L’AVIS

Des ex­perts

Enceinte & Accoucher - - Enquête -

La col­la­bo­ra­tion entre spé­cia­listes est im­por­tante !

Au­jourd’hui, il est pos­sible de soi­gner des pro­blèmes graves du foe­tus en fai­sant prendre à la mère les mé­di­ca­ments spé­ciaux. Mais ce­la n’est pas tou­jours fa­cile pour un seul mé­de­cin de choi­sir le type de mé­di­ca­ment, d’éta­blir quand et com­ment les prendre.

Les ré­sul­tats les plus im­por­tants ont été at­teints der­niè­re­ment par neuf équipes de spé­cia­listes pro­ve­nant de dif­fé­rentes ex­pé­riences, pour as­su­rer une éva­lua­tion mul­ti-dis­ci­pli­naire. A une époque on dé­con­seillait une gros­sesse aux femmes qui avaient des ma­la­dies im­mu­no-rhu­ma­to­lo­giques. De plus, l’im­mu­no­logue ne sa­vait pas éva­luer les ef­fets sur le foe­tus des mé­di­ca­ments pris par la mère, tan­dis que le gy­né­co­logue ne réus­sis­sait pas à contrô­ler la ma­la­die im­mu­no­rhu­ma­to­lo­gique. Main­te­nant, ce­pen­dant grâce à la col­la­bo­ra­tion entre les spé­cia­listes, du rhu­ma­to­logue au gy­né­co­logue ou au car­dio­logue il est pos­sible d’évi­ter des mal­for­ma­tions et des ac­cou­che­ments trop pré­ma­tu­rés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.