VÉ­CU

EVO (France) - - Briefing - Par PAT PANICK Pat Panick

Lorsque vous pen­sez avoir un pe­tit ni­veau de conduite sans ja­mais avoir par­ti­ci­pé à une course au­to­mo­bile, se re­trou­ver sur une épreuve du Re­lais 208 va vite vous rendre l’hu­mi­li­té. Certes, Ma­gny-cours n’est pas le plus fa­cile des cir­cuits mais avec 140 ch sous le pied droit, on pense pou­voir s’en sor­tir. C’est tout l’in­verse en fait. Moins vous avez de puis­sance et plus le ta­lent et l’ex­pé­rience font la dif­fé­rence. Et plus l’écart avec la tête se­ra grand. Les meilleurs sont des spé­cia­listes aguer­ris ou des jeunes pé­tris de ta­lent ha­bi­tués de ces au­tos très fines à pi­lo­ter. Cul lé­ger, très lé­ger même, freins sur­puis­sants dif­fi­ciles à do­ser avec les pneus de sé­rie, zé­ro as­sis­tance, la 208 se pi­lote vrai­ment et ce­la n’a rien à voir avec les au­tos de l’au­di En­du­rance Ex­pé­rience par exemple. Le vi­rage d’es­to­ril qui condi­tionne une in­ter­mi­nable mon­tée est émi­nem­ment com­pli­qué et sanc­tionne par pa­quets de dixièmes une mau­vaise tra­jec­toire ou une glisse trop pro­non­cée. Le 180° n’est pas en reste, tout comme les chi­canes ra­pides hy­per fines, ré­sul­tat : sans coa­ching ni ré­glages per­son­na­li­sés, im­pos­sible d’ap­pro­cher à moins de 3’’ les chro­nos réa­li­sés par la meilleure au­to de l’équipe GM Sport de Guillaume Maio qui nous ac­cueille. Du­rant tout le week-end, le pi­lote ap­prend à se dis­ci­pli­ner, il connaît la peur du­rant la nuit lorsque les points de bra­quage et de frei­nage de­viennent in­vi­sibles et que la meute vous avale pleins phares, il pro­gresse, ap­prend à gé­rer ses pneus, éco­no­mi­ser ses gestes sans perdre de temps, évite les concur­rents en per­di­tion, s’échine à ne pas gê­ner les pre­miers, exulte à chaque amé­lio­ra­tion de ses chro­nos et éprouve un sen­ti­ment de bon­heur in­des­crip­tible lorsque le da­mier s’abaisse après 24h d’épreuve qua­si­ment sans dor­mir. D’ailleurs, at­ten­tion au re­tour au ber­cail, la fa­tigue tombe sou­vent lorsque vous ren­trez à 110 sur une au­to­route à 3 voies ! En plus d’une équipe cha­leu­reuse, j’ai dé­cou­vert une dis­ci­pline hau­te­ment ad­dic­tive, ex­tra­or­di­nai­re­ment sé­lec­tive et éton­nam­ment ac­ces­sible. Per­sonne ne peut sor­tir d’un tel week-end sans res­sen­tir phy­si­que­ment l’en­vie d’y re­tour­ner au plus vite !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.