« L’IA et l’ap­pren­tis­sage pro­fond vont re­pré­sen­ter des op­por­tu­ni­tés de crois­sance très im­por­tantes »

À l’oc­ca­sion de la ren­contre an­nuelle avec la presse, Jean-Ma­rie Saint-Paul, di­rec­teur gé­né­ral de Men­tor France et di­rec­teur Eu­rope du sud et de l’ouest de Men­tor, a abor­dé dif­fé­rents axes de la stra­té­gie de l’édi­teur amé­ri­cain.

Electronique S - - Sommaire - CÉ­DRIC LARDIÈRE

Comme le consta­tait Wal­den Rhines, pré­sident et CEO de Men­tor (groupe al­le­mand Sie­mens) dans notre nu­mé­ro 88, « le mar­ché des se­mi-conduc­teurs a connu un phé­no­mène de consolidation très fort de­puis 2015, mais il est plu­tôt en lé­gère dé­con­so­li­da­tion de­puis », ré­sume Jean-Ma­rie Saint-Paul, di­rec­teur gé­né­ral de Men­tor France et di­rec­teur Eu­rope du sud et de l’ouest de Men­tor. À y re­gar­der d’un peu plus près, beau­coup de choses se passent en Chine, ca­rac­té­ri­sée par une ap­pé­tence très forte pour les fa­bless. « La Chine crée en ef­fet de nom­breuses fa­bless do­mes­tiques et ces der­nières gros­sissent d’une ma­nière ex­po­nen­tielle en termes de nombre de sa­la­riés. Cette deuxième vague de concep­tion – la pre­mière concer­nait la fa­bri­ca­tion – est le fruit d’in­ves­tis­se­ments ini­tiés il y a de ça deux, trois ans », ex­plique Jean-Ma­rie Saint-Paul, qui iden­ti­fie une autre ten­dance en­core. Les grands groupes, tels que NXP ou Texas Ins­tru­ments, ont mis en place des stra­té­gies de spé­cia­li­sa­tion, le pre­mier dans l’au­to­mo­bile et la sé­cu­ri­té, le se­cond dans l’ana­lo­gique, ce qui leur per­met no­tam­ment de dé­ga­ger des marges opé­ra­tion­nelles bien meilleures. Par­mi les ten­dances émer­gentes en concep­tion des cir­cuits in­té­grés, les ob­jets connec­tés (IoT), d’une part, l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle (IA) et l’ap­pren­tis­sage pro­fond ( ma­chine lear­ning) d’autre part, ont le vent en poupe. Pour la concep­tion de leurs sys­tèmes sur une puce (SoC) per- son­na­li­sés (la par­tie élec­tro­nique des IoT), les in­dus­triels sont en ef­fet confron­tés à des pro­duits re­la­ti­ve­ment simples dans leur de­si­gn – même si la taille et la consom­ma­tion sont des spé­ci­fi­ca­tions es­sen­tielles –, mais fa­bri­qués à de très grands vo­lumes. « Et comme ils ne dis­posent pas for­cé­ment de spé­cia­listes dans leurs équipes, ces in­dus­triels re­cherchent des ou­tils de concep­tion simples et éco­no­miques. Bien souvent, ils dé­butent par de la sous-trai­tance au­près d’un spé­cia­liste en élec­tro­nique, puis ils font la concep­tion en in­terne, d’où la com­mer­cia­li­sa­tion de pa­ckages avec un flot com­plet. Ce sont donc de nou­veaux clients pour nous », in­dique Jean-Ma­rie Saint-Paul. Si des en­tre­prises qui n’ap­par­tiennent pas au do­maine des se­mi-conduc­teurs conçoivent des puces IoT, c’est dans le but de ré­cu­pé­rer de la « da­ta ».

La ré­vo­lu­tion au­to­mo­bile

En ce qui concerne l’IA et l’ap­pren­tis­sage pro­fond, des su­jets liés aux ob­jets connec­tés, ces deux tech­no­lo­gies per­mettent de re­con­naître des sché­mas ré­cur­rents dans une masse très im­por­tante de don­nées et d’y ex­traire une in­for­ma­tion per­ti­nente. « À l’ins­tar de la blo­ck­chain, l’IA et l’ap­pren­tis­sage pro­fond vont re­pré­sen­ter des op­por­tu­ni­tés de crois­sance très im­por­tantes. Ce­la s’ac­com­pagne éga­le­ment de nou­veaux de­si­gns, d’un be­soin de trans­for­mer du lo­gi­ciel ( al­go­rithmes d’IA) en ma­té­riel très ra­pi­de­ment. Là aus­si se crée un ap­pel d’air en termes de moyens pour ac­cé­lé­rer de la concep­tion au pro­duit fi­ni », ex­plique JeanMa­rie Saint-Paul. Par­mi les autres mar­chés por­teurs pour Men­tor, l’in­dus­trie au­to­mo­bile se ca­rac­té­rise par une re­la­tive frag­men­ta­tion. Mais un nou­vel éco­sys­tème est en train d’ap­pa­raître, de par la mon­tée en puis­sance des vé­hi­cules élec­triques et/ou connec­tés, de la conduite au­to­nome, de la mo­bi­li­té à la de­mande et, plus gé­né­ra­le­ment, des villes « in­tel­li­gentes ». « Nous sommes en pleine ré­vo­lu­tion : le nombre de nou­veaux ac­teurs se mul­ti­plie, at­ti­rés par une nou­velle va­leur orien­tée, entre autres, vers les ser­vices, et non plus vers la fa­bri­ca­tion et la vente de vé­hi­cules », avance Jean-Ma­rie Saint-Paul. Les consé­quences de cette « ré­vo­lu­tion » sont mul­tiples : l’aug­men­ta­tion du nombre et de la va­rié­té des cap­teurs, la com­plexi­té tou­jours plus crois­sante du lo­gi­ciel et du ma­té­riel, un nombre de si­mu­la­tions de­ve­nant très im­por­tant, une sû­re­té et une sé­cu­ri­té re­le­vées – les pla­te­formes doivent per­mettre d’at­teindre le ni­veau 5, par exemple – et la conti­nui­té nu­mé­rique des don­nées. « Le ra­chat par Sie­mens nous a ap­por­té une puis­sance fi­nan­cière, qui nous per­met au­jourd’hui de réa­li­ser cer­taines ac­qui­si­tions que nous n’au­rions pas pu faire au­pa­ra­vant. Les fon­deurs, eux, sont ras­su­rés par cette sta­bi­li­té fi­nan­cière » , conclut JeanMa­rie Saint-Paul.

JEAN- MA­RIE SAINT- PAUL, di­rec­teur gé­né­ral de Men­tor France et di­rec­teur Eu­rope du sud et de l’ouest de Men­torNous sommes en pleine ré­vo­lu­tion : le nombre de nou­veaux ac­teurs se mul­ti­plie, at­ti­rés par une nou­velle va­leur dé­ca­lée, entre autres, vers les ser­vices, et non plus vers la fa­bri­ca­tion et la vente de vé­hi­cules.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.