L’im­por­tance de l’ESR

Electronique S - - Tendance -

Mais re­ve­nons un ins­tant au concept de base. Le cir­cuit équi­valent d’un conden­sa­teur com­prend quatre élé­ments ( fi­gure 1) : une ca­pa­ci­té, une in­duc­tance équi­va­lente en sé­rie (ESL) qui cor­res­pond à la somme des élé­ments in­duc­tifs, un cir­cuit CC haute ré­sis­tance (Rp) en pa­ral­lèle avec la ca­pa­ci­té, et une ré­sis­tance sé­rie équi­va­lente (ESR) qui tra­duit les ef­fets ré­sis­tifs en sé­rie com­bi­nés en un seul élé­ment. L’ESR dé­pend de la fré­quence, de la tem­pé­ra­ture et va­rie à me­sure que les com­po­sants s’usent. Ce­la ne re­pré­sente une im­por­tance que lors du choix des conden­sa­teurs élec­tro­ly­tiques. Pour les ali­men­ta­tions, l’une des exi­gences prin­ci­pales est une ESR faible car les mi­cro­pro­ces­seurs d’au­jourd’hui né­ces­sitent un cir­cuit de sup­port dé­fi­ni très pré­ci­sé­ment. De plus, l’ESR a un im­pact sur l’ef­fi­ca­ci­té et, par consé­quent, sur la consom­ma­tion élec­trique. Avec les or­ga­nismes de ré­gle­men­ta­tion du monde en­tier (Ener­gy Star, Code de conduite de l’UE, etc.) qui exigent un contrôle ri­gou­reux

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.