C'est dé­ci­dé, je me mets à la cos­mé­tique na­tu­relle !

C'est en gé­né­ral avec la grossesse que la ma­man prend conscience de la dan­ge­ro­si­té des pro­duits d'hy­giène ou de beau­té qu’elle uti­li­sait, sans réel­le­ment faire at­ten­tion. Etant en­ceinte, la fu­ture ma­man se pose mille ques­tions quant à la com­po­si­tion des p

Esprit Bébé - - Sommaire -

QU’EST-CE QU’UN PRO­DUIT COS­MÉ­TIQUE IN­DUS­TRIEL ?

Le mot in­dus­triel est as­so­cié, par­fois à tort, à la pré­sence d’ad­di­tifs chi­miques dans les pro­duits. At­ten­tion à la ter­mi­no­lo­gie, un pro­duit cos­mé­tique est in­dus­triel quand il est fa­bri­qué à grande échelle. En ef­fet, on dis­tingue une échelle ar­ti­sa­nale de pro­duc­tion c'est-à-dire en pe­tites quan­ti­tés ; d'une échelle in­dus­trielle ; c'est-à-dire en grandes quan­ti­tés. Au­tre­ment dit, tous les pro­duits in­dus­triels ne contiennent pas des ad­di­tifs et des conser­va­teurs de syn­thèse, les­quels sont re­con­nus au­jourd'hui comme très no­cifs pour la san­té. L'es­sen­tiel est de faire la dif­fé­rence entre un pro­duit qui contient ces ac­tifs sus­cep­tibles de per­tur­ber votre équi­libre en­do­cri­nien, et un pro­duit sain ; c’est-à-dire sans risques pour la san­té.

QU’EST-CE QU’UN PRO­DUIT COS­MÉ­TIQUE NA­TU­REL ?

Un pro­duit cos­mé­tique na­tu­rel est fait à base d'ac­tifs is­sus des plantes, et par­fois bio­lo­giques ; c'est-à-

dire non trai­tés aux pes­ti­cides et en­grais chi­miques. Il faut, en ef­fet, faire la dif­fé­rence entre le mot « na­tu­rel » et le mot « bio ». Au­tre­ment dit, un pro­duit peut-être na­tu­rel sans être bio­lo­gique. S'il est na­tu­rel ce­la veut dire qu'il pro­vient d'une plante ou d'un élé­ment qu'on trouve dans la na­ture, et pas d'un com­po­sé de syn­thèse réa­li­sé en la­bo­ra­toire. Ces plantes peuvent avoir été trai­tées ou pas, si elles n’ont pas su­bi de trai­te­ment aux pes­ti­cides elles sont bio­lo­giques. C’est l’idéal.

DE QUOI IL SE COM­POSE ?

Un pro­duit cos­mé­tique na­tu­rel est gé­né­ra­le­ment fait avec ce qu'on ap­pelle une phase hui­leuse ; une huile vé­gé­tale donc ou un beurre vé­gé­tal ; une phase aqueuse ; c'est-à-dire de l'eau no­tam­ment une eau flo­rale ; et un émul­si­fiant. Ce der­nier per­met de lier les deux phases et d'ob­te­nir un pro­duit plus ou moins com­pact, du rouge à lèvres, une crème de soin ou un fond de teint. La tex­ture va­rie avec l'uti­li­sa­tion. Ajou­tez à ce­la un co­lo­rant na­tu­rel is­su des plantes et un ac­tif conser­va­teur na­tu­rel et vous ob­te­nez un pro­duit cos­mé­tique na­tu­rel.

QUELLES SONT LES MEILLEURES HUILES VÉ­GÉ­TALES À UTI­LI­SER ?

Quand vous réa­li­sez vos propres cos­mé­tiques, vous al­lez pou­voir gâ­ter votre peau avec des in­gré­dients de haute qua­li­té. Met­tez le pa­quet sur les huiles vé­gé­tales, elles nour­rissent et hy­dratent la peau en pro­fon­deur, ce qui vous don­ne­ra un teint écla­tant. Choi­sis­sez des huiles BIO et de pre­mière pres­sion à froid. Pri­vi­lé­giez l’huile de noyaux d'abri­cots pour vos pré­pa­ra­tions, une odeur très agréable. Celle de ma­ca­da­mia ou celle d’avo­cat pour vos che­veux, elles ont un grand pou­voir nu­tri­tif. Pen­sez à l’huile vé­gé­tale d’ar­gan, ap­pe­lée aus­si « or li­quide », elle a de nom­breuses ver­tus et ré­gule ef­fi­ca­ce­ment les peaux à ten­dance ac­néique. Pen­sez à l’huile de pépins de rai­sin, elle est très ef­fi­cace contre les rides. L’huile de ri­cin est très ef­fi­cace aus­si pour hy­dra­ter in­ten­sé­ment, elle pos­sède des pro­prié­tés pour trai­ter les ec­zé­mas, les des­qua­ma­tions, les pel­li­cules ou en­core les pi­qûres d'insectes. L’huile d’amande douce pos­sède les mêmes ver­tus, apai­sante, elle sou­lage les ir­ri­ta­tions et les dé­man­geai­sons, et elle a un par­fum plus doux que ce­lui de ri­cin. Vous pou­vez aus­si ajou­ter des gouttes de

l’huile es­sen­tielle de votre choix à vos pré­pa­ra­tions. Elles ont plu­sieurs bien­faits, elles sont an­ti­bac­té­riennes, ci­ca­tri­santes, dy­na­mi­santes, re­laxantes, et an­ti­fon­giques. Elles ont sur­tout un par­fum très pro­non­cé, tel est par exemple le cas de l'HE de jas­min.

QUEL CONSER­VA­TEUR NA­TU­REL UTI­LI­SER ?

Un conser­va­teur est un in­gré­dient in­dis­pen­sable en cos­mé­tique na­tu­relle pour éviter la pro­li­fé­ra­tion bac­té­rienne. En ef­fet, la pré­sence de l’eau im­plique celle de bac­té­ries. On peut dire que toute l’in­dus­trie cos­mé­tique est ba­sée sur les conser­va­teurs. Car, sans conser­va­teurs, im­pos­sible de vendre des pro­duits aux quatre coins de la pla­nète, avec des dé­lais de trans­port et une du­rée d’ex­po­si­tion en grande sur­face qui peut al­ler jus­qu’à deux ou trois ans. L’al­ter­na­tive, en cos­mé­tique na­tu­relle, consiste à uti­li­ser des conser­va­teurs d’ori­gine na­tu­relle. Le conser­va­teur na­tu­rel le plus uti­li­sé est l’ex­trait de pépins de pam­ple­mousse. Il y a aus­si l’huile es­sen­tielle de ro­ma­rin ou la vitamine E conte­nue dans les huiles vé­gé­tales, elle a une ac­tion an­ti-oxy­dante qui pro­longe la du­rée de vie des cos­mé­tiques na­tu­rels. Il y a aus­si l’ex­trait de pro­po­lis, un ac­tif na­tu­rel aux nom­breuses ver­tus san­té, il est no­tam­ment très bénéfique pour le sys­tème im­mu­ni­taire. En­fin, pen­sez à l’acide ben­zoïque pour vos pré­pa­ra­tions à base d’eaux flo­rales. On le trouve dans cer­tains fruits (can­ne­berges, ai­relles, can­nelle, prunes, pommes).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.