VI­GNAL2: 30 ANS DE SOUS- TRAI­TANCE EN ÉLEC­TRO­NIQUE EN TU­NI­SIE

Electronique S - - Dossier -

> Vi­gnal2 Tu­ni­sie ( marque com­mer­ciale: Vi­gnal Elec­tro­nic & Wi­ring) a vu le jour en avril 1987. Cette en­tre­prise a donc fê­té ses 30 ans, cette an­née. Ba­sé à Tu­nis, ce sous- trai­tant en élec­tro­nique réa­lise l’as­sem­blage des cartes élec­tro­niques, l’in­té­gra­tion des ma­té­riels, les tests, le câ­blage fi­laire et le ré­tro­fit- ré­pa­ra­tion. S’ap­puyant sur 80/ 90 per­sonnes, cer­ti­fié ISO 9001 ( ver­sion 2008, et sous peu ver­sion 2015), Vi­gnal2 Tu­ni­sie tra­vaille ma­jo­ri­tai­re­ment en « pa­nier gar­ni » ( sans achats de com­po­sants, donc). La PME livre des clients de l’in­dus­triel ain­si que du mé­di­cal et du fer­ro­viaire; elle fa­brique des pe­tites et moyennes sé­ries. Elle a par exemple pour client Pige Elec­tro­nique. « Vi­gnal2 a aus­si tra­vaillé pour Globe Tech­no­lo­gies et, en re­tro­fit, pour Sa­gem Com­mu­ni­ca­tions

qui se concentre se­lon M. Brey­ton. Dans un se­cond temps, cette pla­te­forme de­vrait de­ve­nir un ate­lier de pro­duc­tion de pré­sé­ries ain­si qu’un ate­lier de re­tro­fit qui pour­rait alors comp­ter une di­zaine de sa­la­riés. > Pour son usine de Tu­ni­sie, Vi­gnal2 fait ve­nir les com­po­sants de France: « ils partent en ca­mions de chez le client le jeu­di, sont ache­mi­nés de France en Tu­ni­sie du­rant le week- end, et sont contrô­lés le lun­di ma­tin à l’usine » , ex­plique Di­dier Brey­ton. Pour l’ache­mi­ne­ment des pro­duits fi­nis chez les clients, le tra­jet est le même, mais en sens in­verse. Char­gés dans les ca­mions le sa­me­di, les ma­té­riels re­joignent la pla­te­forme du trans­por­teur le lun­di et sont li­vrés aux clients le mer­cre­di. Vi­gnal2 Tu­ni­sie est « sous douane » , c’est- à- dire qu’un doua­nier tu­ni­sien est rat­ta­ché à l’en­tre­prise; il se charge du contrôle des com­po­sants qui ar­rivent de France par ca­mions plom­bés et des mar­chan- dises qui partent pour la France. Vi­gnal2 achète les consom­mables ( fil à sou­der, pannes de fer…) dans le pays et fait ap­pel, si be­soin est, aux an­tennes lo­cales des fa­bri­cants d’équi­pe­ments ( Pa­na­so­nic et My­da­ta). En ce qui concerne l’avan­tage du coût sa­la­rial, M. Brey­ton ex­plique que « si le dif­fé­ren­tiel de coûts entre la Tu­ni­sie et la France est im­por­tant, le fait de pro­duire en Tu­ni­sie in­duit des frais sup­plé­men­taires ( lo­gis­tique). Au fi­nal, le gain sur la pres­ta­tion lié au coût de main- d’oeuvre est de l’ordre de 30 à 40% plus il y au­ra d’opé­ra­tions ma­nuelles à ef­fec­tuer ( cas de l’in­té­gra­tion de ma­té­riels, par exemple), plus in­té­res­sant sera le fait de fa­bri­quer en Tu­ni­sie

la lé­gis­la­tion tu­ni­sienne per­met la si­gna­ture de contrats oc­ca­sion­nels du­rant une pé­riode de 4 ans

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.