Bas­cu­le­ment his­to­rique : Le Monde au­ra ven­du en 2018 plus de jour­naux nu­mé­riques que d'exem­plaires pa­pier

Edition Multimédi@ - - La Une - Charles de Lau­bier

Le centre de gra­vi­té du Monde bas­cule dans le di­gi­tal : les ventes en France des ver­sions nu­mé­riques du quo­ti­dien de­viennent ma­jo­ri­taires au cours de ce se­cond se­mestre 2018. Les marges étant su­pé­rieures à celles du pa­pier, le pa­tron Louis Drey­fus se dit sa­tis­fait et veut plus d'abon­ne­ments nu­mé­riques.

Les ventes du quo­ti­dien Le Monde sont en train de bas­cu­ler dans le nu­mé­rique. L’an­née 2018 mar­que­ra une étape im­por­tante, où les ver­sions nu­mé­riques payées se­ront dé­sor­mais plus nom­breuses en France que celles de l’édi­tion pa­pier – toutes dif­fu­sions payées en France ( abon­ne­ments, ventes au nu­mé­ro ou par tiers). Se­lon les es­ti­ma­tions de Edi­tion Mul­ti­mé­di@, en pre­nant en compte le dé­clin du « print » ( jour­nal im­pri­mé) et la crois­sance du di­gi­tal ( le même jour­nal au for­mat de type PDF), c’est au cours de ce se­cond se­mestre 2018 que plus de 50 % des ventes du Monde en France se fe­ront en ver­sions nu­mé­riques. Ce taux at­tei­gnait dé­jà 44,5 % en moyenne sur un an à la fin du pre­mier se­mestre 2018, d’après les chiffres cer­ti­fiés de L’ACPM ( ex- OJD), soit 126.171 jour­naux di­gi­taux ven­dus par jour ( in­cluant 789 ven­dus in­di­rec­te­ment) sur une dif­fu­sion payée to­tale en France de 283.678 exem­plaires payés ( im­pri­més et nu­mé­riques). Rien qu’en août, ce taux est pas­sé à 49,1 %, avec 139.608 ver­sions nu­mé­riques ( 1). Ce ra­tio a sur­tout net­te­ment pro­gres­sé en six mois en fa­veur de la dé­ma­té­ria­li­sa­tion du titre, par rap­port à la moyenne quo­ti­dienne de 40,1 % consta­tée sur 2017 ( 114.171 ver­sions nu­mé­riques sur un to­tal payé de 284.738 exem­plaires).

Plus de 50 % des ventes avec l’édi­tion di­gi­tale

Ce dé­pla­ce­ment du point de gra­vi­té du « quo­ti­dien de ré­fé­rence » fon­dé par Hu­bert Beuve- Mé­ry en dé­cembre 1944 est his­to­rique et illustre le pro­fond chan­ge­ment de pa­ra­digme que vit la presse. D’autres quo­ti­diens ont dé­jà fran­chi ce cap, comme le New York Times dès fin 2015, au mo­ment où il dé­pas­sait plus de 1 mil­lion d’abon­nés di­gi­taux ( 2). Au­jourd’hui, à fin juin, le quo­ti­dien de ré­fé­rence new- yor­kais comp­tait 2,89 mil­lions d’abon­nés uni­que­ment nu­mé­riques sur un to­tal de 3,8 mil­lions – soit un ra­tio de… 76 % en fa­veur du di­gi­tal ! Louis Drey­fus ( pho­to), le pré­sident du di­rec­toire du groupe Le Monde et

Le centre de gra­vi­té du Monde bas­cule

di­rec­teur de la pu­bli­ca­tion, n’a pas évo­qué ex­pli­ci­te­ment ce bas­cu­le­ment his­to­rique du Monde dans le di­gi­tal de­vant l’as­so­cia­tion des jour­na­listes mé­dias ( AJM), dont il était l’in­vi­té le 19 sep­tembre. Mais c’était tout comme, tant les abon­ne­ments nu­mé­riques sont dé­sor­mais au coeur de la stra­té­gie du groupe ap­par­te­nant au duo Pi­gasse- Niel.

165.000 abon­nés nu­mé­riques au Monde

Pour le quo­ti­dien en par­ti­cu­lier, le di­ri­geant du Monde a fait état de 165.000 abon­nés nu­mé­riques, soit un chiffre bien au- des­sus de la dif­fu­sion payante di­gi­tale certifiée par L’ACPM ( 3). « L’abon­ne­ment au Monde à 1 eu­ro est notre offre nu­mé­rique de dé­part sur un mois, sur six mois pour les étu­diants. Comme le prix est bas, ces abon­ne­ments à 1 eu­ro ne sont pas “Oj­di­fiés” [ com­pre­nez, comp­ta­bi­li­sés dans la dif­fu­sion payante certifiée par L’ACPM, ndlr]. Ce­la ex­plique la dif­fé­rence entre les 165.000 abon­nés nu­mé­riques payants que nous at­tei­gnons et les 136.000 de L’OJD » , a ex­pli­qué Louis Drey­fus. Alors que le nombre d’abon­nés nu­mé­riques aug­mente de 13,8% sur un an en France, la crois­sance at­teint 20 % si l’on y ajoute cette porte d’en­trée à 1 eu­ro. Et se­lon le di­rec­teur de la pu­bli­ca­tion, « le taux de conver­sion est as­sez fort » . Lorsque Louis Drey­fus est ar­ri­vé à la tête du Monde il y a huit ans, le por­te­feuille était de 25.000 abon­nés nu­mé­riques avec un pa­nier moyen de l’ordre de 6 eu­ros ; il est au­jourd’hui de 165.000 abon­nés avec un pa­nier moyen « très lar­ge­ment su­pé­rieur » . « On ne fait pas du dum­ping [ ta­ri­faire] car nous n’avons pas in­té­rêt à vendre un maxi­mum d’abon­ne­ments à 1 eu­ro ; il en va de mes re­ve­nus. On me dit que nous cas­sons les prix, mais en réa­li­té ce n’est pas le cas » , s’est- il dé­fen­du. Glo­ba­le­ment, la pro­gres­sion du por­te­feuille du Monde – hors pro­mo­tions et net du churn ( at­tri­tion) – se si­tue au­tour de 200 abon­nés par jour. En re­vanche, le jour­nal pa­pier conti­nue de dé­cli­ner. Sur un an, à fin juillet, les ventes « print » en France ont re­cu­lé de 5,8 %. Mais le pa­tron du Monde se veut confiant pour l’ave­nir mal­gré cette dé­ma­té­ria­li­sa­tion ac­cé­lé­rée. « Comme je ne suis plus pro­prié­taire de mon im­pri­me­rie, la ques­tion ( de la pro­por­tion entre print et di­gi­tal) n’est pas mon su­jet. L’abon­ne­ment pa­pier ré­siste ; l’été a été bon ; l’en­tre­tien-évé­ne­ment en mai avec Da­niel Cor­dier [ 97 ans, Ré­sis­tant et an­cien se­cré­taire de Jean Mou­lin, ndlr] a fait un très bon score de ventes ; la dif­fu­sion du « M » est en bonne po­si­tion : le pa­pier garde sa fonc­tion » , as­sure- t- il. Si le quo­ti­dien im­pri­mé perd de l’ar­gent, la marque Le Monde – cons­ti­tuée du quo­ti­dien, de son site web et du ma­ga­zine M – est, elle, ren­table. Les der­niers ré­sul­tats, pré­sen­tés au conseil de sur­veillance pré­si­dé de­puis un an par Jean­Louis Bef­fa ( ex- pré­sident de Saint Go­bain), ont confir­mé le re­dres­se­ment du groupe – sans plus. « On ne se­ra pas en hausse cette an­née car 2017 avait été une an­née ex­cep­tion­nelle avec les élec­tions ( 4), mais on reste avec une pro­gres­sion forte de nos abon­nés di­gi­taux. Et la dif­fu­sion payée du Monde de­vrait être en crois­sance, comme en août où elle a été de 2,7 %. Nous avons des fon­da­men­taux qui res­tent so­lides » , s’est fé­li­ci­té Louis Drey­fus. Même si les abon­ne­ments nu­mé­riques tirent les re­ve­nus à la baisse, la marge, elle, aug­mente : « L’abon­ne­ment di­gi­tal du Mon­dea une va­leur fa­ciale qui est la moi­tié de l’abon­ne­ment print. Sa ren­ta­bi­li­té est à peu près 5 % à 10 % su­pé­rieure. Donc, si mon chiffre d’af­faire baisse parce que 100 % de mes abon­nés print de­viennent 100 % de mes abon­nés nu­mé­riques, ma ren­ta­bi­li­té au­ra aug­men­té » . Toutes pro­por­tions gar­dées, la crois­sance nu­mé­rique du Monde est, d’après Louis Drey­fus, à peu près en ligne avec celle du New York Times. « Nous avons le pre­mier por­te­feuille nu­mé­rique en France, a- t- il dé­cla­ré. La vraie ques­tion est de sa­voir si l’on va heur­ter un pla­fond ou pas. Pour l’ins­tant, le nombre des abon­nés nu­mé­riques est en crois­sance. Ce­la ne se fait pas sans in­ves­tis­se­ments, dont beau­coup dans la ré­dac­tion » . En 2010, il y avait 310 jour­na­listes au Monde ( quo­ti­dien, site web et ma­ga­zine). Au­jourd’hui, ils sont 440. L’en­jeu est main­te­nant de dé­ve­lop­per l’abon­ne­ment nu­mé­rique à l’échelle du groupe, le­quel in­clut Té­lé­ra­ma, Cour­rier In­ter­na­tio­nal, La Vie, L’obs ou en­core Le Huff­post – mais sans al­ler sur « les kiosques nu­mé­riques [ Le­kiosk, epresse, SFR Presse, …, ndlr] qui dé­truisent de la va­leur » ( dixit Louis Drey­fus). Sa pré­oc­cu­pa­tion est no­tam­ment de sa­voir « com­ment et pour­quoi [ s] es en­fants, qui ont neuf et douze ans, paie­ront pour un titre du groupe dans quinze ans » . Le lec­teur du Monde, print ou di­gi­tal, a 44 ans en moyenne et l’édi­teur es­time qu’il n’a pas à bais­ser cette moyenne d’âge. « En re­vanche, la gé­né­ra­tion qui vient est bien moins ex­po­sée au pa­pier. C’est pour­quoi nous avons lan­cé il y a deux ans une édi­tion sur Snap­chat Dis­co­ver que 1 mil­lion d’ado­les­cents fran­çais re­gardent tous les jours. Si j’en garde d’ici cinq ans ne se­rait- ce que 10 %, ce se­ra le jack­pot ! » , a ex­pli­qué le pa­tron du Monde. L’équipe dé­diée « Snap­chat » est ac­tuel­le­ment de sept ou huit per­sonnes, soit moins de 2 % de la ré­dac­tion. La mo­né­ti­sa­tion se fait par le par­tage des re­cettes pu­bli­ci­taires, ma­jo­ri­tai­re­ment pour l’édi­teur. « Ce n’est pas un in­ves­tis­se­ment dé­me­su­ré par rap­port à l’une de nos prio­ri­tés qui est d’ame­ner cette gé­né­ra­tion qui vient à payer pour nos conte­nus dans dix ans » .

L’obs et Le Huff­post testent des pod­casts

Par ailleurs, sont me­nés des tests de pod­casts na­tifs : L’obs a fait une sé­rie au­dio cet été ( « Au coeur du crime » ) , dif­fu­sée sur itunes et Sound­cloud, et Le Huff­post deux pro­grammes de­puis juin ( « Quoi de neuf Le Huff ? » et « Coach à do­mi­cile » ) ac­ces­sibles de l’en­ceinte connec­tée Ama­zon Echo. Quant au site Le­monde. fr ( 77,3 mil­lions de vi­sites en août), il va être re­fon­du pour fin oc­tobre. @

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.