LE ROLE DES HOR­MONES

Enceinte & Accoucher - - Que Faut-il Savoir Pour Bien Allaiter ? -

- A par­tir du dé­but de la gros­sesse, les glandes mam­maires sont in­fluen­cées dans la préparation à l’al­lai­te­ment par l’ac­tion de cer­taines hor­mones comme la pro­lac­tine, l’ocy­to­cine, les oes­tro­gènes et la pro­ges­té­rone. Tout de suite après l’ac­cou­che­ment, avec l’ex­pul­sion du pla­cen­ta, les taux d’oes­tro­gènes et de pro­ges­té­rone des­cendent et les taux de pro­lac­tine et d’ocy­to­cine aug­mentent. Ces deux hor­mones ré­gulent res­pec­ti­ve­ment la pro­duc­tion de lait et son émis­sion du ma­me­lon.

- Le contact entre la bouche du bé­bé et la peau très sen­sible du ma­me­lon et de l’aréole dé­ve­loppe la pro­duc­tion de pro­lac­tine et d’ocy­to­cine, car quand le bé­bé suce, il sti­mule cer­taines ter­mi­nai­sons ner­veuses, qui confluent dans une par­tie par­ti­cu­lière du cer­veau, l’hy­po­tha­la­mus.

En ré­ponse, cet or­gane en­voie des sub­stances dé­ter­mi­nées à l’hy­po­physe, une glande si­tuée sous le cer­veau, qui par consé­quent, pro­duit d’autres quan­ti­tés de l’hor­mone pro­lac­tine, ca­pable d’ame­ner la sé­cré­tion du lait. L’hy­po­physe re­lache éga­le­ment de l’ocy­to­cine, qui pro­voque la contrac­tion des fibres mus­cu­laires au­tour des glandes mam­maires, qui peuvent ain­si émettre le lait.

La phase de la mon­tée du lait !

A par­tir du se­cond jour après l’ac­cou­che­ment la mon­tée de lait peut ar­ri­ver, c’est-à-dire la vé­ri­table pro­duc­tion de lait ma­ter­nel. La ma­man se rend compte du phé­no­mène, parce que les seins sont durs, tu­mes­cents et très chauds. De plus, le contour des seins est ti­ré et l’on peut ar­ri­ver à sen­tir comme des pe­tites billes qui rem­plissent la glande. La ma­man peut aus­si avoir des gon­fle­ments sous les ais­selles, qui ce­pen­dant ne doivent pas l’in­quié­ter, parce qu’ils sont sim­ple­ment consti­tués de glandes mam­maires en ex­cès, pré­sentes dans cette zone.

La mon­tée de lait peut aus­si être dou­lou­reuse et l’unique re­mède est de pla­cer sou­vent le bé­bé sur le sein pen­dant cette phase, pour vi­der com­plè­te­ment les seins. Le lait pro­duit aus­si­tôt après la mon­tée et pen­dant en­vi­ron une se­maine est ap­pe­lé “lait de tran­si­tion”, puis­qu’il est en­core mé­lan­gé au co­los­trum et il ap­pa­raît plus riche et cré­meux com­pa­ré à ce­lui beau­coup plus aqueux de

Quand en pro­duit-on ?

La pro­duc­tion de lait va­rie consi­dé­ra­ble­ment d’une femme à une autre, soit à cause de la pré­dis­po­si­tion de cha­cune, soit parce la mère a ten­dance à s’adap­ter aux exi­gences du bé­bé. Plus le bé­bé suce, plus l’or­ga­nisme de la ma­man est stimulé à pro­duire du lait. Par consé­quent, il n’est pas pos­sible d’in­di­quer la quan­ti­té à four­nir pour toutes les ma­mans. En gé­né­ral, la pro­duc­tion aug­mente au fur et à me­sure que le bé­bé gran­dit et a plus be­soin de nu­tri­ment.

Les pre­mières se­maines

La pro­duc­tion de lait aug­mente pro­gres­si­ve­ment, jus­qu'à 500600 grammes par jour pen­dant les pre­mières se­maines, pour ar­ri­ver à 700-800 grammes vers la fin du pre­mier mois.

A par­tir de quatre mois

Vers deux-trois mois, le bé­bé ar­rive à su­cer du sein de la mère en­vi­ron 800 à 1000 grammes de lait par jour. Cette quan­ti­té reste, en gé­né­ral, in­chan­gée jus­qu’au dé­but du se­vrage.

Avec le se­vrage

Quand le bé­bé n’est plus nour­ri qu’au sein, la pro­duc­tion de lait pro­ve­nant de l’or­ga­nisme ma­ter­nel com­mence a di­mi­nuer pro­gres­si­ve­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.