SI VOUS AIMEZ « LES INDESTRUCTIBLES », VOUS AIMEREZ « SU­PER NOR­MAL »

ELLE (France) - - LIVRES - PA­TRICK WILLIAMS PAR

Dans « Les Indestructibles », cé­lèbre des­sin ani­mé Pixar, un su­per­hé­ros et sa fa­mille sont obli­gés de me­ner une vie plan-plan, le père pre­nant un en­nuyeux em­ploi de bu­reau. Bien avant cette brillante idée de scé­na­rio, un livre avait dé­jà dé­fri­ché ce fruc­tueux ter­rain. Dans « Su­per Nor­mal », écrit en 1977 (et pu­blié au­jourd’hui en France), l’écri­vain amé­ri­cain Ro­bert Mayer met­tait en scène Da­vid Brink­ley, un jour­na­liste moyen qui ha­bite une ville moyenne et qui s’en­nuie moyen­ne­ment dans son exis­tence avec sa femme et ses deux filles. La trame est celle – clas­sique – d’un per­son­nage de la middle class blanche amé­ri­caine, entre illu­sions per­dues et morne frus­tra­tion sexuelle. Sauf que Da­vid Brink­ley cache un se­cret : il se nom­mait In­di­go au­tre­fois et jouis­sait du sta­tut de su­per-hé­ros le plus puis­sant de la pla­nète. Jus­qu’à ce que ses pou­voirs dis­pa­raissent et laissent place à une su­per crise de la qua­ran­taine… Mé­ta­phore sur le pas­sage à l’âge adulte – qu’il est dur d’en­fi­ler ses col­lants mauves quand on a pris du poids… –, ce livre est truf­fé de ré­fé­rences à la pop culture et bour­ré de di­lemmes cor­né­liens – un su­per-hé­ros doit-il conti­nuer de for­ni­quer avec une ra­vis­sante fan quand il en­tend les cris de dé­tresse d’une vic­time agres­sée dans la rue ?

« SU­PER NOR­MAL », de Ro­bert Mayer, tra­duit de l’an­glais par Fran­cis Guè­vre­mont (Aux Forges de Vul­cain, 298 p.).

« Les Indestructibles »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.