« LES FRAN­ÇAIS ONT COM­PRIS LES EN­JEUX ENVIRONNEMENTAUX LIÉS AU RE­CY­CLAGE DES PILES »

Fré­dé­ric Hé­douin, di­rec­teur gé­né­ral de Co­re­pile

Electronique S - - La Une - FRÉ­DÉ­RIC HÉ­DOUIN Di­rec­teur gé­né­ral de Co­re­pile PRO­POS RE­CUEILLIS PAR JACQUES MAROUANI

Co­re­pile, qui est l’un des deux éco-or­ga­nismes de re­cy­clage des piles et pe­tites bat­te­ries – dont le poids est in­fé­rieur à 5 kg – en France, dresse un bi­lan de son ac­tion. Quinze ans après sa nais­sance, plus de 45% des pro­duits mis sur le mar­ché et dont il re­lève sont col­lec­tés et re­cy­clés, pré­cise son di­rec­teur gé­né­ral. Quelles sont les ac­tions de Co­re­pile en termes de re­cy­clage des piles et pe­tites bat­te­ries in­cor­po­rées ou non dans les ap­pa­reils élec­tro­niques ?

FRÉ­DÉ­RIC HÉ­DOUIN Notre créa­tion re­monte à 2003, mais nous avons dé­mar­ré sur des sites pi­lotes dès 1999 (avec la so­cié­té Fi­bat). Co­re­pile est l’un des deux éco-or­ga­nismes en France, avec Scre­lec, qui gèrent la col­lecte et le re­cy­clage des piles et pe­tites bat­te­ries in­cor­po­rées ou non dans les ap­pa­reils élec­tro­niques. Au­jourd’hui, nous gé­rons 65% des flux de ce type de pro­duits uti­li­sés par le grand pu­blic et qui sont col­lec­tés dans les ma­ga­sins ali­men­taires, les en­seignes de bri­co­lage, la grande dis­tri­bu­tion ou en­core les col­lec­ti­vi­tés lo­cales via les dé­chet­te­ries.

Quel est ac­tuel­le­ment le taux de col­lecte des pro­duits dont re­lève votre or­ga­nisme, et avez-vous at­teint les ob­jec­tifs édic­tés par la di­rec­tive eu­ro­péenne ?

FRÉ­DÉ­RIC HÉ­DOUIN Les ob­jec­tifs de la di­rec­tive eu­ro­péenne, tout comme ceux conte­nus dans le texte de l’agré­ment fran­çais, étaient d’at­teindre 45 % de taux de col­lecte. Nous en sommes à 44,5 % pour l’en­semble de la fi­lière sur le to­tal des mises sur le mar­ché. Mais si l’on tient compte des piles et bat­te­ries en usage dans les ap­pa­reils élec­triques et élec­tro­niques et ayant une du­rée moyenne d’uti­li­sa­tion de cinq ans, le taux de col­lecte sur les vo­lumes réel­le­ment dis­po­nibles dé­passe alors 70 %. Les 30 % du flux des pro­duits qui nous échappent passent, pour 20 %, dans les or­dures mé­na­gères, tan­dis que les 10 % res­tants sont usa­gés et sto­ckés dans les foyers. Ce­pen­dant, la plu­part des Fran­çais com­prennent qu’il vaut mieux ne pas les je­ter dans les or­dures mé­na­gères. C’est d’ailleurs in­ter­dit, car il existe un risque de toxi­ci­té. Une pile est bour­rée de mé­taux. 72 % de son poids est consti­tué de mé­taux. Il ne faut donc pas

les gas­piller et évi­ter ain­si tout risque de pol­lu­tion en op­tant pour le re­cy­clage. Heu­reu­se­ment, l’im­pact sur l’en­vi­ron­ne­ment est plus li­mi­té qu’au­pa­ra­vant car il n’y a plus de mé­taux lourds dans les piles. Le mer­cure et le cad­mium ont été in­ter­dits de­puis long­temps. C’est sur­tout le zinc, l’acier, le man­ga­nèse et le ni­ckel qui sont ré­cu­pé­rés. Le li­thium est au­jourd’hui uti­li­sé dans des tech­no­lo­gies de piles pri­maires et re­char­geables. Le risque en­vi­ron­ne­men­tal est donc faible.

Com­bien les consom­ma­teurs achètent-ils de piles chaque an­née ?

FRÉ­DÉ­RIC HÉ­DOUIN La consom­ma­tion moyenne en France est de 20 piles par per­sonne et par an, soit 1,2 mil­liard de piles pour 65 mil­lions d’ha­bi­tants. Ain­si, on es­time que 75 piles ou pe­tites bat­te­ries en moyenne se­raient sto­ckées ou en usage dans les ap­pa­reils pen­dant plu­sieurs an­nées, car les gens ne pensent pas for­cé­ment à les en sor­tir une fois hors d’usage. Ce n’est pas tou­jours fa­cile de leur de­man­der de faire le né­ces­saire. Ces 20 piles consom­mées par per­sonne et par an, dis­po­nibles pour la col­lecte, re­pré­sentent 30 000 tonnes de piles en termes de poids et nous en ré­cu­pé­rons ef­fec­ti­ve­ment 14 000 tonnes. Nous avons aus­si no­té qu’il y a de plus en plus de piles de pe­tit for­mat. Les piles LR14 et LR20 sont

rem­pla­cées par les piles LR03 et LR06 et ont même tendance à être rem­pla­cées par des piles bou­ton, par exemple pour les sau­ve­gardes de mé­moires. Sur ces 20 piles par per­sonne et par an, les consom­ma­teurs n’en rap­portent donc même pas 10, puisque le taux de col­lecte est de 44,5 %. Pour­tant, tout est pré­vu pour cette col­lecte. Nous pro­po­sons tout d’abord des bornes de col­lecte dans les ma­ga­sins. En­suite, c’est un vrai tra­vail de four­mi, il faut les iden­ti­fier et les trier. Nous avons 30 000 points de col­lecte sur tout le ter­ri­toire et 60 000 avec ceux de Scre­lec. Nous sommes aus­si pré­sents dans 4 000 dé­chet­te­ries, ain­si que les sièges so­ciaux d’en­tre­prises, les centres de soins, les hô­pi­taux, les col­lec­teurs pro­fes­sion­nels de pa­piers, de car­touches, qui prennent éga­le­ment les piles, ou en­core d’autres lieux de pas­sage pu­blics comme les mai­ries, les écoles, les uni­ver­si­tés.

Où en sommes-nous au ni­veau eu­ro­péen concer­nant la col­lecte et le re­cy­clage de piles et bat­te­ries ?

FRÉ­DÉ­RIC HÉ­DOUIN 85 000 tonnes de piles et bat­te­ries sont col­lec­tées et re­cy­clées en Eu­rope. En France, nous sommes dans une bonne moyenne. Notre pays est l’un des plus exem­plaires en ma­tière de re­cy­clage avec un taux de 50 % pour les DEEE (dé­chets d’équi­pe­ments élec­triques et élec­tro­niques) et de près de 45 % pour les piles mises sur le mar­ché (70 % sur l’en­semble du gi­se­ment réel­le­ment dis­po­nible). En mi­lieu hy­per­ur­bain, la per­for­mance est moins bonne car les gens manquent de place pour sto­cker et trier les pro­duits usa­gés chez eux. Ce­la est lié à un manque de place et de va­lo­ri­sa­tion de l’es­pace alors que, pour­tant, de nom­breux ma­ga­sins de proxi­mi­té pro­posent la re­prise gra­tuite des piles et pe­tites bat­te­ries. L’ac­cès aux dé­chet­te­ries est éga­le­ment plus éloi­gné en mi­lieu ur­bain. En mi­lieu ru­ral, les gens prennent da­van­tage leur voi­ture pour ef­fec­tuer leurs courses et ont donc da­van­tage l’oc­ca­sion de dé­po­ser leurs piles usa­gées. Nous avons aus­si re­mar­qué que les couples re­la­ti­ve­ment jeunes, entre 35 et 40 ans avec en­fants, sont moins im­pli­qués que les se­niors dans le re­cy­clage.

FRÉ­DÉ­RIC HÉ­DOUIN Nous avons en­core 30 % du gi­se­ment dis­po­nible à al­ler cher­cher se­lon les es­ti­ma­tions. Nous al­lons conti­nuer la sen­si­bi­li­sa­tion et la com­mu­ni­ca­tion pour faire en­core mieux. Nous comp­tons aus­si sur nos par­te­naires met­teurs sur le mar­ché et sur nos autres confrères éco-or­ga­nismes (en par­ti­cu­lier ceux qui s’oc­cupent des dé­chets d’équi­pe­ments élec­triques et élec­tro­niques, les DEEE) pour qu’ils contri­buent à nos ac­tions, car c’est dans notre in­té­rêt com­mun de pré­ser­ver les res­sources puisque beau­coup de ma­té­riaux sont re­cy­clables dans les piles. C’est un vé­ri­table tra­vail de four­mi !

FRÉ­DÉ­RIC HÉ­DOUIN, di­rec­teur gé­né­ral de Co­re­pile ( éco- or­ga­nisme de re­cy­clage des piles et pe­tites bat­te­ries)

La consom­ma­tion moyenne en France est de 20 piles par per­sonne et par an, soit 1,2 mil­liard de piles pour 65 mil­lions d’ha­bi­tants. Mais nous consi­dé­rons qu’il y en au­rait beau­coup plus, de l’ordre de 75 par per­sonne, qui se­raient sto­ckées ou ca­chées dans les ap­pa­reils.

< Sur 20 piles en moyenne par per­sonne et par an, les consom­ma­teurs n’en rap­portent même pas 10. Pour­tant, tout est pré­vu pour la col­lecte. Nous pro­po­sons des bornes de col­lecte dans les ma­ga­sins. Nous en avons 30 000 sur tout le ter­ri­toire et 60 000 en comp­tant ceux de Scre­lec.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.