Trump veut en­core em­pê­cher AT& T- War­ner­me­dia 3

Edition Multimédi@ - - La Une -

En fait. Le 13 juillet, le dé­par­te­ment amé­ri­cain de la Jus­tice ( DOJ) a fait ap­pel de la dé­ci­sion d’un juge fé­dé­ral d’au­to­ri­ser, il y a un mois, le rachat du groupe de mé­dias Time Warner – re­bap­ti­sé War­ner­me­dia – par l’opé­ra­teur té­lé­coms AT& T pour 85,4 mil­liards de dol­lars. Le spectre de Trump plane tou­jours.

En clair. Rap­pe­lez- vous ce que le fu­tur pré­sident des EtatsU­nis, Do­nald Trump, avait dé­cla­ré lors­qu’il était en cam­pagne en oc­tobre 2016 le jour – le 22 oc­tobre – de l’an­nonce par l’opé­ra­teur té­lé­coms AT& T du rachat du groupe de mé­dias et de ci­né­ma Time Warner pour plus de 85 mil­liards de dol­lars ( 108 mil­liards avec la dette) : « C’est trop de pou­voir concen­tré dans les mains de trop peu de gens ! » ( 1). Près de deux ans plus tard, le bras de fer conti­nue entre l’ad­mi­nis­tra­tion Trump et le couple AT& T- War­ner­me­dia ( ex- Time Warner). Le géant des té­lé­coms a fi­na­li­sé sans at­tendre la mé­ga- fu­sion mi- juin. Et ce, juste après que le juge fé­dé­ral Richard Leon ait ren­du à Wa­shing­ton le 12 juin une dé­ci­sion fa­vo­rable à l’opé­ra­tion as­sor­tie d’un « Me­mo­ran­dum Opinion » de 172 pages qui fe­ra date ( 2). Pour ce ma­gis­trat, l’ad­mi­nis­tra­tion Trump n’avait ap­por­té au­cune preuve à l’af­fir­ma­tion se­lon la­quelle l’en­semble AT& T- War­ner­me­dia al­lait se faire au dé­tri­ment des consom­ma­teurs. D’ailleurs, la concur­rence n’a ja­mais été plus vi­vace avec l’ar­ri­vée dans le sec­teur de l’au­dio­vi­suel des GAFAN ( Net­flix com­pris). Mais le De­part­ment of Jus­tice ( DOJ) des Etats- Unis s’était don­né 60 jours pour éven­tuel­le­ment faire ap­pel, ce qu’il a fait au bout d’un mois seule­ment – mon­trant ain­si sa détermination à faire échec au pro­jet. AT& T a d’ailleurs pris la pré­cau­tion de gar­der War­ner­me­dia dans une fi­liale dis­tincte, afin de pa­rer à toute éven­tua­li­té dans cette af­faire d’etat. C’est la division « An­ti­trust » du DOJ qui ins­truit ce mé­ga- dos­sier ( 3), le­quel lui coûte suf­fi­sam­ment cher pour qu’il en fasse état de­vant le Con­grès en pré­vi­sion de son bud­get 2019 : « L’achat de Time Warner par AT& T a consom­mé des res­sources [ fi­nan­cières] si­gni­fi­ca­tives sur plus d’une an­née et l’is­sue du pro­cès, vi­sant à in­ter­dire la fu­sion, s’éten­dra out au long de l’an­née 2018. De telles en­quêtes de fu­sion et dé­fis sont consom­ma­trices de temps et coû­teuses, ce qui est le cas parce que les ques­tions sont sou­vent com­plexes et l’en­jeu est im­por­tant pour les consom­ma­teurs amé­ri­cains et l’éco­no­mie » . De son cô­té, le di­rec­teur ju­ri­dique D’AT& T, Da­vid Mca­tee, s’est dit « sur­pris [ mais] prêts à dé­fendre la dé­ci­sion du tri­bu­nal de­vant la cour d’ap­pel » . Reste à sa­voir si l’opé­ra­teur té­lé­coms se­ra contraint de cé­der le ré­seau de té­lé­vi­sions Tur­ner, dont fait par­tie la chaîne CNN dé­tes­tée par Do­nald Trump. @

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.