PE­TITE HIS­TOIRE DE LA COURSE À LA PUIS­SANCE

EVO (France) - - Sommaire - Par AN­TO­NY INGRAM ET PA­TRICK GARCIA

Les der­nières nou­veau­tés n’ont pas man­qué de re­le­ver une fois de plus le ni­veau de puis­sance de chaque seg­ment. L’oc­ca­sion pour nous de re­ve­nir sur cette course sans fin dont on ne sait pas si un jour elle s’ar­rê­te­ra.

Avec la sor­tie in­in­ter­rom­pue de su­per­cars mais aus­si de com­pactes et de ber­lines tou­jours plus puis­santes, une ques­tion se pose : quand donc cette fuite en avant ef­fré­née va-t-elle ces­ser ? Si ce­la n’a pas été le cas du­rant les qua­rante der­nières an­nées, il est pro­bable que ça ne soit ja­mais le cas !

Mais comment en sommes-nous ar­ri­vés à la pé­riode ac­tuelle qui voit une Bu­gat­ti Chi­ron dé­ve­lop­per

1 500 ch, une trac­tion 350 ch et une com­pacte 400 ch ?

Lors­qu’elle dé­bou­le­ra plus tard cette an­née, la des­cen­dante de la M535i (la M5 F90) de­vrait of­frir au­tour de 600 ch, ce qui lui per­met­tra de ri­va­li­ser avec ses concur­rentes sur un sec­teur où cette puis­sance est dé­sor­mais la norme après avoir grim­pé au fil des ans de 300 à 400, puis à 500 ch.

On peut ra­con­ter la même his­toire sur à peu près tous les seg­ments de sportives. Les au­tos ac­tuelles pro­posent plus ou moins trois fois plus de puis­sance que leurs an­cêtres d’il y a seule­ment 40 ans, et avec une bien meilleure fia­bi­li­té et une plus grande fa­ci­li­té d’uti­li­sa­tion. Du­rant la der­nière dé­cen­nie, les pro­grès tech­no­lo­giques ont été spec­ta­cu­laires et ont ac­cou­ché de chiffres étour­dis­sants ren­dus pos­sibles par le dé­ploie­ment de di­vers sys­tèmes de contrôle élec­tro­nique, les amé­lio­ra­tions des pneu­ma­tiques et, dans cer­tains cas, par l’ap­pa­ri­tion de mo­teurs élec­triques, seuls ou pour as­sis­ter un bloc ther­mique.

Les com­pactes sportives ont pro­fi­té de cer­tains de ces dé­ve­lop­pe­ments et ont pu en faire bé­né­fi­cier un plus large pu­blic. Nous sommes ain­si par­ve­nus à une époque où il était pos­sible de te­nir tête et même de dé­trô­ner une tra­di­tion­nelle spor­tive au vo­lant d’une pe­tite trois (ou cinq) portes ayant tro­qué son mo­teur de base contre un plus gros, gé­né­ra­le­ment do­té de l’in­jec­tion ou alors, comme dans les an­nées 80, en ayant re­cours à la sur­ali­men­ta­tion comme les R5 GT Tur­bo ou les Ford Escort RS Tur­bo. Les cu­lasses à 16 sou­papes mirent ra­pi­de­ment fin à cette pé­riode, puis ce fut au tour de la dis­tri­bu­tion va­riable de faire son ap­pa­ri­tion. En 1999, 180 ch sem­blaient être un ni­veau de puis­sance mons­trueux pour une au­to aus­si pe­tite qu’une Re­nault Clio. La pre­mière Fo­cus RS a re­le­vé le

Ren­dez-vous dans une conces­sion BMW et de­man­dez au ven­deur de vous pré­sen­ter quelques mo­dèles d’en­vi­ron 200 ch. Il est pro­bable qu’il vous ouvre la porte d’une 320d. Si vous aviez fait de même en 1979, il vous au­rait as­sis der­rière le vo­lant d’une M535i E12 équi­pée d’un 6 cy­lindres en ligne de

3,5 litres de cy­lin­drées, soit la deuxième BMW la plus puis­sante du mo­ment der­rière la… M1.

cur­seur et en­voyé la caste des com­pactes sur­vi­ta­mi­nées dans l’ère mo­derne en dé­ve­lop­pant 215 ch grâce à son 4 cy­lindres tur­bo. De nos jours, un mo­dèle du même seg­ment re­çoit 50 % de puis­sance en plus sur ses seules roues avant.

L’his­toire des ber­lines sportives colle à peu de chose près à celle de la BMW M5 qui a vu sa cy­lin­drée et le nombre de ses cy­lindres aug­men­ter de concert de­puis le mi­lieu des an­nées 70. La sur­ali­men­ta­tion s’est éga­le­ment in­vi­tée sur ce seg­ment. L’opel Lo­tus Ome­ga et la Ja­guar XJR à com­pres­seur toi­saient la BMW en ma­tière de puis­sance pure, mais le V10 5,0 litres at­mo­sphé­rique de la M5 E60 do­mi­nait mal­gré tout cette ca­té­go­rie jus­qu’à l’ame­ner sur le ter­ri­toire des su­per­cars dès 2004. De­puis lors, les mo­teurs tur­bo ont pris le pou­voir pour at­teindre la bar­rière des 600 ch, tan­dis que des au­tos telles que la Porsche Pa­na­me­ra Tur­bo S E-hy­brid de 680 ch et la Tes­la Mo­del S P100D ont dé­mon­tré cha­cune à leur ma­nière le po­ten­tiel de la puis­sance élec­trique, et pas seule­ment en termes de ré­duc­tions des émis­sions de CO2.

La puis­sance élec­trique a éga­le­ment re­dé­fi­ni le seg­ment des su­per­cars. Dans les an­nées 70, il fal­lait à Lam­bor­ghi­ni rien moins qu’un V12 3,9 litres pour pro­duire la voi­ture la plus ra­pide de la pla­nète. Fer­ra­ri ri­pos­ta avec la 288 GTO tur­bo­com­pres­sée, mais c’est bien la F40 de 1987 qui fit bas­cu­ler le seg­ment dans un tout autre uni­vers : avec son V8 2,9 litres et une paire de tur­bos, elle pous­sa le cur­seur jus­qu’au chiffre puis­sant (mais très conser­va­teur) de 480 ch. Bu­gat­ti re­pous­sa les li­mites plus avant avec son EB110 qua­dri-tur­bo de 560 ch mais rien ne put ri­va­li­ser avec ce que Mcla­ren nous sor­tit de son cha­peau (tout nou­veau). Le V12 BMW at­mo­sphé­rique S70/2 qui at­tein­dra jus­qu’à 635 ch per­mit à la lé­gen­daire F1 de créer le seg­ment que nous dé­si­gnons au­jourd’hui en­core par le terme hy­per­car. Une dé­cen­nie plus tard, la Bu­gat­ti Vey­ron fit vo­ler en éclat la bar­rière sym­bo­lique des 1 000 ch grâce à son W16 8,0 litres à quatre tur­bos. De­puis, la course à la puis­sance s’est no­ta­ble­ment ac­cé­lé­rée et les 1 500 ch ont été at­teints très ra­pi­de­ment.

Éton­nam­ment, le seg­ment des pe­tites sportives ne s’est pas dé­ve­lop­pé aus­si vite. Il suf­fit pour ce­la de je­ter un oeil sur l’évo­lu­tion du Porsche Boxs­ter qui re­pré­sente un bon exemple : sa car­rière a dé­bu­té en 1996 avec une puis­sance de 204 ch sous le ca­pot, elle at­teint au­jourd’hui 350 ch sur le nou­veau 718 Boxs­ter S à mo­teur 4 cy­lindres tur­bo. Il faut re­mar­quer ce­pen­dant que sur ce seg­ment le poids a au moins au­tant in­flué sur la per­for­mance glo­bale que la puis­sance. Le Mor­gan 3-Whee­ler de 85 ch est moins puis­sant qu’une MGB de 1974 mais il se montre plus ra­pide, tan­dis qu’une Al­fa Ro­meo 4C moins do­tée qu’une TVR Grif­fith de 1992 ac­cé­lère net­te­ment plus fort.

Et qu’en est-il des per­for­mances des cou­pés sport ? Là aus­si, nous pour­rions prendre en ré­fé­rence l’évo­lu­tion d’une Porsche, la 911 en l’oc­cur­rence, mais avec des au­tos telles que la Nis­san GT-R, l’au­di R8 V8 ou en­core la BMW M3, on ne peut pas dire que cette Porsche-là fut do­mi­na­trice (sur les fiches tech­niques tout du moins) sur son seg­ment du­rant toutes ces an­nées.

Nous vous in­vi­tons donc à tour­ner cette page pour je­ter un oeil à notre ta­bleau qui liste l’évo­lu­tion de la puis­sance de 100 mo­dèles clés au cours des 40 der­nières an­nées. Peut-être qu’en par­cou­rant ces lignes, vous pren­drez conscience des va­leurs vers les­quelles tout ce­la tend dans les an­nées à ve­nir…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.