Oser ci­toyen pointe une in­co­hé­rence

Eure Infos - - Evreux -

Dans un com­mu­ni­qué, le col­lec­tif Oser Ci­toyen re­vient sur le dé­dou­ble­ment des classes de Cours Pré­pa­ra­toire dans les éta­blis­se­ments d’Évreux clas­sés en Ré­seaux d’Édu­ca­tion Prio­ri­taire dit REP +. « Cette me­su­re­phare de la po­li­tique d’édu­ca­tion du nou­veau gou­ver­ne­ment a pour but d’amé­lio­rer la qua­li­té de l’ap­pren­tis­sage de la lec­ture pour le plus grand nombre d’élèves ». Oser ci­toyen sa­lue cette me­sure « prise en exé­cu­tion des pro­messes de cam­pagne du Pré­sident de la Ré­pu­blique, Emmanuel Ma­cron ».

Ce­pen­dant, ajoute le col­lec­tif, « amé­lio­rer le taux d’en­ca­dre­ment, en CP, dans les zones en difficulté est seule­ment une condi­tion né­ces­saire. Elle est in­suf­fi­sante pour ga­ran­tir une meilleure qua­li­té de l’ap­pren­tis­sage de la lec­ture. Il ne suf­fit pas de ré­duire le nombre d’élèves par classe, le conte­nant, pour que le conte­nu soit ip­so fac­to en pro­grès. Ap­prendre à lire sup­pose des en­sei­gnants qu’ils maî­trisent les mé­thodes et les conte­nus d’ap­pren­tis­sage. Des en­sei­gnants ca­pables de com­prendre les tâ­ton­ne­ments, les er­reurs et les étapes, par les­quels passe chaque élève dans ce mo­ment cru­cial pour la réus­site sco­laire qu’est l’ap­pren­tis­sage de la lec­ture. Des en­sei­gnants qui soient bien for­més ».

Et fi­nit par sou­le­ver un pa­ra­doxe à Évreux où quatre écoles de la Ma­de­leine – Jo­liot-Cu­rie, La Fo­rêt, Mi­che­let, Ro­main-Rol­land - sont clas­sées en REP + parce que rat­ta­chées au col­lège Pa­bloNe­ru­da qui est la tête de pont du ré­seau. « C’est en ver­tu de ce rat­ta­che­ment que sont at­tri­bués, à ces écoles, les moyens per­met­tant de dé­dou­bler les CP. Qu’ad­vien­dra-t-il de cette dis­cri­mi­na­tion po­si­tive en fa­veur des classes de Cours pré­pa­ra­toire de ces écoles si d’aven­ture le col­lège Pa­bloNe­ru­da ve­nait à fer­mer ? Dans notre ville, c’est l’épée de Da­mo­clès qui pèse sur la mise en oeuvre, la pé­ren­ni­té et la co­hé­rence de la po­li­tique gou­ver­ne­men­tale ». Cette hy­po­thèque doit être le­vée. « Pour ces rai­sons et peut-être avant, parce qu’il est le seul éta­blis­se­ment se­con­daire de l’école de la Ré­pu­blique dans ce quar­tier de 14 000 ha­bi­tants, qu’il doit être confor­té dans ses mis­sions. Au­jourd’hui comme de­main, son exis­tence in­carne l’am­bi­tion édu­ca­tive pour les jeunes de ces quar­tiers ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.