SKO­DA 130RS & OCTAVIA 245 RS

Vous hé­si­tez en­core sur le choix de la boîte de votre fu­ture Sko­da Octavia 245 RS ? Ce qui suit de­vrait vous ai­der à vous dé­ci­der.

EVO (France) - - Sommaire -

Si les 1500 eu­ros d’écart ne suf­fi­saient pas à vous convaincre d’op­ter pour une Octavia RS 245 à boîte manuelle plu­tôt que DSG (es­sai à lire dans 124), un pe­tit test

evo des deux ver­sions sur l’aé­ro­port de La Môle qui ne fait pas dans la de­mi-me­sure offre un ar­gu­ment sup­plé­men­taire .

Sur le 400 m dé­part ar­rê­té, j’ai tout d’abord dé­cou­vert que l’uti­li­sa­tion du launch con­trol de la boîte DSG ne per­met­tait ab­so­lu­ment pas de réa­li­ser un dé­part ca­non, ni même de si­gner un chro­no re­cord sur l’exer­cice. Non, le pa­ti­nage ex­ces­sif fait s’en­vo­ler les dixièmes par pa­quets de se­condes, et il est net­te­ment plus ef­fi­cace de conser­ver le mode nor­mal ain­si que l’an­ti­pa­ti­nage dans sa confi­gu­ra­tion la plus sé­cu­ri­sante pour réa­li­ser un en­vol par­fait et af­fi­cher un chro­no de 15’’1 (plus ra­pide que les don­nées of­fi­cielles). Bref, le launch con­trol n’est qu’un gé­né­ra­teur de bruit et de fu­mée dès que le bi­tume n’est pas par­fai­te­ment sec et/ou adhé­rent.

Gé­né­ra­le­ment, les temps de pas­sage plus ra­pides d’une

DSG amé­liorent les chro­nos d’ac­cé­lé­ra­tion mais, sur la ligne de dé­part, la ver­sion à boîte manuelle qu’il faut lan­cer avec les mains en même temps que les pieds (qui a dit “à l’an­cienne” ?) réa­lise le même chro­no que son ho­mo­logue plus com­plexe et donc pro­ba­ble­ment moins fiable sur le long terme. Et ce­la avec une pé­dale d’em­brayage qui tend à res­ter col­lée au plan­cher lors des pas­sages à la vo­lée.

Bref, quand vous réus­sis­sez l’en­vol par­fai­te­ment jau­gé, votre sa­tis­fac­tion est dé­cu­plée. Vous l’avez com­pris, en ma­tière d’ac­cé­lé­ra­tion, une boîte double em­brayage ne sert plus à rien sauf évi­dem­ment à être han­di­ca­pé du poi­gnet droit et de la jambe gauche, au­quel cas on peut se de­man­der pour­quoi ache­ter une Octavia RS 245. Et comme d’un point de vue dy­na­mique la boîte manuelle plus lé­gère de 20 kg al­lège le train avant, il n’y a plus à hé­si­ter. Vous êtes pré­ve­nu.

Comme l’aé­ro­port de La Môle, Sko­da ne fait pas non plus les choses à moi­tié. Ils avaient ain­si ame­né sur l’évé­ne­ment leur lé­gende vi­vante, la 130 RS. Ba­tra­cienne par­mi les ba­tra­ciennes, sorte de

911 tchèque qui n’au­rait pas évo­lué, la 130 RS est née en 1975 du dé­sir de la firme de re­ve­nir sur la scène du sport au­to­mo­bile. Avec son maigre 4 cy­lindres 1,3 litre à double car­bu­ra­teur We­ber de 140 ch dis­po­sé en porte-à-faux ar­rière (mais à re­froi­dis­se­ment par eau et car­ter sec), il est évident que nous n’al­lons pas man­quer de mo­tri­ci­té sur cette pro­pul­sion. Le dé­mar­rage à la clé et au pied droit (oui, avant il fal­lait ac­cé­lé­rer pour lan­cer un mo­teur) en­gendre un aboie­ment sourd. L’échap­pe­ment libre ir­rite le voi­si­nage mais voir l’ai­guille du compte-tours grim­per al­lè­gre­ment au-des­sus des 7 000 tr/mn dans un va­carme stri­dent vous donne une

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.