I- Ten va dé­mar­rer sa pro­duc­tion « à la ren­trée »

I-Ten va mettre en place une ligne de pro­duc­tion in­dus­trielle à Dar­dilly, près de Lyon (Rhône). L’ef­fec­tif de­vrait alors pas­ser de 25 per­sonnes au lan­ce­ment de la pro­duc­tion à une qua­ran­taine de per­sonnes fin 2019.

Electronique S - - Dossier - JACQUES MA­ROUA­NI

Lau­réat d’un Elec­tron d’or dans la ca­té­go­rie start-up de l’an­née en 2014, I-Ten, à l’ori­gine de mi­cro­bat­te­ries mon­tables en sur­face sur un cir­cuit im­pri­mé, pour­suit un plan de dé­ve­lop­pe­ment dy­na­mique. Après avoir le­vé 3,2 M en 2014, puis 10 M en mai 2017, la start-up avait été pri­mée lors du con­cours mon­dial de l’in­no­va­tion à hau­teur de 2 M et elle vient tout juste d’être re­te­nue dans le cadre du pro­gramme des in­ves­tis­se­ments d’ave­nir et se voit at­tri­buer à ce titre 2,7 M par Bpi­france, somme qui contri­bue­ra au dé­ploie­ment de sa tech­no­lo­gie et à l’in­dus­tria­li­sa­tion de ses pro­duits. Pro­chaine étape et non des moindres : la mise en place d’une ligne de pro­duc­tion in­dus­trielle « à la ren­trée », à Dar­dilly, près de Lyon (Rhône) sur un nou­veau site d’une su­per­fi­cie de 4 000 m2. C’est en pri­meur que son Pdg, Fa­bien Ga­ben, nous a an­non­cé que sa so­cié­té a été re­te­nue dans le cadre des PIAVE (« Pro­jets in­dus­triels d’ave­nir »), l’an­nonce of­fi­cielle par voie de com­mu­ni­qué de presse ne de­vant se faire que dans les se­maines à ve­nir et qui se­ra in­ti­tu­lée « En route vers l’in­dus­trie du fu­tur », preuve s’il en est que I-Ten est bien dé­ci­dé à pro­mou­voir une tech­no­lo­gie fu­tu­riste et ori­gi­nale, es­sen­tiel­le­ment dé­diée à la mi­nia­tu­ri­sa­tion des pro­duits élec­tro­niques. Fa­bien Ga­ben est op­ti­miste quant à une crois­sance ra­pide de cette pro­duc­tion dès les pre­miers mois, sans tou­te­fois don­ner de pré­ci­sions sur les quan­ti­tés fa­bri­quées ni sur le chiffre d’af­faires pré­vu. Il in­dique seu­le­ment que l’ef­fec­tif de­vrait pas­ser de 25 per­sonnes au lan­ce­ment de la pro­duc­tion à une qua­ran­taine de per­sonnes fin 2019. L’en­tre­prise n’em­ployait que 5 per­sonnes en 2014. Les P I AV E s’adressent aux pro­jets qui s’ins­crivent dans la dé­marche des 9 so­lu­tions de la Nou­velle France in­dus­trielle. Ces pro­jets doivent pré­sen­ter un pro­duit non dis­po­nible sur le mar­ché et à fort conte­nu in­no­vant. C’est le cas pour I-Ten qui in­nove avec ses mi­cro­bat­te­ries li­thium-ion mi­nia­tu­ri­sées à l’échelle du com­po­sant élec­tro­nique. Cette nou­velle gé­né­ra­tion de com­po­sant CMS va ré­vo­lu­tion­ner l’in­dus­trie en per­met­tant une ali­men­ta­tion éner­gé­tique des cir­cuits élec­tro­niques. Les prin­ci­pales ap­pli­ca­tions en­vi­sa­gées sont l’ali­men­ta­tion de se­cours des hor­loges temps réel, la sé­cu­ri­sa­tion du trans­fert des don­nées sto­ckées dans les mé­moires vo­la­tiles, l’ali­men­ta­tion des cap­teurs au­to­nomes, des neu­ro-sti­mu­la­teurs im­plan­tables, des montres ou autres cartes à puces et éti­quettes RFID.

L’ap­port des tech­no­lo­gies I-Ten sur ces mar­chés très pro­met­teurs s’est confir­mé par le grand nombre de consul­ta­tions consé­cu­tives à la pré­sence d’I-Ten au der­nier sa­lon IoT Asia de Singapour en mars der­nier. Deux gé­né­ra­tions de pro­duits se­ront mises en pro­duc­tion : des mi­cro­bat­te­ries orien­tées éner­gie, et des mo­dèles ayant une très forte den­si­té de puis­sance. Ses clients se si­tuent en France, mais aus­si à l’étran­ger, es­sen­tiel­le­ment en Europe, et dans des sec­teurs très dif­fé­rents, ce qui as­sure une bonne ré­par­ti­tion du chiffre d’af­faires dans des do­maines va­riés, le­quel se­ra ain­si non dé­pen­dant d’un seul ou quelques grands clients.

10 fois plus d’éner­gie que les tech­no­lo­gies concur­rentes

I-Ten a dé­ve­lop­pé sa tech­no­lo­gie de mi­cro­bat­te­ries en col­la­bo­ra­tion avec l’ENS Lyon et le La­bo­ra­toire In­ter­dis­ci­pli­naire Car­not de Bour­gogne, une tech­no­lo­gie de rup­ture dans la fa­bri­ca­tion d’une nou­velle gé­né­ra­tion de mi­cro­bat­te­ries en couches minces dé­sor­mais va­li­dée à l’échelle du la­bo­ra­toire et pro­té­gée par 8 fa­milles de bre­vets. Après le pas­sage de l’échelle du la­bo­ra­toire au dé­ve­lop­pe­ment du pro­cé­dé de fa­bri­ca­tion in­dus­triel, la mise en pro­duc­tion de pré­sé­ries ser­vi­ra à la conduite de tests de qua­li­fi­ca­tion dans les dif­fé­rentes ap­pli­ca­tions ci­blées. Le fon­da­teur de I-Ten, Fa­bien Ga­ben, est doc­teur en phy­si­que­chi­mie et a plus de 15 an­nées d’ex­pé­rience en ges­tion de pro­jets in­dus­triels com­plexes d’en­ver­gure in­ter­na­tio­nale, no­tam­ment dans le do­maine des bat­te­ries li­thium-ion au sein de la So­cié­té de vé­hi­cules élec­triques (SVE), so­cié­té du groupe Das­sault ra­che­tée en 2010 par Dow Ko­kam, en­tre­prise com­mune du chi­miste amé­ri­cain Dow Che­mi­cal et de la so­cié­té amé­ri­ca­no-co­réenne Town­send Ko­kam. Au­pa­ra­vant, au sein de la so­cié­té Im­phy, alors fi­liale du groupe Ar­ce­lor, il avait di­ri­gé une équipe char­gée de dé­ve­lop­per des al­liages pour des sup­ports de cir­cuits in­té­grés et cir­cuits hy­brides. Il a pu ain­si, du­rant cette pé­riode, tis­ser des re­la­tions avec le monde de l’élec­tro­nique. Il a éga­le­ment dé­ve­lop­pé de so­lides com­pé­tences en ma­na­ge­ment de l’in­no­va­tion tech­no­lo­gique, par­ti­cu­liè­re­ment dans le do­maine des ma­té­riaux et sys­tèmes de bat­te­ries. Du fait de cette ex­pé­rience, l’en­tre­prise am­bi­tionne de de­ve­nir un ac­teur de pre­mier plan dans la fi­lière de la mi­cro­éner­gie pour les ap­pli­ca­tions de l’élec­tro­nique en vi­sant une clien­tèle de grands comptes in­ter­na­tio­naux. L’en­tre­prise a bé­né­fi­cié, en phase de créa­tion et d’amor­çage, du sou­tien de Bpi­france du­rant les pre­mières an­nées consa­crées ex­clu­si­ve­ment au dé­ve­lop­pe­ment de la tech­no­lo­gie, an­nées au cours des­quelles elle n’a pas réa­li­sé de chiffre d’af­faires. Les mi­cro­bat­te­ries I-Ten sont ex­trê­me­ment com­pactes, conformes aux stan­dards in­ter­na­tio­naux de l’EIA (Elec­tro­nic In­dus­tries Al­liance), et com­pa­tibles avec les ma­chines de pla­ce­ment et de sou­dure par re­fu­sion. « Elles per­mettent de sto­cker dans le même es­pace 10 fois plus d’éner­gie que les tech­no­lo­gies concur­rentes de mi­cro­bat­te­ries et 20 fois plus d’éner­gie que les tech­no­lo­gies de su­per­con­den­sa­teurs », se­lon Fa­bien Ga­ben. Les mi­cro­bat­te­ries exis­tantes à ce jour sur le mar­ché uti­lisent, en ef­fet, une tech­no­lo­gie pla­naire qui né­ces­site d’aug­men­ter la sur­face oc­cu­pée pour aug­men­ter la ca­pa­ci­té de sto­ckage. Quant aux piles bou­tons, elles ne sont pas re­char­geables. De plus, ces pro­duits ont une du­rée de vie li­mi­tée car ils uti­lisent des élec­tro­lytes or­ga­niques, ce qui peut en­traî­ner un risque de perte d’in­for­ma­tions cri­tiques. La tech­no­lo­gie de I-Ten per­met, quant à elle, de pro­duire des mi­cro­bat­te­ries à l’état so­lide dans des di­men­sions très com­pactes et ayant une du­rée de vie très éle­vée, ou­vrant ain­si un champ à de nou­velles uti­li­sa­tions, no­tam­ment dans le do­maine de l’In­ter­net des ob­jets en as­su­rant l ’ au­to­no­mie éner­gé­tique des pe­tits dis­po­si­tifs connec­tés qui connaissent un dé­ve­lop­pe­ment im­por­tant dans les usages quo­ti­diens.

Pro­chaine étape : la mise en place d’un nou­veau site dé­dié à la R& D et la pro­duc­tion d’une su­per­fi­cie de 4 000 m2 à Dar­dilly, près de Lyon ( Rhône) dont l’en­tre­prise nous a four­ni une pho­to en avant- pre­mière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.