Li­bi­do, grossesse et été ne font pas tou­jours bon mé­nage

Li­bi­do, été et grossesse ne font pas tou­jours bon mé­nage ! Oui, ce n’est un se­cret pour per­sonne et vous n’y échap­pe­rez peut-être pas. Les nuits sont plus chaudes en été, les hormones de grossesse, le corps qui change et les pe­tits maux du quo­ti­dien ne so

Esprit Bébé - - Sommaire -

LA LI­BI­DO DE LA FEMME EN­CEINTE CHANGE DE TRI­MESTRE EN TRI­MESTRE...

Le bé­bé que vous por­tez est le ré­sul­tat d’un acte d’amour, et pour­tant il est as­sez fré­quent que votre li­bi­do soit en chute libre juste après la concep­tion. Cer­taines femmes res­sentent un dé­goût to­tal qui peut du­rer jus­qu’à la fin de la grossesse. La concep­tion d’un bé­bé fait que la femme su­bit dif­fé­rents états psy­cho­lo­giques et phy­siques à chaque tri­mestre, et il y a plu­sieurs rai­sons à ce­la : Lors du 1er tri­mestre : La baisse du dé­sir est due aux désa­gré­ments qui peuvent s'in­vi­ter dès les pre­mières se­maines de grossesse. A la crainte de faire une fausse couche s'ajoutent sou­vent des nau­sées, vo­mis­se­ments, fa­tigue, consti­pa­tion, brû­lures d’es­to­mac, sé­che­resse va­gi­nale, etc. Les sen­sa­tions qui, ha­bi­tuel­le­ment étaient plai­santes, risquent de de­ve­nir désa­gréables. La pé­né­tra­tion peut être par­ti­cu­liè­re­ment dou­lou­reuse. Par ailleurs, vos seins qui prennent du vo­lume, peuvent par­ti­cu­liè­re­ment plaire à votre conjoint, mais ils sont dou­lou­reux, sur­tout le bout des seins. Sans comp­ter l'af­flux de pro­ges­té­rone qui a na­tu­rel­le­ment ten­dance à in­hi­ber la li­bi­do. Lors du 2ème tri­mestre : En gé­né­ral, le deuxième tri­mestre est, pour la plu­part, pla­cé sous le signe d’une aug­men­ta­tion du dé­sir. Avec la dis­pa­ri­tion des symp­tômes désa­gréables du dé­but de grossesse, une sen­sa­tion de bie­nêtre gé­né­ral et le fait de se sen­tir mieux dans sa peau, les sens se ré­veillent. En outre, il ar­rive par­fois qu’une lé­gère sé­che­resse va­gi­nale puisse faire son ap­pa­ri­tion, ce qui rend les rapports moins agréables, voire même dou­lou­reux. Certes, ce n’est pas la plus ro­man­tique des choses, mais un peu de lu­bri­fiant suf­fit à ré­soudre ce pe­tit pro­blème.

Lors du 3ème tri­mestre : La nais­sance de votre bé­bé ap­proche. Bé­bé prend plus de place et le ventre ar­ron­di rend cer­taines po­si­tions in­con­for­tables ou dou­lou­reuses. La femme se meut avec dif­fi­cul­té et n’est pas for­cé­ment très à l’aise avec son corps. De plus, une hor­mone li­bé­rée du­rant l’or­gasme, l’ocy­to­cine, fait contrac­ter l’uté­rus, ce qui peut ac­cé­lé­rer le tra­vail à la fin de la grossesse. Ce type de contrac­tion peut tou­te­fois pro­cu­rer une sen­sa­tion de crampes après l’or­gasme qui s’es­tom­pe­ra. Ce phé­no­mène est tout à fait nor­mal.

QUAND LE DÉ­SIR SEXUEL DI­MI­NUE, ON FAIT QUOI ?

Voi­ci quelques as­tuces pour pi­men­ter votre vie sexuelle et re­trou­ver l’en­vie d’avoir en­vie... • Avant toute chose, si vous sen­tez que votre dé­sir sexuel est en berne, par­lez-en avec votre com­pa­gnon. Ex­pli­quez-lui ce que vous res­sen­tez, ce que vous ai­me­riez, ce­la per­met de trou­ver des so­lu­tions en­semble et d'in­ven­ter et dé­cou­vrir une nou­velle fa­çon de s'ai­mer. • Si la pé­né­tra­tion s'avère vrai­ment in­con­for­table, cer­taines ca­resses peuvent vous pro­cu­rer un plai­sir tout aus­si in­tense. Pri­vi­lé­giez donc les contacts phy­siques sen­suels, mais pas for­cé­ment à des fins sexuelles. Pen­sez donc à des ac­ti­vi­tés qui fa­vo­risent le contact phy­sique comme les mas­sages éro­tiques. • De nom­breuses mé­thodes na­tu­relles peuvent ai­der à boos­ter la li­bi­do. L’ho­méo­pa­thie ou l’acu­punc­ture par exemple. • Il est aus­si pos­sible de vous adres­ser à un mé­de­cin ou un sexo­logue en qui vous avez confiance pour mieux com­prendre cette perte de li­bi­do. • En­fin, le sexe oral et la mas­tur­ba­tion ré­ci­proque de­meurent des op­tions tout à fait réa­li­sables si vous le dé­si­rez.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.