BMW M4 CS

L’es­sai de la BMW M4 F82 a ac­cou­ché d’une con­clu­sion er­ra­tique, un peu à l’image de sa sus­pen­sion. Mais avec la toute nou­velle CS, BMW M par­vient-il fi­na­le­ment à nous of­frir la voi­ture que nous dé­si­rons tous ?

EVO (France) - - Warm up - Photos : Ste­phen Hall

Per­sonne n’est vrai­ment d’ac­cord à au su­jet

evo de la BMW M4. On ad­mire vo­lon­tiers son look de muscle car, son po­ten­tiel de per­for­mance et son châs­sis de pure pro­pul­sion. Et puis, por­ter le badge M lui donne une dé­si­ra­bi­li­té que beau­coup de rivales ai­me­raient avoir. Mais il est im­pos­sible de tom­ber to­ta­le­ment amou­reux de la M4. Son 6 cy­lindres 3,0 litres tur­bo pos­sède un punch à dé­col­ler la pulpe de n’im­porte quel cham­pion du monde de boxe ca­té­go­rie Poids Lourds, mais c’est aus­si ce qui pré­ci­pite sa perte. L’ar­ri­vée du couple sur les roues ar­rière est si bru­tale qu’elle pousse les pneus à aban­don­ner très vite tout es­poir de trou­ver de la mo­tri­ci­té, mais éga­le­ment la sus­pen­sion ar­rière à je­ter l’éponge sous la charge qu’elle n’ar­rive plus à ab­sor­ber. L’exas­pé­ra­tion ne fait alors que gran­dir car, se­lon les condi­tions (larges routes sèches et planes), la M4 peut éga­le­ment se mon­trer ex­trê­me­ment ami­cale et amu­sante. Mais comme peu d’entre nous vivent sur le cir­cuit As­ca­ri, la M4 se trouve être plus sou­vent l’ami que vous évi­tez en quit­tant le bar plus tôt que pré­vu pour ne pas croi­ser son che­min. Alors com­ment la nou­velle M4 CS va-t-elle se com­por­ter avec 30 ch et 50 Nm sup­plé­men­taires sous le ca­pot (soit 460 ch et 600 Nm) ?

La pre­mière par­tie de la ré­ponse tient dans le Pack Com­pé­ti­tion de 2016 qui avait ré­duit la garde au sol, af­fer­mi les res­sorts/amor­tis­seurs et épais­si les barres an­ti­rou­lis, ce qui avait gran­de­ment amé­lio­ré le com­por­te­ment de la M4 de base mal­gré l’aug­men­ta­tion de puis­sance à 450 ch. Ce Pack Com­pé­ti­tion vient de re­ce­voir une mise à jour et se re­trouve en fait sur la nou­velle M4 CS ici pré­sente. Frank van Meel, le res­pon­sable de la di­vi­sion M, confirme qu’au­cune pièce du châs­sis de la M4 Pack Com­pé­ti­tion n’a été rem­pla­cée pour la M4 CS. À la place, ses in­gé­nieurs ont pas­sé des heures sur leurs or­di­na­teurs pour re­pro­gram­mer la sus­pen­sion adap­ta­tive M afin qu’elle s’adapte mieux aux Mi­che­lin Cup 2 dé­sor­mais de sé­rie. Même to­po pour la di­rec­tion as­sis­tée élec­trique et la ges­tion élec­tro­nique du mo­teur, toutes deux op­ti­mi­sées pour cor­res­pondre par­fai­te­ment à la CS.

D’autres chan­ge­ments sont à no­ter. Elle est seule­ment dis­po­nible avec la boîte double em­brayage M DCT à 7 rap­ports et, en plus du toit en fibres de car­bone qui est dé­jà de sé­rie sur la M4, le split­ter avant, le dif­fu­seur ar­rière, le ca­pot mo­teur se conver­tissent aus­si à ce ma­té­riau. Ain­si, le nou­veau ca­pot mo­teur au dôme per­cé est 25 % plus lé­ger que son ho­mo­logue en alu­mi­nium.

Les jantes al­lé­gées de 19 pouces à l’avant et 20 pouces à l’ar­rière chaussent res­pec­ti­ve­ment du 265/35 et du 285/30. Tout le pro­ces­sus de re­ca­li­bra­tion de la sus­pen­sion dé­marre de ces nou­velles roues avant.

Le seul gros chan­ge­ment mé­ca­nique

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.