du­rée de cinq ans et le pro­jet am­bi­tieux de ra­dio per­son­na­li­sée est en bonne place dans son pro­jet stra­té­gique 2018- 2023 qu’elle a pré­sen­té en avril au CSA juste avant d’être re­te­nue ( 4). A l’heure du Net, le sec­teur de la ra­dio va être ame­né à bas­cu­ler dans le monde de la da­ta et des al­go­rithmes de re­com­man­da­tion. « La per­son­na­li­sa­tion de la re­la­tion avec l’in­ter­naute va re­po­ser sur l’ex­ploi­ta­tion des don­nées d’usage pro­duites à chaque in­ter­ac­tion et agré­gées au pro­fil de chaque uti­li­sa­teur. Pour pou­voir of­frir un es­pace de per­son­na­li­sa­tion, Ra­dio France de­vra ac­cen­tuer ses ef­forts de re­cherche et de dé­ve­lop­pe­ment sur l’ex­ploi­ta­tion de ces don­nées. L’ob­jec­tif est (…) que l’au­di­teur/ in­ter­naute qui entre par un type de pro­gramme ou par une marque se voit of­frir l’ac­cès à l’uni­vers plus large des conte­nus de la ra­dio pu­blique » , avait- elle ex­pli­qué au ré­gu­la­teur de l’au­dio­vi­suel, en men­tion­nant la pla­te­forme « Un monde de Ra­dio France » mise en place par son pré­dé­ces­seur pour y parvenir. Ce­la sup­pose pour la Mai­son Ronde de se lan­cer dans l’ana­lyse des don­nées d’usage né­ces­saires pour faire des recommandations sus­cep­tibles d’en­ri­chir l’écoute, et ce dans un es­prit de « pres­crip­tion cultu­relle » et de « mé­dia de ser­vice pu­blic » . « Ce­la im­plique de tra­vailler sur un al­go­rithme in­tel­li­gent ou sur un ou­til de re­com­man­da­tion ou­vert ( comme la ra­dio amé­ri­caine Pan­do­ra) pa­ra­mé­tré pour ne pas po­la­ri­ser l’usa­ger sur ses seuls centres d’in­té­rêt ( 5) » , avait- elle pré­ci­sé. Ma­thieu Gal­let, lui, pre­nait vo­lon­tiers en exemple ni la pla­te­forme au­dio amé­ri­caine Pan­do­ra ni la ra­dio chi­noise SMG, mais l’ap­pli­ca­tion de ra­dio per­son­na­li­sée NPR One lan­cée en 2014 par la ra­dio pu­blique amé­ri­caine Na­tio­nal Pu­blic Ra­dio. La per­son­na­li­sa­tion in­ter­ac­tive de ce mé­dia re­vient en quelque sorte à faire en strea­ming un « Spo­ti­fy gra­tuit de la ra­dio » et pour­rait son­ner à terme le glas des pod­casts à té­lé­char­ger ( lire aus­si p. 4). Si­byle Veil, elle, va cher­cher son ins­pi­ra­tion ailleurs. « Je suis al­lé en Chine, en Al­le­magne ; nous avons des re­la­tions avec la RTBF en Bel­gique et nous al­lons voir pro­chai­ne­ment nos ho­mo­logues sué­dois ( Sve­riges Ra­dio). Toutes les ques­tions sur les évo­lu­tions de nos mé­dias, on les par­tage très for­te­ment avec les autres. Dans les en­jeux de trans­for­ma­tion, il faut que l’on passe du monde an­cien – où l’on par­lait marques et au­diences – à un monde nou­veau du nu­mé­rique – où l’on parle in­di­vi­du et ex­pé­rience client. Il faut que l’on ar­rive à avoir une re­la­tion per­son­na­li­sée avec ceux qui s’in­té­ressent à nos pro­grammes et que, par in­no­va­tions suc­ces­sives, nous les gar­dions et les fi­dé­li­sions » , a- t- elle in­sis­té de­vant L’AJM.

« Ma ra­dio de­main » se­ra ci­blée

A cet égard, la pro­chaine concer­ta­tion avec le pu­blic – qui se­ra lan­cée à la ren­trée sur une pla­te­forme par­ti­ci­pa­tive « Ma ra­dio de­main » et dont les ré­sul­tats se­ront com­mu­ni­qués à l’au­tomne – per­met­tra d’en­ga­ger une pre­mière re­flexion en ligne avec le pu­blic au­di­teur- in­ter­nautes pour cer­ner avec lui les en­jeux ra­dio­pho­niques fu­tures ( au­dio, texte, image et vi­déo) des pro­chaines an­nées où la ra­dio sur me­sure don­ne­ra le la. Pour l’heure, la ra­dio li­néaire hert­zienne de la FM reste comme ailleurs do­mi­nante à Ra­dio France ( 88 % de l’écoute) par rap­port au nu­mé­rique ( 12 %). Pour l’ins­tant... @

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.