J’AI TES­TÉ L’IQOS

ELLE (France) - - IN­FO -

A prio­ri, ce pro­duit a tout pour sé­duire la fu­ture ex-non-fu­meuse re­pen­tie ou pas que je suis.

L’iQos – pro­non­cer aïe-kos et non pas ikos (Alia­gas, par­don), c’est la ré­ponse de Phi­lip Mor­ris au dé­vis­sage de ses ventes dans le monde. Des sticks de ta­bac à chauf­fer, qui don­ne­raient les mêmes sen­sa­tions qu’une vraie clope, mais avec 95 % de toxi­ci­té en moins. Ces géants du ta­bac qui se pré­oc­cupent de la san­té des gens, ça me touche aux larmes, en plus j’y crois – quel in­té­rêt de voir leurs clients tom­ber comme des mouches ? – je com­mande donc mon iQos sur In­ter­net (88 €). À l’oeil, on di­rait un grand Tam­pax creux, ou en­core un étui pé­nien pour gars chi­che­ment ou­tillé. De­dans, on glisse la clope, qui s’ap­pelle dé­sor­mais un « Heet » et en­suite, ben, on tire des­sus : bi­zarre, la fu­mée est ino­dore, comme avec une ci­ga­rette élec­tro­nique, et même si c’est du vrai ta­bac, ça ne fait pas de cendres. Ques­tion goût, c’est de la balle bé­bé ! La sen­sa­tion sur la langue est aus­si dé­li­cieu­se­ment dé­gueu qu’au bon vieux temps où je fu­mais de la vraie. D’ailleurs, dé­jà, des pneu­mo­logues dé­noncent le mar­ke­ting trom­peur de l’iQos, qui se­rait beau­coup plus no­cif qu’an­non­cé. Sur le fond, ce n’est pas ce qui me gêne le plus (j’ai ré­sis­té à trente ans de clope, je suis cos­taud) ni même le prix (payer ma drogue une tonne ne m’a ja­mais dé­ran­gée, donc va pour les 7 € le pa­quet de 20 Heet). Non, ce qui m’em­bête, c’est cette jeune fille qui s’est ar­rê­tée net en me voyant iQos­ser à une ter­rasse. « Mais pour­quoi cette dame es­saie-t-elle de fu­mer un test de gros­sesse ? »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.