MtoM 2018 : un fes­ti­val de pro­to­coles de com­mu­ni­ca­tion

Electronique S - - La Une - DI­DIER GIRAULT

Les pro­to­coles de trans­mis­sion longue dis­tance et faible consom­ma­tion (LoRa, Sig­fox, LTE-M, NB-IoT…) ont te­nu la ve­dette à MtoM. Le sa­lon a aus­si four­ni l’oc­ca­sion aux fa­bri­cants de pe­tites sé­ries de cir­cuits im­pri­més et de cartes élec­tro­niques en dé­lais courts de mieux se faire connaître.

Le monde connec­té qui s’an­nonce au­jourd’hui est un monde où toute ac­tion est vi­sible par la com­mu­nau­té, et est, de ce fait, sus­cep­tible de ju­ge­ment. Ce qui abou­tit à la créa­tion d’un « or­ga­nisme Terre », chaque sous-en­semble, chaque in­di­vi­du adap­tant son com­por­te­ment à une norme qui a pour but de main­te­nir un ni­veau maxi­mal de sé­cu­ri­té pour la pla­nète. Notre époque est donc celle d’un pas­sage de té­moin entre l’in­di­vi­du et la pla­nète. Reste en­core à cette der­nière à se do­ter d’un cer­veau à la hau­teur (ce à quoi s’em­ploie l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle). En tout cas, le pro­grès technique et les vi­sées éco­lo­giques coïn­cident au sein de ce de­ve­nir. MtoM & Ob­jets Connec­tés est un sa­lon re­pré­sen­ta­tif de cette nou­velle ère de la connexion à tous crins. Lors de cette ma­ni­fes­ta­tion, les di­vers ré­seaux et pro­to­coles de trans­mis­sion des don­nées dé­diés à l’In­ter­net des ob­jets ont d’ailleurs te­nu la ve­dette. Il s’agit de pro­to­coles de trans­mis­sion de don­nées bas dé­bit et faible consom­ma­tion : LoRa, Sig­fox, Blue­tooth Low Ener­gy, LTE-M, NB-IoT… Du cô­té de LoRa, Ob­je­nious, fi­liale de Bouygues Te­le­com dé­diée à l’In­ter­net des ob­jets, pré­sen­tait son offre « Co­ve­rage

on de­mand », un com­plé­ment de cou­ver­ture qui per­met l’ac­cès au ré­seau Ob­je­nious (LoRa) de zones j us­qu’alors « sourdes et muettes » du fait de leurs em­pla­ce­ments (lo­caux sou­ter­rains…). « Cette pas­se­relle Plug & Play est re­con­nue par la plateforme Ob­je­nious et per­met la trans­mis­sion des don­nées se­lon LoRa », nous a dé­cla­ré Jé­rôme Cor­nu, di­rec­teur mar­ke­ting et com­mu­ni­ca­tion d’Ob­je­nious. Dans la pra­tique, les an­tennes en ques­tion as­surent une cou­ver­ture sur un rayon de 2 km. Da­ta Print dis­tri­bue cet en­semble à un prix in­fé­rieur à 1 000 eu­ros (avec pos­si­bi­li­té de connexions de dix ma­té­riels). M. Cor­nu nous a rap­pe­lé qu’au­jourd’hui, « le ré­seau LoRa d’Ob­je­nious des­ti­né aux ob­jets connec­tés couvre 95 % du pays avec plus de 4 000 an­tennes dis­po­sées de fa­çon stra­té­gique ». Ob­je­nious pré­sen­tait éga­le­ment des avan­cées en géo­lo­ca­li­sa­tion sous la forme d’un sys­tème de géo­lo­ca­li­sa­tion en ex­té­rieur re­po­sant sur une technique de tri­an­gu­la­tion uti­li­sant trois an­tennes. L’ob­jet à géo­lo­ca­li­ser est re­pé­ré avec une pré­ci­sion de 50 à 100 m. La technique en ques­tion est dite TDoA ( Time Dif­fe­ren­tial of Ar­ri­val). Elle a été in­té­grée à une offre com­plète de géo­lo­ca­li­sa­tion, à la fois out­door et in­door, oeuvre de la start-up gre­no­bloise Wyres, qui per­met, une fois les ob­jets ar­ri­vés dans l’en­tre­pôt, de les lo­ca­li­ser avec une pré­ci­sion de 2 m à 5 m. Cet en­semble uti­lise LoRa et la technique TDoA pour la lo­ca­li­sa­tion en ex­té­rieur, et Lora ou BLE ou Ul­tra

large bande – se­lon la pré­ci­sion de lo­ca­li­sa­tion sou­hai­tée – pour la lo­ca­li­sa­tion in­door (grâce à des ba­lises sans fil Wyres). Dans la pra­tique, dans l’en­tre­pôt, des tags por­tés par les ob­jets com­mu­niquent avec des boî­tiers Wyres dis­po­sés de fa­çon stra­té­gique, ce qui per­met la lo­ca­li­sa­tion des tags et donc des ob­jets les por­tant. Des cap­teurs sont aus­si in­té­grables pour un sui­vi des mar­chan­dises (dé­tec­tion de tem­pé­ra­ture, de chocs…). Un kit de test (dé­ploie­ment à pe­tite échelle), dit Track’it, est com­mer­cia­li­sé à un prix de l’ordre de 3 400 eu­ros.

Des mo­dules LTE-M et NB pour l’In­ter­net des ob­jets

Ela In­no­va­tion, une PME mont­pel­lié­raine spé­cia­liste des so­lu­tions d’iden­ti­fi­ca­tion par ra­dio­fré­quences longue por­tée, nous a in­di­qué qu’elle étu­die en ce mo­ment une fa­mille de pro­duits à trans­mis­sion se­lon LoRa. Celle-ci de­vrait être com­mer­cia­li­sée en fin 2018, ain­si que nous l’a an­non­cé Pierre Bon­zom, le pré­sident d’Ela In­no­va­tion. À MtoM, la PME ex­po­sait sa nou­velle offre de

bea­cons (cap­teurs) et tags (éti­quettes) RFID fonc­tion­nant avec Blue­tooth Low Ener­gy ( BLE). L’offre en ques­tion re­groupe des dis­po­si­tifs d’iden­ti­fi­ca­tion BLE à fac­teurs de forme di­vers, aptes à ré­pondre à la va­rié­té des uti­li­sa­tions pos­sibles. Elle in­clut ain­si : les tags Blue Puck ID et Blue Puck T, l’éti­quette Blue Slim ID, le Blue Coin ID, au for­mat pièce de mon­naie, et le Blue Lite ID, de dia­mètre égal à ce­lui d’un crayon de bois. Ces dis­po­si­tifs sont ca­rac­té­ri­sés par une por­tée de 500 m et une du­rée de vie de vingt ans. Ils sont no­tam­ment utiles à la lo­ca­li­sa­tion de pro­duits trans­por­tés et ils peuvent four­nir des in­for­ma­tions com­plé­men­taires re­la­tives aux condi­tions de trans­port (tem­pé­ra­ture…). MtoM a éga­le­ment per­mis de voir la mon­tée en puis­sance d’une so­lu­tion al­ter­na­tive aux ve­dettes ac­tuelles de la trans­mis­sion de don­nées longue por­tée à bas dé­bit et faible consom­ma­tion que sont Sig­fox et LoRa : il s’agit des ré­seaux LTE-M et NB, « qui pré­sentent

l ’ avan­tage d’uti­li­ser l es an­tennes LTE dé­jà en place », sou­ligne Ju­lien Ber­ger, le Pdg de la so­cié­té de dis­tri­bu­tion Eu­ro­com­po­sant. ZTE, avec qui Eu­ro­com­po­sant a conclu un ac­cord de dis­tri­bu­tion en fé­vrier der­nier, pro­pose ain­si des mo­dules LTE-M et NB (Nar­row Band) « qu’Orange a tes­tés en fé­vrier der­nier et a consi­dé­rés comme étant les meilleurs

du mar­ché », an­nonce fiè­re­ment le pré­sident. L’ac­ti­vi­té « Con­nec­ti­vi­té MtoM » en charge de la pro­mo­tion des pro­duits ZTE est la der­nière des cinq Bu­si­ness Unit d’Eu­ro­com­po­sant à avoir vu le jour. Elle dis­tri­bue aus­si les mo­dules sans fil de Hua­wei, un spé­cia­liste des mo­dules 2G, 3G et 4G pré­sen­tés sous forme de

dongles ou de cartes mi­ni PCI Express. Grâce à Hua­wei, « Eu­ro­com­po­sant s’ar­roge 100 % du mar­ché du dongle en France », es­time M. Ber­ger. Le dis­tri­bu­teur DEL, quant à lui, ex­po­sait la gamme mul­ti­pro­to­cole des mo­dules ra­dio Avid­sen, PME fran­çaise avec la­quelle il vient de si­gner un ac­cord com­mer­cial. Ces mo­dules ra­dio ont la taille et la forme d’une carte SIM. Cha­cun d’eux sup­porte un pro­to­cole par­ti­cu­lier, uti­li­sé dans le monde de l’In­ter­net des ob­jets : Wi­Fi, Blue­tooth 5.0, LoRa, Sig­fox, Zig­bee 3.0, Th­read, Z- Wave, ARW, EnO­cean, Ho­meKit… L’un des in­té­rêts de ces mo­dules est d’être im­mé­dia­te­ment opé­ra­tion­nels, une fois in­sé­rés dans un ma­té­riel. C’est-à-dire qu’il n’y a pas be­soin de les confi­gu­rer ou de les pro­gram­mer, ce­la se fai­sant au­to­ma­ti­que­ment. Alors qu’Avid­sen a dé­ve­lop­pé une gamme d’ac­ces­soires à base de tels mo­dules (dé­tec­teurs de mou­ve­ments, d’ou­ver­ture-fer­me­ture de portes, de fe­nêtres…, dé­tec­teurs de bruit, de gaz, de gel, de pluie…, ther­mo­stats et mo­dules de com­mande), DEL pro­pose, pour sa part, la mise au point et la fa­bri­ca­tion de dis­po­si­tifs sur­me­sure à par­tir de son offre en cap­teurs ( no­tam­ment Ho­ney­well, mais aus­si Eles­ta,

Hol­tek…) et de ses ser­vices d’aide au de­si­gn ain­si que d’aide à la pro­duc­tion.

Les four­nis­seurs de pe­tites sé­ries en dé­lais courts ont la cote

MtoM & Ob­jets connec­tés a per­mis de consta­ter l’im­por­tance prise par la four­ni­ture en dé­lais courts de pe­tites sé­ries de cir­cuits im­pri­més et de cartes élec­tro­niques. Le suc­cès des en­tre­prises de ce sec­teur est dû aux mêmes rai­sons qui sont à la base du suc­cès des ca­ta­lo­guistes. À savoir : la de­mande pour une ac­cé­lé­ra­tion de la réa­li­sa­tion des pro­to­types et du lan­ce­ment de nou­velles gammes de ma­té­riels sur le mar­ché, tant dans l’uni­vers grand pu­blic, plus cou­tu­mier du fait, que dans l’uni­vers pro­fes­sion­nel, vic­time de la conta­gion. Dans cette course sans cesse plus vive, les mé­tiers pré­ci­tés se taillent la part du lion. C’est ain­si qu’à MtoM ex­po­saient Be­ta Layout, EMS Pro­to et Pro­toe­lec­tro­nique.com. Spé­cia­liste de la fa­bri­ca­tion et de la li­vrai­son express de pe­tites sé­ries de cartes élec­tro­niques (entre 1 et 50 cartes), Pro­toe­lec­tro­nique.com a an­non­cé la mise en ligne de la ver­sion 3 de son site web, ver­sion do­tée d’une nou­velle mise en page et « qui fa­ci­lite et ac­cé­lère la prise en charge des no­men­cla­tures des clients », se­lon Ch­ris­tophe Tour­bez, bu­si­ness de­ve­lo­per de l’en­tre­prise. L’amé­lio­ra­tion des ou­tils de dé­fi­ni­tion des cartes élec­tro­niques et des ou­tils de pas­sa­tion de com­mande est une constante pour cette en­tre­prise qui, pour les mêmes rai­sons, avait mis en ligne la ver­sion 2 en dé­but 2017. Par ailleurs, « le bu­reau ita­lien est opé­ra­tion­nel de­puis le dé­but de 2018 », nous a an­non­cé An­gé­lique Ca­sas­sas, in­gé­nieur com­mer­cial chez Pro­to-elec­tro­nique. com. Avec l’ajout de cette an­tenne, Pro­to-elec­tro­nique. com adresse main­te­nant la France, la Bel­gique, la Suisse à par­tir du bu­reau fran­çais, l’Al­le­magne à par­tir d’une an­tenne ba­sée à Kiel, et l’Ita­lie. Concur­rent direct de Pro­toe­lec­tro­nique.com, EMS Pro­to a an­non­cé la mise en place d’un

con­trôle par rayons X pour les cartes élec­tro­niques in­cluant des boî­tiers BGA, LGA, DFN ou QFN. « L’ana­lyse de l’image est au­to­ma­ti­sée, ce qui fa­ci­lite et amé­liore la dé­tec­tion des

dé­fauts », nous a pré­ci­sé Pier­reYves Sem­pere, co-fon­da­teur et di­rec­teur technique d’EMS Pro­to. Le taux d’er­reurs lors de l’ana­lyse de l’image a di­mi­nué avec l’uti­li­sa­tion d’un lo­gi­ciel qui a été dé­ve­lop­pé en in­terne. EMS Pro­to vient aus­si d’em­bau­cher trois nou­velles per­sonnes en pro­duc­tion et qua­li­té. L’an pas­sé, pour ré­pondre à un af­flux de com­mandes, l’en­tre­prise en avait re­cru­té six. Une par­tie de ces six em­bau­chés tra­vaille au­jourd’hui à des dé­ve­lop­pe­ments lo­gi­ciels no­tam­ment dans le cadre de l’amé­lio­ra­tion du site In­ter­net de la so­cié­té. Au to­tal, EMS Pro­to compte au­jourd’hui qua­torze per­sonnes. Autre en­tre­prise de même pro­fil, Be­ta Layout cible les li­vrai­sons de cir­cuits im­pri­més et de cartes élec­tro­niques as­sem­blées. À MtoM, cette so­cié­té nous a an­non­cé qu’elle pro­pose main­te­nant la li­vrai­son des cir­cuits im­pri­més le len­de­main de la com­mande. Ce qui est ren­du pos­sible par une fa­bri­ca­tion en huit heures des cir­cuits im­pri­més en ques­tion. Be­ta Layout four­nit toutes les sortes de cir­cuits im­pri­més : ri­gides (jus­qu’à six couches pour une li­vrai­son ra­pide ; jus­qu’à 48 couches au­tre­ment), flexibles, flex­ri­gides et cir­cuits spé­ciaux. Les cir­cuits im­pri­més ri­gides, flexibles et flex-ri­gides sont fa­bri­qués en Al­le­magne. La pro­duc­tion des cir­cuits spé­ciaux est confiée à des par­te­naires ba­sés en Chine. Pour l’as­sem­blage des cartes élec­tro­niques, les dé­lais de li­vrai­son sont fonc­tion du nombre de com­po­sants pré­vus. Ils sont com­pris entre deux jours ou­vrés (carte à 300 com­po­sants ou moins) et seize jours ou­vrés (carte à plus de 1 000 com­po­sants). Be­ta Layout s’ap­puie sur 200 per­sonnes au to­tal. L’équipe com­mer­ciale et de sou­tien technique se par­tage entre l’Al­le­magne et l’Ir­lande. Trois com­mer­ciaux ba­sés en Ir­lande prennent en charge le mar­ché fran­çais.

La dis­tri­bu­tion gé­né­ra­lise la vente par In­ter­net

Nour­rie à l’In­ter­net et au smart­phone, la nou­velle gé­né­ra­tion d’ache­teurs de com­po­sants et sous-en­sembles élec­tro­niques privilégie les achats par In­ter­net. Aus­si, pour ré­pondre à cette nou­velle de­mande, les dis­tri­bu­teurs tra­di­tion­nels musclent leur offre dans ce do­maine. C’est ain­si que, lors de MtoM, nous avons ap­pris que Ru­tro­nik24, l’ac­ti­vi­té de vente de com­po­sants, mo­dules et cartes élec­tro­niques par In­ter­net de Ru­tro­nik, a pour objectif de re­pré­sen­ter 10% du chiffre d’af­faires de Ru­tro­nik France en 2020. À no­ter que cette ac­ti­vi­té peut prendre en charge de grandes sé­ries. Dans l’Hexa­gone, Ru­tro­nik24 s’ap­puie sur une équipe de cinq com­mer­ciaux (sur un to­tal de 80 per­sonnes chez Ru­tro­nik France). Les com­po­sants, mo­dules et cartes sont li­vrés à par­tir du centre al­le­mand de sto­ckage de la so­cié­té. Dans la pra­tique, les pro­duits com­man­dés sont li­vrables sous 24 h, 48 h ou 72 h, se­lon la for­mule choi­sie par le client. Pour les mêmes rai­sons, Eu­ro­com­po­sant fi­na­lise en ce mo­ment la mise à dis­po­si­tion des clients de nou­veaux ser­vices via In­ter­net. La vente par In­ter­net (avec com­mande, paie­ment par carte bleue, tra­çage des li­vrai­sons comme chez Ama­zon) se­ra opé­ra­tion­nelle le 1er juillet pro­chain. Cette offre va amé­lio­rer la vi­si­bi­li­té des pro­duits com­mer­cia­li­sés par le dis­tri­bu­teur. En outre, grâce à ce site, « tous nos clients au­ront ac­cès aux in­for­ma­tions re­la­tives aux stocks, à leurs com­mandes et à leurs li­vrai­sons », in­siste Ju­lien Ber­ger.

Ela In­no­va­tion a pré­sen­té sa nou­velle offre de bea­cons ( cap­teurs) et tags ( éti­quettes) RFID fonc­tion­nant avec Blue­tooth Low Ener­gy ( BLE). La PME a pré­vu de com­mer­cia­li­ser, fin 2018, une fa­mille se­lon LoRa. Ici Pierre Bon­zom, le pré­sident d’Ela In­no­va­tion.

< Ob­je­nious, fi­liale de Bouygues Te­le­com dé­diée à l’In­ter­net des ob­jets, a mon­tré son offre « Co­ve­rage on de­mand » qui per­met l’ac­cès au ré­seau Ob­je­nious de zones jus­qu’alors « sourdes et muettes » . Ici, Jé­rôme Cor­nu, di­rec­teur mar­ke­ting et com­mu­ni­ca­tion d’Ob­je­nious.

£ Le dis­tri­bu­teur DEL ex­po­sait la gamme mul­ti- pro­to­cole des mo­dules ra­dio Avid­sen qui ont la taille et la forme d’une carte SIM. Cha­cun d’eux sup­porte un pro­to­cole par­ti­cu­lier lié à l’In­ter­net des ob­jets. Ici, Fran­çois Ku­rek, le pré­sident de DEL.

< Ru­tro­nik24, l’ac­ti­vi­té de vente par In­ter­net de Ru­tro­nik, a pour objectif de re­pré­sen­ter 10 % du chiffre d’af­faires de Ru­tro­nik France en 2020. Ici, Be­noît Le Corre ( à gauche), Re­gio­nal Sales Ma­na­ger, et Ni­co­las Ga­zil, Field Sales En­gi­neer, de Ru­tro­nik France.

< EMS Pro­to a mis en place un con­trôle par rayons X pour les cartes élec­tro­niques in­cluant des boî­tiers BGA, LGA, DFN ou QFN. Ici, Pierre- Yves Sem­pere, co- fon­da­teur et di­rec­teur technique d’EMS Pro­to.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.