En 10 ans, De­via­let a fran­chi la barre des 100 M€ de chiffre d’af­faires

Avec ses 107 bre­vets et ses 61 ré­com­penses in­ter­na­tio­nales, la start-up a dou­blé son chiffre d’af­faires tous les ans pour dé­pas­ser 100 M de chiffre d’af­faires en 2017 avec 400 em­ployés et une ren­ta­bi­li­té dé­sor­mais at­teinte.

Electronique S - - Dossier - JACQUES MA­ROUA­NI

Née en dé­cembre 2007, De­via­let a beau­coup gran­di sous l’oeil at­ten­tif de ses par­rains. De­via­let tire son nom de Guillaume Via­let, col­la­bo­ra­teur de De­nis Di­de­rot dans la ré­dac­tion de L’En­cy­clo­pé­die au siècle des Lu­mières. La marque se dit « pro­fon­dé­ment ins­pi­rée par la Phi­lo­so­phie des

Lu­mières » et être en­cou­ra­gée par le pro­grès scien­ti­fique qui rend l’homme meilleur. En 2012, la start-up avait le­vé 15 mil­lions d’eu­ros dont 12 M avaient été ap­por­tés par un consor­tium d’in­ves­tis­seurs ras­sem­blant les struc­tures d’in­ves­tis­se­ment de pa­trons de re­nom, ama­teurs d’un son au­dio de grande qua­li­té : Ber­nard Ar­nault (LVMH), Jac­quesAn­toine Gran­jon (vente-pri­vée. com), Xa­vier Niel (Free) et Marc Si­mon­ci­ni (Mee­tic) qui avaient été sé­duits par l’ex­cel­lence du D-Pre­mier, sys­tème d’am­pli­fi­ca­tion au­dio com­plet et in­té­gré haute dé­fi­ni­tion, al­liant « une puis­sance et un design ex­cep­tion­nels », per­met­tant la res­ti­tu­tion du son à un ni­veau de fi­dé­li­té ja­mais at­teint au­pa­ra­vant.

Le D-Pre­mier, ré­fé­rence mon­diale de l’am­pli­fi­ca­tion

Le D-Pre­mier s’im­pose très ra­pi­de­ment comme ré­fé­rence mon­diale de l’am­pli­fi­ca­tion et de­vient le sys­tème au­dio le plus ré­com­pen­sé de l’his­toire. À la suite de ce suc­cès, l’en­tre­prise dé­cline en 2013 une gamme d’am­pli­fi­ca­teurs nom­mée Ex­pert. Dans sa quête de s’adres­ser à un mar­ché plus grand pu­blic, l’en­tre­prise se lance pour dé­fi de dé­ve­lop­per une en­ceinte com­pacte, pro­po­sant une qua­li­té so­nore si­mi­laire. Le pro­jet Phan­tom est pré­sen­té en 2012 aux in­ves­tis­seurs en­tre­pre­neurs pré­ci­tés. Fruit de la ren­contre en 2007 de trois com­pé­tences com­plé­men­taires, Pierre-Em­ma­nuel Cal­mel, in­gé­nieur, Quen­tin San­nié, en­tre­pre­neur, et Em­ma­nuel Nar­din, de­si- gner, De­via­let est de­ve­nue en quelques an­nées, grâce à ses am­pli­fi­ca­teurs haut de gamme et sur­tout son en­ceinte connec­tée Phan­tom, la nou­velle ré­fé­rence du son. Avec ses 107 bre­vets et ses 61 ré­com­penses in­ter­na­tio­nales, la start-up fran­çaise, qui double son chiffre d’af­faires tous les ans pour dé­pas­ser 100 M de chiffre d’af­faires en 2017 avec 400 em­ployés et une ren­ta­bi­li­té dé­sor­mais at­teinte, ne compte pas s’ar­rê­ter en si bon che­min. Près de 40 000 mo­dèles de l’en­ceinte Phan­tom ont été ven­dus dans le monde en­tier… entre 1 490 et 2 590 . De­via­let, c’est clai­re­ment de l’au­dio de luxe qui per­met au MP3 d’avoir un ren­du so­nore in­es­pé­ré (la mu­sique en strea­ming ou en MP3 ne semble pas dé­gra­dée par rap­port au son de qua­li­té la­ser). Aus­si, De­via­let a l’in­ten­tion de rendre ac­ces­sible sa tech­no­lo­gie au plus grand nombre avec des prix plus ac­ces­sibles, mais aus­si en l’in­té­grant à des équi­pe­ments tels que des box d’opé­ra­teurs In­ter­net ou sa­tel­li­taires, qui pro­posent des abon­ne­ments men­suels ou en­core dans des au­to­mo­biles pour des mo­dèles haut de gamme dans un pre­mier temps, qui fe­ront pas­ser la fac­ture du son au­dio de fa­çon plus in­do­lore. Avec une nou­velle le­vée de fonds de 100 M en 2016, De­via­let a pour­sui­vi son dé­ve­lop­pe­ment sur les cinq conti­nents et a en ef­fet pro­po­sé ses tech­no­lo­gies à des mar­chés connexes tels que l’au­to­mo­bile, la té­lé­vi­sion ou les ob­jets connec­tés. Le tour de table de 2016 avait alors réuni des in­ves­tis­seurs in­dus­triels et fi­nan­ciers : le fonds d’in­ves­tis­se­ment eu­ro­péen Gin­ko ; le groupe Fox­conn, lea­der mon­dial de la co­con­cep­tion et de la fa­bri­ca­tion de pro­duits et ser­vices élec­tro­niques, et sa fi­liale FIT ; le groupe Re­nault, qua­trième construc­teur au­to­mo­bile mon­dial ; Sharp, en­tre­prise in­ves­tie dans les so­lu­tions pour l’ha­bi­tat et les es­paces de tra­vail in­tel­li­gents ; Play­ground Glo­bal, in­cu­ba­teur amé­ri­cain, in­ven­teur du sys­tème d’ex­ploi­ta­tion An­droid ; Ko­re­lya Ca­pi­tal, fonds d’in­ves­tis­se­ment créé par Fleur Pel­le­rin pour fi­nan­cer des cham­pions fran­çais et eu­ro­péens, en par­te­na­riat avec Na­ver et sa fi­liale Line, lea­der co­réen de l’In­ter­net et des mé­dias so­ciaux en Asie ; Roc Na­tion, so­cié­té amé­ri­caine de pro­duc­tion et de di­ver­tis­se­ment ; Fu­ture French Cham­pions, so­cié­té d’in­ves­tis­se­ment co­fon­dée par Qa­tar In­vest­ment Au­tho­ri­ty, le fonds sou­ve­rain de l’État du Qa­tar et CDC In­ter­na­tio­nal Ca­pi­tal, pour ac­com­pa­gner les en­tre­prises fran­çaises à fort po­ten­tiel dans leur dé­ve­lop­pe­ment in­ter­na­tio­nal ; CMCIC In­ves­tis­se­ment, so­cié­té de ca­pi­tal risque in­ves­tis­sant les fonds propres du groupe Cré­dit Mu­tuel CIC ; Bpi­france, la Banque pu­blique d’in­ves­tis­se­ment, via son pôle « Large Ven­ture », dont la mis­sion est de fi­nan­cer les so­cié­tés en hy­per­crois­sance se po­si­tion­nant comme lea­ders sur leurs do­maines res­pec­tifs et de l’eco-sys­tème fran­çais de l’in­no­va­tion. Après le lan­ce­ment des en­ceintes Phan­tom, et un pre­mier par­te­na­riat avec Sky, géant des té­lé­coms et de la té­lé­vi­sion bri­tan­nique, et la ré­ali-

sa­tion d’une barre de son des­ti­née aux abon­nés de cet opé­ra­teur (la Sky Sound­box conçue par De­via­let et ven­due 249 £, soit 282 ), c’est main­te­nant avec Free que De­via­let de­vrait s’as­so­cier dans le cadre du lan­ce­ment de la nou­velle Free­box à la fin du mois d’août. On ne sait pas en­core si son sys­tème au­dio se­ra in­té­gré à l’in­té­rieur de la Free­box ou si la tech­no­lo­gie De­via­let se­ra in­té­grée dans une barre de son spé­ci­fi­que­ment dé­ve­lop­pée pour les abon­nés de Free. De­via­let a ré­so­lu­ment pour stra­té­gie d’in­té­grer sa tech­no­lo­gie chez d’autres marques et de lan­cer une gé­né­ra­tion de pro­duits « De­via­let In­side ». En sep­tembre 2017, c’est dans l’au­to­mo­bile que De­via­let avait concré­ti­sé une in­cur­sion re­mar­quée puisque Re­nault avait alors pré­sen­té au sa­lon de l’au­to­mo­bile de Franc­fort un « concept car » fu­tu­riste de voi­ture élec­trique et au­to­nome em­bar­quant la tech­no­lo­gie de De­via­let pour le sys­tème et les am­biances so­nores à bord d’une voi­ture élec­trique, au­to­nome et connec­tée an­non­cée pour 2023.

Un mar­ché en crois­sance de 20 à 30 % par an

De­via­let a ré­cem­ment an­non­cé le rem­pla­ce­ment de Quen­tin San­nié par Franck Le­bou­chard au poste de di­rec­teur gé­né­ral. Sa mis­sion : faire en sorte que l’en­tre­prise s’adapte à un en­vi­ron­ne­ment en plein cham­bou­le­ment dans le monde de l’au­dio, avec de­puis deux ans, l’ap­pa­ri­tion des en­ceintes in­tel­li­gentes. Il a vu dé­bar­quer Ama­zon, Google, Apple, bien­tôt Spo­ti­fy et peut-être même Fa­ce­book. Le mar­ché du son au sens large vit une crois­sance entre 20 et 30 % par an et seuls les ac­teurs les plus ro­bustes et les mieux or­ga­ni­sés pour­ront réel­le­ment en pro­fi­ter. Pro­chaine étape : une pro­bable in­tro­duc­tion en Bourse, mais pas avant 2020.

De­via­let est de­ve­nue en quelques an­nées, grâce à ses am­pli­fi­ca­teurs haut de gamme, et sur­tout son en­ceinte connec­tée Phan­tom, la nou­velle ré­fé­rence du son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.