LES TÉ­MOI­GNAGES DES MA­MANS

Enceinte & Accoucher - - Enquête -

Grâce aux mé­de­cins main­te­nant j’ai un bé­bé sain !

“J’avais vingt ans et j’at­ten­dais mon se­cond en­fant, ma gros­sesse s’an­non­çait se­reine et sans pro­blèmes. Mais mal­gré les contrôles et les exa­mens qui me di­saient que tout se pas­sait très bien, je ne me sen­tais pas bien. J’étais tou­jours fa­ti­guée et en sept mois j’avais pris vingt ki­los. En réa­li­té, la pe­tite fille que j’at­ten­dais souf­frait d’un grave trouble au coeur, mais les mé­de­cins s’en sont ren­dus compte tard puis­qu’ils n’avaient pas contrôle son bat­te­ment car­diaque et mal­heu­reu­se­ment le bé­bé n’a pas sur­vé­cu après la nais­sance. En­suite, je me suis sou­mise à dif­fé­rents exa­mens et j’ai dé­cou­vert avoir des an­ti­corps du lu­pus, une ma­la­die au­to-im­mu­ni­taire qui pro­voque des pro­blèmes au dé­ve­lop­pe­ment du foe­tus. J'ai du at­tendre avant que les mé­de­cins me conseillent une autre gros­sesse, parce qu’il était né­ces­saire que la quan­ti­té des an­ti­corps en cir­cu­la­tion di­mi­nue. Quand j’ai été à nou­veau en­ceinte, les mé­de­cins m’ont seu­le­ment pres­crit une as­pi­rine par jour et un do­sage mi­ni­mum de cor­ti­sone. J’ai fait de nom­breuses écho­gra­phies et contrôles, mais ce­la en a va­lu la peine, à la fin le bé­bé est né par­fai­te­ment sain ”. Syl­vie.B, (Di­jon)

J’avais trop de li­quide am­nio­tique

“Je sa­vais que je de­vrais af­fron­ter une gros­sesse à risque, parce que de­puis l’âge de seize ans, je suis dia­bé­tique et je dois uti­li­ser de l’in­su­line. J’ai com­men­cé les contrôles avant la concep­tion et je les ai conti­nués, pour moi et le bé­bé, même après sa nais­sance. Dans l’en­semble, les neuf mois se sont dé­rou­lés as­sez bien, même s’il m’est ar­ri­vé de souf­frir à ré­pé­ti­tion de po­ly­dram­nios (aug­men­ta­tion ex­ces­sive du li­quide am­nio­tique). Je m’en suis ren­due compte parce que je gros­sis­sais trop, tout en étant très at­ten­tive à mon ali­men­ta­tion, je res­pi­rais avec dif­fi­cul­té et mes jambes et mon ventre gon­flaient. L’écho­gra­phie confir­ma la pré­sence de quan­ti­tés éle­vées de li­quide am­nio­tique, qui de­vaient être éli­mi­nées. J’ai du ré­pé­ter cette in­ter­ven­tion, qui peut du­rer même plus d’une heure, plu­sieurs fois puisque le li­quide a ten­dance à se re­for­mer.En­suite, le bé­bé est né en avance, et ce n’est pas un ha­sard si le tra­vail a com­men­cé peu de temps après avoir fait l’une de ces pi­qûres faites pour ab­sor­ber le li­quide am­nio­tique. Ce­pen­dant, mon en­fant n’a pas souf­fert et tout en étant né pré­ma­tu­ré, son poids dé­pas­sait trois ki­los et il était bien”. Lau­rence.F (pa­ris)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.