Groupe 1981 et Les In­dés Ra­dios, même com­bat

Edition Multimédi@ - - La Une - Charles de Lau­bier

Le groupe 1981, que pré­side Jean- Eric Val­li, met la crois­sance ex­terne et le nu­mé­rique au ser­vice de ses am­bi­tions na­tio­nales. Avec ses sept ra­dios lo­cales et ré­gio­nales, il mise sur le DAB+ et les we­bra­dios pour at­teindre la cou­ver­ture la plus large de la po­pu­la­tion. Et il pré­voit des ac­qui­si­tions.

Dans le pay­sage quelque peu oli­go­po­lis­tique des ra­dios na­tio­nales en France, consti­tué par les grands groupes pri­vés que sont M6RTL ( RTL/ RTL2/ Fun Ra­dio), NRJ ( NRJ/ Ché­rie FM/ Rire & Chan­sons/ Nos­tal­gie), La­gar­dère Ac­tive ( Eu­rope1/ Eu­rope 2/ RFM/ Vir­gin Ra­dio) et Al­tice Me­dia ( BFM/ RMC), le grou­pe­ment des In­dés Ra­dios en gé­né­ral et le groupe 1981 en par­ti­cu­lier ne sont pas sur la même lon­gueur d’onde.

Cibles po­ten­tielles au sein des In­dés Ra­dios

Leur pré­sident com­mun, Jean- Eric Val­li ( pho­to), fait de l’in­dé­pen­dance et du nu­mé­rique l’alpha et l’ome­ga de sa conquête ra­dio­pho­nique au ni­veau na­tio­nal. Le grou­pe­ment Les In­dés Ra­dios, créé il y a 25 ans et fort de ses 129 ra­dios in­dé­pen­dantes à ce jour, af­fiche la pre­mière au­dience ra­dio en France – près de 8,4 mil­lions d’au­di­teurs chaque jour – avec 15 % de part de mar­ché cu­mu­lé cet été ( se­lon Mé­dia­mé­trie, voir p. 11), loin de­vant RTL ( 10,6 %), France In­ter ( 10,6 % éga­le­ment), NRJ ( 9,3 %) ou même bien plus du double qu’eu­rope 1 ( 5,5 %). Membre des In­dés Ra­dios et né avec les ra­dios libres il y a 37 ans, le groupe 1981 avec ses sept ra­dios lo­cales et ré­gio­nales – La­ti­na, Swigg, Vol­tage, Fo­rum, Vi­bra­tion, Black­box et Wit – contri­bue à cette dy­na­mique. Par exemple, La­ti­na est la pre­mière ra­dio lo­cale d’ile- de- France avec 3,5% de part de mar­ché, de­vant Fip ( 2,4 %). Quant à Vol­tage et Swigg, tou­jours en Ile- de- France, elles at­teignent res­pec­ti­ve­ment 2,2 % et 1,6 % de parts d’au­dience lo­cale. Jean- Eric Val­li, qui a pré­sen­té les grilles de ren­trée de son groupe le 18 sep­tembre, af­fiche des am­bi­tions plus que ja­mais na­tio­nales. Ce­la passe par le nu­mé­rique et de la crois­sance ex­terne. « J’ai­me­rais (…) re­prendre d’autres ra­dios, qui se­raient sur le mar­ché. Nous sommes à l’écoute » , a- t- il confié à La Lettre Pro. Co­fon­da­teur avec Eric Hau­ville ( 1) du GIE Les In­dés Ra­dios ( 2) qu’il pré­side de­puis 1992 ( 3), JeanE­ric Val­li dis­pose d’un vi­vier sans pa­reil de ra­dios lo­cales et ré­gio­nales sur l’hexa­gone. Lui- même, de­puis ses dé­buts comme ani­ma­teur ra­dio à Vi­bra­tion qu’il fonda à Or­léans en 1982, a vu sa car­rière ra­dio­pho­nique évo­luer au fil des ra­chats de sta­tions. Le dé­ploie­ment de Vi­bra­tion se fe­ra à coup d’ac­qui­si­tions suc­ces­sives : Ra­dio Rêve, Ra­dio Sté­réo Centre, Ra­dio Mon­tar­gis Val­lée du Loing, Ra­dio Mé­dia France, Ado FM ( de­ve­nue Swigg fin juin 2017), Fo­rum, Black­box, Vol­tage, Sud Ra­dio, Wit FM, La­ti­na. En 1988, Jean- Eric Val­li co­fonde la hol­ding Start qu’il pré­side pour cha­peau­ter des ra­dios in­dé­pen­dantes. Il est alors aus­si se­cré­taire gé­né­ral du Syn­di­cat in­ter­pro­fes­sion­nel des ra­dios et té­lé­vi­sions in­dé­pen­dantes ( Sir­ti), dont il est au­jourd’hui l’un des quatre membres de son conseil d’orien­ta­tion et de sui­vi. En jan­vier 2011, la hol­ding Start change de nom et de­vient Sud Ra­dio Groupe jus­qu’en dé­cembre 2013, après que la sta­tion Sud Ra­dio ait été ven­due il y a tout juste cinq ans pour 7mil­lions d’eu­ros à Fi­du­cial Mé­dias – fi­liale du groupe d’ex­per­tise- comp­table Fi­du­cial ap­par­te­nant au nou­veau mil­liar­daire Chris­tian La­touche ( 4). Le groupe Sud Ra­dio, qui avait com­men­cé à af­fi­cher des am­bi­tions na­tio­nales, s’est alors re­bap­ti­sé Groupe 1981 en dé­cembre 2013 – en ré­fé­rence à l’an­née 1981 qui a été mar­quée par l’ar­ri­vée au pou­voir de Fran­çois Mit­ter­rand avec sa pro­messe de « li­bé­ra­li­sa­tion des mé­dias » et de la lé­ga­li­sa­tion des ra­dios libres. Jean- Eric Val­li n’en­tend pas s’ar­rê­ter en si bon che­min dans sa conquête ra­dio­pho­nique à l’éche­lon na­tio­nal, avec l’aide d’alex Va­gner, di­rec­teur gé­né­ral dé­lé­gué aux pro­jets de crois­sance ex­terne et de dé­ve­lop­pe­ment com­mer­cial du groupe. Pa­ral­lè­le­ment à de pro­chaines ac­qui­si­tions, il en­tend s’ap­puyer sur le nu­mé­rique pour y par­ve­nir. Le groupe 1981 croit en la RNT ( 5), con­trai­re­ment aux grands groupes pri­vés qui la boudent. D’au­tant que le seuil dé­ci­sif des 20 % de cou­ver­ture de la po­pu­la­tion fran­çaise – par­tir du­quel les fa­bri­cants de ré­cep­teurs ont l’obli­ga­tion d’in­té­grer – de­vrait être at­teint à la fin de l’an­née ( 6). « Nous ré­pon­dons à tous les ap­pels à can­di­da­ture en DAB+ sur les zones où nous émet­tons dé­jà en FM. Pour La­ti­na et Swigg, on dé­pose des de­mandes sur les toutes les zones ou­vertes à l’échelle na­tio­nal, no­tam­ment les prin­ci­pales ag­glo­mé­ra­tions et les axes rou­tiers » , a in­di­qué Jean- Eric Val­li.

7e groupe de ra­dios nu­mé­riques, se­lon L’ACPM

Pa­ral­lè­le­ment au DAB+ en Ile- de- France, à Lille, Mar­seille, Nice et pro­chai­ne­ment à Lyon, Stras­bourg, Bor­deaux et Mâ­con ( Vi­bra­tion), le groupe 1981 se dé­ve­loppe sur In­ter­net avec, à ce jour se­lon L’ACPM ( 7), 69 « ra­dios di­gi­tales » ( flux hert­zien trans­co­dé d’une ra­dio FM et flux au­dio en ligne d’une we­bra­dio) pour un to­tal de 3,1 mil­lions d’écoutes ac­tives rien qu’en août. Ce qui en fait le 7e groupe de ra­dios en termes d’au­dience nu­mé­rique, que Ar­naud Vi­gor – ex- La Dé­pêche En­ter­tain­ment nom­mé en fé­vrier di­rec­teur gé­né­ral dé­lé­gué à la ré­gie pu­bli­ci­taire – a en charge de mo­né­ti­ser. @

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.