LA RE­NAIS­SANCE PAR LA MÉ­DI­TA­TION

Esprit Yoga HS - - SOMMAIRE - Pro­pos re­cueillis par Lau­rence Pin­sard

À la rencontre de ni­cole bor­de­leau

Le der­nier ou­vrage de Ni­cole Bor­de­leau, Re­ve­nir au monde, est une ode à la mé­di­ta­tion. Dans un lan­gage clair, ponc­tué de pra­tiques simples, ce livre est un guide vers toutes les ri­chesses que la mé­di­ta­tion peut nous of­frir en même temps qu’un guide vers nous-même.

es­prit Yo­ga : Qu’est-ce qui vous a ame­née à la pra­tique du yo­ga et de la mé­di­ta­tion ?

ni­cole Bor­de­leau : Il y avait dans ma fa­mille des sou­cis de dé­pen­dances à l’al­cool qui m’ont ame­née à dé­ve­lop­per une dé­pen­dance à la co­caïne. Au dé­but des an­nées 1990, alors que je tra­vaillais dans le monde de la mode et des mé­dias, j’ai ap­pris que j’étais at­teinte d’une hé­pa­tite C. Après m’être dé­bat­tue pen­dant des mois avec des « pour­quoi ? », « pour­quoi moi ? Pour­quoi cette ma­la­die ? », j’ai choi­si de pas­ser au « Com­ment ? Com­ment trou­ver des moyens d’agir sur la dou­leur et les ef­fets se­con­daires de la ma­la­die ? ». C’est le choix de par­ti­ci­per à ma gué­ri­son qui m’a ame­née vers le yo­ga. J’y suis ar­ri­vée avec beau­coup de ré­sis­tances et énor­mé­ment de pré­ju­gés grâce à quel­qu’un qui m’a dit « je pra­tique le yo­ga et j’ai ap­pris à res­pi­rer ». Puisque je n’avais rien à perdre, j’ai choi­si de don­ner leur chance au yo­ga et à la mé­di­ta­tion !

e. Y. : Com­ment avez-vous com­men­cé ?

n. B. : J’ai com­men­cé par de courtes séances, souffle après souffle. Puis, pe­tit à pe­tit, j’ai par­se­mé la mé­di­ta­tion dans ma vie. Quand mon corps me fai­sait mal ou que mon es­prit était agité, mé­di­ter m’ai­dait à mieux sup­por­ter l’in­con­fort phy­sique et à tran­quilli­ser mon es­prit. Être dans l’ins­tant pré­sent ne si­gni­fie pas ai­mer ce que l’on vit, mais faire la paix avec la peur, la co­lère, la dou­leur. Être ca­pable de s’as­seoir sans se fuir, ne pas aban­don­ner, vivre nos dou­leurs comme nos es­poirs, nos suc­cès comme nos échecs. La mé­di­ta­tion m’a ap­pris à ne pas

at­tendre de gué­rir pour vivre car vivre, c’est gué­rir. Le jour où l’on de­vient ca­pable de s’ac­cueillir, de se ren­con­trer ici et main­te­nant, de s’ac­cep­ter, d’ac­cep­ter ce qui est, quelque chose change pro­fon­dé­ment : une grande force de gué­ri­son émerge.

e. Y. : Ce­la vous a ins­pi­ré l’écri­ture de vos dif­fé­rents livres ?

n. B. : Oui, bien sûr. Le pre­mier,

Vivre, c’est gué­rir !, est com­plè­te­ment au­to­bio­gra­phique. Il s’agit d’un témoignage sur la puis­sance de la force in­té­rieure, du cou­rage et de la ré­si­lience. Zé­ni­tude et double ex­pres­so est un guide sur com­ment trou­ver la paix et le bon­heur au sein du chaos qu’est par­fois notre vie. L’art de se

réinventer aborde, au tra­vers de 14 grands thèmes, les le­çons les plus pro­fondes que j’ai re­çues en tra­ver­sant la ma­la­die. Re­ve­nir au monde est un hom­mage à la mé­di­ta­tion. Dans ce livre, j’ex­plore la ma­nière dont la mé­di­ta­tion nous per­met de vivre plei­ne­ment chaque ins­tant, le coeur et l’es­prit en paix, d’être plus bien­veillant en­vers nous-même et les autres, de so­li­di­fier la confiance en soi en de­ve­nant qui l’on est réel­le­ment. Le titre du livre in­dique à quel point la mé­di­ta­tion peut être une vé­ri­table re­nais­sance !

e. Y. : Le souffle est au coeur de votre en­sei­gne­ment, pour­quoi ?

n. B. : C’est la plus belle dé­cou­verte qui soit ! Le Boud­dha a dit : « Lorsque tu ins­pires, inspire avec tout ton être, lorsque tu ex­pires, ex­pire avec tout ton être ». La fa­çon dont nous res­pi­rons est le mi­roir de notre ma­nière d’être au monde, de notre re­la­tion avec la vie. Or, de nom­breuses per­sonnes ont une res­pi­ra­tion courte et sac­ca­dée. Je conseille sou­vent la chose sui­vante : que votre pre­mier et votre der­nier acte soit re­lié au souffle. Chaque ma­tin et chaque soir, prenez trois longues res­pi­ra­tions. Com­men­cez par ex­pi­rer : on se rend dis­po­nible, alors le souffle vient à nous. Pour sen­tir votre souffle, pla­cez une main sur le coeur et l’autre sur l’ab­do­men. En­suite, ne faites rien. Aban­don­nez tout dé­sir d’ac­tion et toute at­tente de ré­sul­tat. Ce­la peut ins­pi­rer d’ob­ser­ver un bé­bé, ou un chat en­dor­mi. Leur res­pi­ra­tion est pro­fonde, na­tu­relle et ré­gu­lière. Dé­ve­lop­per un souffle ample et pro­fond change la re­la­tion avec la vie, ce­la nous amène en pleine pré­sence.

e. Y. : Quels conseils don­nez-vous pour com­men­cer à mé­di­ter ?

n. B. : Écrivez votre in­ten­tion sur un post-it, sur une carte. Pour­quoi, pour quelle rai­son ve­nez-vous à la mé­di­ta­tion ? Com­men­cez par de courtes séances. De la même ma­nière que dans une salle d’exer­cice, on ne com­men­ce­rait pas par sou­le­ver 300 kg, com­men­cez pe­tit : 5 mi­nutes le ma­tin, et 5 mi­nutes le soir. Vous aug­men­te­rez pro­gres­si­ve­ment en­suite. En re­vanche, prenez cet en­ga­ge­ment avec vous-même et en­cou­ra­gez-vous comme un pa­rent bien­veillant en­cou­ra­ge­rait son en­fant. Un autre con­seil : lorsque vous com­men­cez à mé­di­ter, n’en par­lez pas trop. Au dé­but, une pra­tique, c’est vul­né­rable ! Sa­chez aus­si qu’il y a de bonnes et de mau­vaises jour­nées, ce­la fait par­tie de la vie. En­fin, n’ima­gi­nez pas que vos pen­sées vont s’ar­rê­ter. De la même ma­nière que le corps conti­nue à fonc­tion­ner, l’es­prit conti­nue à pro­duire des pen­sées.

e. Y. : Vous êtes aus­si en­sei­gnante de yo­ga, quel lien trou­vez-vous entre le yo­ga et la mé­di­ta­tion ?

n. B. : Le yo­ga est au coeur de ma vie. Je ne fais pas de dif­fé­rence entre le yo­ga et la mé­di­ta­tion. C’est la même chose. Les deux pra­tiques sont in­dis­so­ciables. La mé­di­ta­tion me per­met d’être en pleine conscience dans cha­cun de mes mou­ve­ments. Au­jourd’hui, on voit beau­coup le yo­ga comme un sys­tème d’exer­cices phy­siques, alors que les postures ne sont que des ou­tils pour nous in­té­grer, nous in­car­ner. Le yo­ga, c’est l’art de l’at­ten­tion. Prê­ter at­ten­tion à la forme, à l’ali­gne­ment, au souffle.

Dé­ve­lop­per un souffle ample et pro­fond change la re­la­tion avec la vie, ce­la nous amène en pleine pré­sence.

Ni­cole Bor­de­leau Re­ve­nir au monde, Le edi­tions de l'homme

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.