La pré­ven­tion du can­cer

Forme et Sante - - Sommaire -

La pré­ven­tion du can­cer se fonde sur :

▪ l'évi­te­ment ou la di­mi­nu­tion de l'ex­po­si­tion aux can­cé­ro­gènes de l'en­vi­ron­ne­ment et in­dus­triels : prin­ci­pa­le­ment, la lutte contre le ta­ba­gisme, la consom­ma­tion ex­ces­sive d'al­cool et de graisses ani­males, l'ex­po­si­tion ex­ces­sive au so­leil, les normes de construc­tion (désa­mian­tage), ma­nu­ten­tion de pro­duits dan­ge­reux dans le cadre pro­fes­sion­nel, étude REACH ;

▪ le rôle pro­tec­teur de cer­tains élé­ments : fibres, vi­ta­mines et autres an­ti­oxy­dants (cé­réales, lé­gumes verts, fruits), ain­si que le thé vert (plus que le noir) ou le cho­co­lat et plus pré­ci­sé­ment les ali­ments conte­nant de la ca­té- chine. Consom­mer une gousse d'ail par jour ré­duit de moi­tié le risque de can­cer de l'es­to­mac, du co­lon et du rec­tum. Le trai­te­ment des lé­sions pré­can­cé­reuses peut y être ajou­té, pour évi­ter les mé­ta­stases, bien qu'il s'agisse aus­si de trai­te­ment « cu­ra­tif ». Il convient de faire la dif­fé­rence entre la pré­ven­tion, qui cherche à di­mi­nuer la sur­ve­nue de la ma­la­die en lut­tant contre ses fac­teurs fa­vo­ri­sants, et le dé­pis­tage, qui cherche à mettre en évi­dence une ma­la­die de ma­nière pré­coce pour la trai­ter plus fa­ci­le­ment.

Le Plan Can­cer

(2003-2007/2009-2013) pré­voit : Une ré­or­ga­ni­sa­tion de la re­cherche mé­di­cale, le ren­for­ce­ment de la pré­ven­tion pri­maire, des ef­forts de dé­pis­tage, une amé­lio­ra­tion de la prise en charge des ma­la­dies, des aides à l'in­ser­tion so­ciale des ma­lades et des ac­tions pour amé­lio­rer l'en­vi­ron­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.