Dos­sier : Com­mu­ni­quer avec bé­bé : le guide Il est dans mon ventre et on parle dé­jà

Esprit Bébé - - Sommaire - Jill An­drew

En­ceinte d’à peine quelques mois, le ventre gonfle et la fu­ture ma­man res­sent cette vie qui évo­lue à l’in­té­rieur d’elle. Il est dans son ventre et elle parle dé­jà avec lui. Voi­ci com­ment.

Com­mu­ni­ca­tion pré­na­tale

Plus que la com­mu­ni­ca­tion non ver­bale, on parle au­jourd’hui de com­mu­ni­ca­tion pré­na­tale. Bé­bé, dans le ventre de sa mère, en­tend les bruits, ap­pré­cie la mu­sique et stresse quand il y a des conflits. Il en­tend les cris et dé­tecte le ton des voix, il dis­tingue les voix apai­sées et les voix ner­veuses. In­utile de dire qu’il ab­sorbe comme une éponge tous les épi­sodes émo­tion­nels vé­cus (ou su­bis) par ma­man.

Bé­bé ab­sorbe comme une éponge tous les épi­sodes émo­tion­nels vé­cus ou su­bis par ma­man.

Beau­coup de moyens per­mettent à la femme en­ceinte de ren­for­cer sa com­mu­ni­ca­tion (po­si­tive) avec bé­bé, le yo­ga pré­na­tal no­tam­ment. Christine Co­lon­na-Ce­sa­ri, pro­fes­seur de Yo­ga pré­na­tal, écrit : « Pour moi, le yo­ga pré­na­tal est le meilleur ou­til pour pré­pa­rer cette nou­velle évo­lu­tion en dou­ceur. Les bé­bés yo­ga semblent avoir la connais­sance in­fuse, mieux ha­bi­ter leur corps comme s’ils maî­tri­saient mieux leur sché­ma cor­po­rel; ils ont un re­gard lu­mi­neux sur le monde. Ils sont la preuve vi­vante que, lors­qu’une femme se donne la peine de gé­rer sa gros­sesse comme un par­cours ini­tia­tique, le ré­sul­tat est là, tan­gible : des en­fants éveillés et se­reins dont elles disent sou­vent, com­bien ils sont dif­fé­rents des autres bé­bés qui croisent leur che­min. La fa­çon avec la­quelle elles sont in­ves­ti et construit leur re­la­tion au bé­bé, en s’oc­cu­pant d’elles, en pra­ti­quant le yo­ga, fait que leur com­mu­ni­ca­tion et l’éveil de leur bé­bé sont net­te­ment su­pé­rieurs à ce qui est ha­bi­tuel.

Ce siècle a un be­soin dé­ter­mi­nant de de­ve­nir plus spi­ri­tuel ». Ex­trait du livre : Le yo­ga de la femme en­ceinte : Naître en li­ber­té, aux édi­tions Mé­di­cis.

Il mange ce que vous man­gez

Oui, bé­bé mange ce que vous man­gez, vous com­mu­ni­quez donc avec lui via cette voie de l’ali­men­ta­tion. Fu­ture ma­man doit en ef­fet sa­voir que ce qu’elle mange in­fluence di­rec­te­ment sa propre chi­mie cé­ré­brale, mais aus­si celle de son pe­tit. La chi­mie cé­ré­brale se dé­fi­nit en ef­fet en bonne par­tie au ni­veau du ventre, de la sphère di­ges­tive en gé­né­ral. Ain­si, si vous consom­mez beau­coup de su­cre­ries, vous fa­vo­ri­sez un ter­rain pré­dia­bé­tique pour vous mais très pro­ba­ble­ment aus­si chez votre en­fant. En tout cas, c’est ce qu’af­firment cer­taines re­cherches. Le ter­rain phy­sio­lo­gique «pri­maire» de l’en­fant n’est pas fi­gé par ailleurs, l’épi-gé­né­tique nous ap­prend que tout change avec les ex­pé­riences et les choix de vie. Ne stres­sez donc pas, votre en­fant au­ra un ter­rain phy­sio­lo­gique don­né en fonc­tion de vos choix ali­men­taires, mais il pour­ra plus tard choi­sir de chan­ger dans un sens ou dans un autre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.