Ac­tus veggie - LES CIR­CUITS COURTS

Une al­ter­na­tive cré­dible à la grande dis­tri­bu­tion?

Esprit Veggie - - Sommaire - PAR ANAÏS BOC­QUET

De­puis quelques an­nées dé­jà, pour faire leurs courses, les consom­ma­teurs n’hé­sitent plus à avoir re­cours à des ré­seaux de dis­tri­bu­tion ali­men­taire al­ter­na­tifs. Aux cô­tés des hy­per et su­per­mar­chés, de nom­breuses ini­tia­tives s’ins­tallent sur le mar­ché et

gagnent du ter­rain. Les cir­cuits courts : la concur­rence de de­main? « SE­LON UNE EN­QUÊTE OBSOCO DA­TÉE DE 2013, 540 % DES CONSOM­MA­TEURS IN­TER­RO­GÉS N’ONT

PAS OU PAS DU TOUT CONFIANCE EN­VERS LES GRANDES EN­SEIGNES DE DIS­TRI­BU­TION »

Un su­per­mar­ché co­ol­la­bo­ra­tif ? Im­pos­sible, pen­sez-vous? EH BIEN NON! VOI­CI LA NOU­VELLE TEN­DANCE QUI S’INS­TALLE UN PEU PAR­TOUT EN FRANCE : LA LOUVE À PA­RIS, LA CHOUETTE CO­OP À TOU­LOUSE, LA SUPERCOOP À BOR­DEAUX ET BIEN­TÔT LA CAGETTE À MONT­PEL­LIER. LE CONCEPT?

UN SU­PER­MAR­CHÉ GÉ­RÉ PAR SES MEMBRES QUI, EN ÉCHANGE DE QUELQUES HEURES DE TRA­VAIL MEN­SUELLES, ONT AC­CÈS À DES PRIX PRÉ­FÉ­REN­TIELS ET PRENNENT PART AUX DÉ­CI­SIONS DE LA STRUC­TURE. « LA LOUVE EST UNE BELLE AVEN­TURE POUR CEUX QUI CROIENT AU CONSOMMACTEUR, AU RÉ­ÉQUI­LI­BRAGE DES RAP­PORTS ENTRE LES PRO­DUC­TEURS ET LA GRANDE DIS­TRI­BU­TION, À L'AR­TI­SA­NAT, À LA CONSOM­MA­TION LO­CALE ET AUX CIR­CUITS COURTS » RA­CONTE CA­RO­LINE SUR SON BLOG DANS SON AR­TICLE IN­TI­TU­LÉ « POUR­QUOI J’AI ADHÉ­RÉ À LA LOUVE ».

Les su­per­mar­chés co­opé­ra­tifs ne sont pas les seules al­ter­na­tives à la grande dis­tri­bu­tion, IL EXIS­TAIT DÉ­JÀ DE­PUIS LONG­TEMPS LES AMAP, AUX­QUELLES SE SONT AJOU­TÉS RÉ­CEM­MENT LES PA­NIERS LI­VRÉS À DO­MI­CILE, LES BOU­TIQUES EN VRAC, LES GROU­PE­MENTS D’ACHAT... C’EST UNE TEN­DANCE DE FOND QUI TOUCHE DÉ­SOR­MAIS L’HEXA­GONE EN­TIER. « MÊME S’ILS DE­MEURENT MI­NO­RI­TAIRES EN TERMES DE PART DE MAR­CHÉ (ENTRE 5 ET 100% EN­VI­RON) PAR RAP­PORT AUX CIR­CUITS CLAS­SIQUES QUE SONT LA GRANDE DIS­TRI­BU­TION ET LES COM­MERCES ALI­MEN­TAIRES SPÉ­CIA­LI­SÉS, CES NOU­VEAUX MODES DE COM­MER­CIA­LI­SA­TION CONNAISSENT UNE PRO­GRES­SION RE­LA­TIVE ET UN EN­GOUE­MENT IN­CON­TES­TABLE » SOU­LIGNE LE RAP­PORT SUR LES CIR­CUITS DE DIS­TRI­BU­TION DES PRO­DUITS ALI­MEN­TAIRES POUR LE CONSEIL ÉCO­NO­MIQUE SO­CIAL ET EN­VI­RON­NE­MEN­TAL (CESE).

Cet en­goue­ment ac­tuel peut s’ex­pli­quer par plu­sieurs rai­sons ET, EN PRE­MIER LIEU, LA PERTE DE CONFIANCE DES CONSOM­MA­TEURS EN­VERS LES GRANDES EN­TRE­PRISES AGRO-ALI­MEN­TAIRES. SUITE AUX NOM­BREUX SCAN­DALES ALI­MEN­TAIRES TELS QUE, LA VIANDE DE CHE­VAL DANS DES PLATS SURGELÉS OU LES MA­TIÈRES FÉCALES DANS LES TAR­TE­LETTES AU CHO­CO­LAT, LA DÉ­FIANCE A GA­GNÉ DU TER­RAIN. SE­LON UNE EN­QUÊTE OBSOCO DA­TÉE DE 2013, 540% DES CONSOM­MA­TEURS IN­TER­RO­GÉS N’ONT PAS OU PAS DU TOUT CONFIANCE EN­VERS LES GRANDES EN­SEIGNES DE DIS­TRI­BU­TION.

LES CONSOM­MA­TEURS SE TOURNENT ALORS VERS LES CIR­CUITS COURTS QUI PER­METTENT DE MIEUX IDEN­TI­FIER L’ORI­GINE DES PRO­DUITS MAIS AUS­SI DE « RETISSER DES LIENS AU­JOURD’HUI DIS­TEN­DUS ENTRE LES PRO­DUC­TEURS ET LES CONSOM­MA­TEURS ».

In­con­tes­ta­ble­ment, l’en­semble de ces ini­tia­tives est fa­ci­li­té par les mo­da­li­tés qu’offrent In­ter­net et les ré­seaux so­ciaux. DE­PUIS LE CROWD­FUN­DING QUI PER­MET UN FI­NAN­CE­MENT COL­LA­BO­RA­TIF, À LA PAGE FA­CE­BOOK QUI CRÉE DES LIENS AU SEIN D’UNE COM­MU­NAU­TÉ EN PAS­SANT PAR LES PLA­TE­FORMES D’ACHAT QUI METTENT EN RE­LA­TION UN PRO­DUC­TEUR ET UN CLIENT, IN­TER­NET A PER­MIS L’ÉMER­GENCE D’UNE ÉCO­NO­MIE DU PAR­TAGE COMME EN AT­TESTE, PAR AILLEURS, LE SUC­CÈS DES PLA­TE­FORMES DE CO-VOI­TU­RAGE, DE LO­CA­TION DE MA­TÉ­RIEL ENTRE PAR­TI­CU­LIERS ET AUTRES.

EN SA­VOIR PLUS VOIR LE FILM FOOD CO­OP, SOR­TI LE 2 NO­VEMBRE DER­NIER, QUI RA­CONTE L'HIS­TOIRE D'UN SU­PER­MAR­CHÉ CO­OPÉ­RA­TIF À NEW-YORK. LE RÉA­LI­SA­TEUR TOM BOOTHE A NON SEULE­MENT FIL­MÉ CETTE EX­PÉ­RIENCE HU­MAINE IN­CROYABLE, MAIS IL A DANS LE MÊME TEMPS MON­TÉ...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.