TRANSMISSION ET CHÂS­SIS

EVO (France) - - Anatomie D’une Groupe B -

« Avant Au­di et sa quat­tro, per­sonne n'avait sé­rieu­se­ment en­vi­sa­gé la transmission in­té­grale comme so­lu­tion tech­nique, ex­plique Da­ven­port. Jusque-là, quatre roues mo­trices sem­blaient su­per­flues. » À l'aube du Groupe B, Lan­cia ex­ploite en ef­fet l'ef­fi­cace 037, et Ford tra­vaille sur une nou­velle Es­cort pro­pul­sion à mo­teur tur­bo (la RS1700T). Ce­pen­dant, Ford perd son temps, l'his­toire le ré­vé­le­ra bien vite. Car la transmission in­té­grale va tout chambouler. Elle va ra­pi­de­ment écour­ter les spé­ciales de plu­sieurs di­zaines de se­condes, de mi­nutes par­fois, et per­mettre une bien meilleure ex­ploi­ta­tion de la puis­sance en ral­lye.

Par­mi la concur­rence, les in­gé­nieurs es­timent néan­moins l'ap­proche al­le­mande lar­ge­ment in­com­plète. Au­di a long­temps conser­vé un simple blo­cage du dif­fé­ren­tiel cen­tral et, fi­dèle à ses ori­gines rou­tières, la quat­tro porte son 5 cy­lindres en ligne très en avant du train di­rec­teur, mal­me­nant ain­si l'équi­libre dy­na­mique. Or en Groupe B, une dis­tri­bu­tion des masses fa­vo­rable tient de la prio­ri­té. Dans ce do­maine, Ford ou Aus­tin Ro­ver ont bien ex­pé­ri­men­té des ar­chi­tec­tures à mo­teur cen­tral avant, mais ils consi­dèrent vite l'im­plan­ta­tion trop com­plexe. Tous deux optent pour la po­si­tion cen­trale ar­rière. La Ford RS200 em­barque même sa boîte à l'avant pour une ré­par­ti­tion op­ti­male.

Ce­pen­dant, la Peu­geot 205 T16 reste celle qui, la pre­mière, dé­montre toute l'éten­due des pos­si­bi­li­tés en ma­tière d'ar­chi­tec­ture

au sein du Groupe B. La Fran­çaise fait ses dé­buts au Tour de Corse 1984. Com­pacte, do­tée d'un mo­teur cen­tral trans­ver­sal et de quatre roues mo­trices, la T16, même sous sa forme ori­gi­nelle, s'im­pose ra­pi­de­ment comme LA su­per­car du ral­lye. Peu­geot rem­por­te­ra d'ailleurs avec elle les titres pi­lote et construc­teur en 1985 et 1986.

Ce­la dit, ce qui per­met de mil­lé­si­mer au mieux une Groupe B, au-de­là de son ap­pé­tit gran­dis­sant pour le dan­ger, reste sa sus­pen­sion et son sys­tème de transmission in­té­grale. Dans les an­nées 1980, l'art des quatre roues mo­trices en est en­core à ses bal­bu­tie­ments. De fait, même au vo­lant d'une mer­veille telle que la RS200 illus­trée dans ces pages, on res­sent au­jourd'hui la na­ture pri­mi­tive d'une transmission in­té­grale de l'époque. Par ailleurs, la Ford pré­sente sans doute l'une des sus­pen­sions les plus abou­ties du pla­teau, avec ses doubles com­bi­nés res­sort-amor­tis­seur par de­mi­train. Mais face aux ca­pa­ci­tés étour­dis­santes d'une WRC 2017, au tou­cher de route sans pa­reil, là en­core, même la RS200 ap­pa­raît au­jourd'hui presque mil­lé­naire. Pas éton­nant que les chro­nos des spé­ciales du Groupe B aient de­puis long­temps été ef­fa­cés par les au­tos mo­dernes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.