Avec la voi­ture au­to­nome, l’au­to­mo­bile cherche un nou­veau mo­dèle éco­no­nique

Electronique S - - Sommaire -

> Se­lon un son­dage Opi­nionWay pour VM­ware por­tant sur les Fran­çais et les vé­hi­cules in­tel­li­gents, me­né en mai 2017, il res­sort que de nom­breux freins res­tent en­core à le­ver en France en ma­tière d’ac­cep­ta­tion de la voi­ture au­to­nome et connec­tée. > Concer­nant les points po­si­tifs, 58% des per­sonnes in­ter­ro­gées es­timent que le prin­ci­pal in­té­rêt des vé­hi­cules plus in­tel­li­gents se trouve dans des fonc­tion­na­li­tés de sé­cu­ri­té amé­lio- ré­es. 74% d’entre elles ai­me­raient que leur vé­hi­cule puisse as­su­rer lui- même son en­tre­tien sans avoir à l’em­me­ner au ga­rage, par exemple en ajus­tant au­to­ma­ti­que­ment la pres­sion des pneus pour plus de sé­cu­ri­té et pour de meilleures per­for­mances. > Mais là où le bât blesse, c’est que se­lon l’échan­tillon ana­ly­sé, seule­ment 43% des Fran­çais se­raient prêts à uti­li­ser un vé­hi­cule en­tiè­re­ment au­to­nome, c’est- à- dire ca­pable de se dé­pla­cer sans in­ter­ven­tion hu­maine en dé­tec­tant son en­vi­ron­ne­ment. > Les rai­sons prin­ci­pales pour les­quelles ils ne se­raient pas prêts à uti­li­ser un tel vé­hi­cule sont le manque de confiance dans le vé­hi­cule pour prendre une bonne dé­ci­sion, le fait d’avoir moins de contrôle sur le vé­hi­cule, la peur d’avoir un ac­ci­dent, le manque du plai­sir de conduire du fait de ne plus être conduc­teur et la peur que le vé­hi­cule soit pi­ra­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.