Faire échec à l'im­po­si­tion des ac­tifs lo­ca­li­sés dans un ETNC

Feuillet Hebdo de la Revue Fiduciaire - - Brèves -

Dé­ci­sion 2017-659 QPC du 6 oc­tobre 2017, JO du 8, texte 26

Lors­qu'une personne phy­sique do­mi­ci­liée en France dé­tient, di­rec­te­ment ou in­di­rec­te­ment, 10 % au moins de droits fi­nan­ciers ou droits de vote dans une en­ti­té financière éta­blie hors de France et sou­mise à un ré­gime fis­cal pri­vi­lé­gié, au sens de l'ar­ticle 238 A du CGI, les bé­né­fices et re­ve­nus po­si­tifs de cette en­ti­té sont ré­pu­tés consti­tuer des re­ve­nus de ca­pi­taux mo­bi­liers im­po­sables (CGI art. 123 bis, 1. al. 1 ; voir RF 1083, § 845).

Sai­si d'une ques­tion prio­ri­taire de consti­tu­tion­na­li­té (CE 7 juillet 2017, n° 410620), le Conseil consti­tu­tion­nel a main­te­nu le prin­cipe de pré­somp­tion de dis­tri­bu­tion, mais po­sé une réserve d'in­ter­pré­ta­tion. En ef­fet, les Sages ont es­ti­mé que le contri­buable peut échap­per à la taxa­tion en ap­por­tant la preuve que la par­ti­ci­pa­tion qu'il dé­tient dans l'en­ti­té éta­blie ou consti­tuée hors de France n'a ni pour ob­jet ni pour ef­fet de per­mettre, dans un but de fraude ou d'éva­sion fis­cales, la lo­ca­li­sa­tion de re­ve­nus à l'étran­ger. No­tons que le Conseil consti­tu­tion­nel n'a pas pré­ci­sé, ni dans la dé­ci­sion el­le­même, ni dans son com­men­taire de la dé­ci­sion, la date d'ef­fet de cette dé­cla­ra­tion d'in­cons­ti­tu­tion­na­li­té.

Rap­pe­lons que le Conseil consti­tu­tion­nel a dé­jà ju­gé que le contri­buable peut échap­per à la taxa­tion (dé­ci­sion 2016-614 QPC du 1er mars 2017 ; voir FH 3683, p. 2).

RF 1083, § 845

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.