Les États-Unis veulent li­mi­ter l’ac­cès des Chi­nois aux tech­no­lo­gies de se­mi-conduc­teurs

Juste avant de quit­ter la Mai­son Blanche et de pas­ser la main à son suc­ces­seur, Do­nald Trump, l’ad­mi­nis­tra­tion Oba­ma a rap­pe­lé la né­ces­si­té de se pro­té­ger contre les ten­ta­tives de prises de contrôle ou d’ac­qui­si­tions chi­noises.

Electronique S - - Sommaire -

Après avoir pu­blié un dé­cret qui in­ter­dit la ces­sion au fonds chi­nois d’in­ves­tis­se­ment Fu­jian Grand Chip (FGC) – ou plus exac­te­ment à la fi­liale al­le­mande de ce der­nier, Grand Chip In­vest­ment (GCI)– d’Aix­tron, un fa­bri­cant al­le­mand d’équi­pe­ments de dé­po­si­tion pour le se­mi-conduc­teur, les États-Unis sou­haitent al­ler plus loin dans le contrôle des in­ves­tis­se­ments chi­nois en se­mi-conduc­teurs pour des rai­sons de « sé­cu­ri­té na­tio­nale ». Juste avant de quit­ter la Mai­son Blanche et de pas­ser la main à son suc­ces­seur, Do­nald Trump, l’ad­mi­nis­tra­tion Oba­ma a rap­pe­lé la né­ces­si­té de se pro­té­ger contre les ten­ta­tives de prises de contrôle ou d’ac­qui­si­tions chi­noises de so­cié­tés dis­po­sant de tech­no­lo­gies stra­té­giques pour les États-Unis en se­mi­con­duc­teurs.

Ligne dure vis-à-vis de la Chine

Sur ce point, il n’y a au­cun doute que la po­li­tique amé­ri­caine ne chan­ge­ra pas, Do­nald Trump ayant pro­mis, du­rant sa cam­pagne, de te­nir une ligne dure vis-à-vis de la Chine. Les blo­cages d’in­ves­tis­se­ments chi­nois de la part des États-Unis sont nom­breux. Outre Aix­tron, l’offre de Tsing­hua Uni­group, fer de lance de l’of­fen­sive de la Chine dans les cir­cuits in­té­grés, sur Mi­cron Tech­no­lo­gy, pre­mier fa­bri­cant amé­ri­cain de mé­moires, ou la sur­en­chère d’in­ves­tis­seurs chi­nois sur Fair­child, ber­ceau des se­mi-conduc­teurs outre- At­lan­tique, font par­tie des ac­tions qui ont été stop­pées net. Sans ou­blier l’op­po­si­tion des Amé­ri­cains à la vente à des in­ves­tis­seurs chi­nois de Lu­mi­leds, l’ac­ti­vi­té du néer­lan­dais Phi­lips dans les Led de puis­sance, ce qui a con­traint le groupe néer­lan­dais à cé­der 80% de cette ac­ti­vi­té au fonds Apol­lo Glo­bal Ma­na­ge­ment pour un mon­tant deux fois moins éle­vé que ne le pro­po­saient les chi­nois ( voir notre ar­ticle page 27).

JACQUES MA­ROUA­NI

≥ Les blo­cages d’in­ves­tis­se­ments chi­nois de la part des États- Unis sont nom­breux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.