Ac­siel pu­blie son pre­mier ba­ro­mètre tri­mes­triel de l’élec­tro­nique fran­çaise

Pu­blié pour la pre­mière fois, le « ba­ro­mètre de l’élec­tro­nique fran­çaise Ac­siel Al­liance Elec­tro­nique », fort des ré­sul­tats d’ac­ti­vi­té à fin sep­tembre 2016, per­met de lire l’évo­lu­tion de l’ac­ti­vi­té des sec­teurs des com­po­sants ac­tifs, des cir­cuits im­pri­més

Electronique S - - News - JACQUES MA­ROUA­NI

Ac­siel Al­liance Elec­tro­nique grâce à ses col­lèges com­po­sants ac­tifs, com­po­sants pas­sifs, connecteurs et cir­cuits i mpri­més, sous- sys­tèmes, équi­pe­ments & ser­vices et test & me­sure, bé­né­fi­cie au­jourd’hui d’une ex­cel­lente lec­ture de l’offre élec­tro­nique fran­çaise et de son rôle clé dans les ap­pli­ca­tions in­dus­trielles et do­mes­tiques. Cha­cun de ces col­lèges dis­po­sant, par­fois de­puis de nom­breuses an­nées, de ses propres in­di­ca­teurs d’ac­ti­vi­té, Ac­siel (ap­pel­la­tion que nous em­ploie­rons dans le reste de l’ar­ticle pour

sim­pli­fier) a dé­ci­dé de les re­grou­per et de les com­men­ter dans leur en­semble, afin d’ap­por­ter une vi­sion plus glo­bale de la si­tua­tion de l’élec­tro­nique en France, au tra­vers de l’ac­ti­vi­té de ceux qui dé­ve­loppent et/ou consomment cette élec­tro­nique. Sa­chant que les col­lègues du SPDEI ( dis­tri­bu­tion) et du Snese (sous-trai­tance) ont leur propre com­mu­ni­ca­tion, la com­mu­nau­té dis­po­se­ra dé­sor­mais d’une ana­lyse ex­haus­tive de la si­tua­tion. Pu­blié pour la pre­mière fois, le « ba­ro­mètre de l’élec­tro­nique fran­çaise Ac­siel », fort des

ré­sul­tats d’ac­ti­vi­té à fin sep­tembre 2016, per­met de lire l’évo­lu­tion de l’ac­ti­vi­té des sec­teurs des com­po­sants ac­tifs, des cir­cuits im­pri­més, des équi­pe­ments & ser­vices et du test & me­sure. Les courbes cor­res­pondent à une moyenne glis­sante sur 4 tri­mestres, par rap­port à un ni­veau de ré­fé­rence fixé à la moyenne des 4 tri­mestres de l’an­née 2010. Pre­mière re­marque : on peut consta­ter une dif­fé­rence im­por­tante de com­por­te­ment entre le test & me­sure re­le­vant prin­ci­pa­le­ment de l’in­ves­tis­se­ment (le test et la me­sure ayant un cycle ma­jo­ri­tai­re­ment plu­ri­an-

nuel) et les trois autres in­di­ca­teurs re­le­vant prin­ci­pa­le­ment de l’ac­ti­vi­té (même si l’ac­ti­vi­té équi­pe­ments & ser­vices peut s’ana­ly­ser en deux par­ties: ser­vices & consom­mables re­le­vant prin­ci­pa­le­ment de l’ac­ti­vi­té et équi­pe­ments re­le­vant de l’in­ves­tis­se­ment). Deuxième re­marque: on peut consta­ter par contre que les com­po­sants ac­tifs, les cir­cuits im­pri­més et les équi­pe­ments de pro­duc­tion ont un com­por­te­ment plus co­hé­rent, cau­tion­nant l’in­té­rêt de les com­men­ter dans leur en­semble. Troi­sième re­marque : la ten­dance est haus­sière en gé­né­ral, même s’il convient de « nuan­cer » la si­tua­tion, en abor­dant le su­jet par les prin­ci­pales ap­pli­ca­tions ser­vies par l’élec­tro­nique.

In­dus­trie aé­ro­spa­tiale, dé­fense et sé­cu­ri­té

Les suc­cès de notre in­dus­trie de dé­fense à l’ex­por­ta­tion, les ré­cents contrats spa­tiaux, les pro­jets de constel­la­tions spa­tiales (qui obligent à une nou­velle ap­proche tech­ni­co-éco­no­mique) font par­tie de nos fac­teurs de crois­sance. On consi­dère par exemple que 50% de la pro­duc­tion fran­çaise de cir­cuits im­pri­més, ac­tuel­le­ment en forte hausse, est drai­née par le mar­ché aé­ro­nau­tique et mi­li­taire ; les vo­lumes de com­po­sants, comme l es vo­lumes de connec­tique, sont par na­ture li­mi­tés (par rap­port aux mar­chés de l’élec­tro­nique grand pu­blic), mais eux aus­si

en crois­sance. En­fin, nous consta­tons aus­si des in­ves­tis­se­ments en test & me­sure, com­bi­nés à des re­cru­te­ments d’in­gé­nieurs et tech­ni­ciens en élec­tro­nique. Co­té aé­ro­nau­tique ci­vile, on peut par contre no­ter que l’heure est à la pro­duc­ti­vi­té et à la ren­ta­bi­li­té des gammes exis­tantes, don­nant plus la prio­ri­té à la lo­gique de sa­tis­faire les ca­dences de pro­duc­tion et au main­tien, voire à la baisse des prix, qu’à l’in­no­va­tion.

In­dus­trie au­to­mo­bile

Nous connais­sons tous la pré­sence crois­sante de l’élec­tro­nique à bord du vé­hi­cule, mais nous consta­tons une nette ac­cé­lé­ra­tion, aus­si bien du cô­té de l’élec­tro­nique de puis­sance que du cô­té de l’élec­tro­nique de sé­cu­ri­té, de contrôle et de confort, jusque – et y com­pris bien sûr –, l’élec­tro­nique du vé­hi­cule au­to­nome. Ces nou­velles ap­pli­ca­tions gé­nèrent de nou­veaux be­soins en ma­tière de cap­teurs, com­po­sants, connecteurs, cartes élec­tro­niques, moyens de pro­duc­tion, moyens de tests, aus­si bien chez les ac­teurs his­to­riques que chez de nou­veaux en­trants qui ap­portent leur ex­per­tise. Nous pou­vons aus­si re­mar­quer que la France et l’Eu­rope ont gar­dé une pré­sence dans l’en­semble de la chaîne de va­leur, du com­po­sant au vé­hi­cule, du dé­ve­lop­pe­ment à la pro­duc­tion, dans cette in­dus­trie mon­dia­li­sée.

Mar­ché des té­lé­coms

Le rôle « in­dus­triel » de la France est dé­sor­mais li­mi­té dans ce do­maine, les in­dus­triels des com­po­sants, des connecteurs et des cir­cuits im­pri­més y voient donc un mar­ché atone; mais l’ac­cé­lé­ra­tion du pro­gramme de dé­ploie­ment de la fibre op­tique et les dé­ve­lop­pe­ments de la té­lé­pho­nie de 5e gé­né­ra­tion en­traînent des in­ves­tis­se­ments, en par­ti­cu­lier en moyens de test et me­sure. Il faut at­tendre le dé­ploie­ment de la 5G pour gé­né­rer de nou­veaux vo­lumes si­gni­fi­ca­tifs, en ma­tière de connec­tique.

In­ter­net des ob­jets

Dans ce do­maine, il existe un bouillon­ne­ment de créa­ti­vi­té qu’il faut main­te­nant ai­der à pas­ser le cap de l’in­dus­tria­li­sa­tion, pour que l’élec­tro­nique fran­çaise y trouve toute sa place en ma­tière de ma­té­riaux, com­po­sants, cir­cuits im­pri­més et moyens de pro­duc­tion.

Mar­ché in­dus­triel (mé­ca­tro­nique /ro­bo­tique, mé­di­cal, éner­gie, in­dus­trie fer­ro­viaire)

Il s’agit d’un mar­ché tra­di­tion­nel­le­ment très frag­men­té, avec sou­vent d’im­por­tants contrats à l’ex­port, que les in­dus­triels des com­po­sants constatent en crois­sance ré­gu­lière, grâce à une in­no­va­tion constante de la part des ac­teurs et des pro­grammes fé­dé­ra­teurs, tels que l’In­dus­trie du fu­tur. Quel que soit le seg­ment de l’in­dus­trie, l’in­no­va­tion est clai­re­ment le fac­teur de crois­sance; à cet égard, il faut ci­ter l’im­por­tance des dif­fé­rents pro­grammes de sou­tien (« French Tech », pro­grammes d’in­ves­tis­se­ment d’ave­nir, pôles de com­pé­ti­ti­vi­té,…). Par exemple, les in­dus­triels des cir­cuits im­pri­més peuvent at­tes­ter de l’im­por­tance du pro­gramme « Me­re­dit » (GIE créé en 2012 à l’ini­tia­tive de quatre fa­bri­cants fran­çais, Ci­mu­lec, le groupe El­via PCB, le groupe GTID et Sys­tro­nic pour mu­tua­li­ser leurs res­sources tech­niques) pour son im­pact sur l’ac­ti­vi­té et l’in­no­va­tion. En conclu­sion, Ac­siel sou­ligne que l’élec­tro­nique fran­çaise est dy­na­mique et in­no­vante, par­fois même pion­nière, parce qu’elle est au coeur des grands su­jets du mo­ment (dé­fense, vé­hi­cule au­to­nome, In­ter­net des ob­jets). Il est vrai que l’élec­tro­nique fran­çaise bé­né­fi­cie aus­si d’une struc­ture de mar­chés très di­ver­si­fiée (aé­ro­nau­tique & dé­fense, au­to­mo­bile, té­lé­coms, in­dus­triel, édu­ca­tion, re­cherche pu­blique et pri­vée), qui per­met de mul­tiples op­por­tu­ni­tés, même si par­fois le vo­lume reste li­mi­té. « Mais il faut res­ter conscient que si la R&D fran­çaise sait in­no­ver, il lui faut des grands pro­jets à ser­vir ; si la créa­ti­vi­té fran­çaise s’épa­nouit dans l’In­ter­net des ob­jets, il reste par­fois dif­fi­cile d’in­dus­tria­li­ser en France. Il faut donc pour­suivre l’ef­fort, de la part de tous les ac­teurs de cette in­dus­trie, mais aus­si de la part des pou­voirs pu­blics : il faut im­pli­quer la France et l’Eu­rope dans de grands pro­jets, il faut ai­der et mo­ti­ver nos jeunes gé­né­ra­tions à ser­vir la tech­no­lo­gie avec des for­ma­tions adé­quates, il faut ai­der nos cham­pions non seu­le­ment dans la R&D, mais aus­si dans l’in­dus­tria­li­sa­tion », pour­suit Ac­siel. L’élec­tro­nique est au coeur de tous les dé­fis so­cié­taux d’un grand pays (san­té, sé­cu­ri­té, édu­ca­tion, com­mu­ni­ca­tion, trans­port…), Ac­siel Al­liance Elec­tro­nique, par une com­mu­ni­ca­tion dé­sor­mais ré­gu­lière de la vi­sion du rôle et de la place de l’élec­tro­nique fran­çaise, sou­haite contri­buer à cette mo­bi­li­sa­tion gé­né­rale. Pro­chain ren­dez- vous au dé­but du 2e tri­mestre 2017 pour faire le point en dé­tail de l’ac­ti­vi­té des dif­fé­rents col­lèges du syn­di­cat.

(*) Le grou­pe­ment pro­fes­sion­nel Ac­siel Al­liance Elec­tro­nique est né de la fu­sion d’Ac­siel, du GFIE et du Sim­tec le 1er jan­vier 2016. Il compte 150 adhé­rents pour 110000 sa­la­riés réa­li­sant un chiffre d’af­faires su­pé­rieur à 6 mil­liards d’eu­ros. L’Al­liance ras­semble les ac­teurs des com­po­sants, des sys­tèmes, du test, de la me­sure et des équi­pe­ments, consom­mables et ser­vices pour l’in­dus­trie élec­tro­nique. Ac­siel Al­liance Elec­tro­nique est membre de la Fieec (Fé­dé­ra­tion des in­dus­tries élec­triques, élec­tro­niques et de com­mu­ni­ca­tion).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.